Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Asie - pacifique

Malala, blogueuse de 14 ans, prise pour cible par les Taliban pakistanais

© DR

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 10/10/2012

Une adolescente pakistanaise connue pour son combat en faveur des femmes et des enfants a été grièvement blessée par des Taliban, mardi, à la sortie de son école au Pakistan. La jeune fille raconte son quotidien sur un blog depuis 2009.

C'est presque un miracle. L'adolescente blogueuse pakistanaise de 14 ans Malala Yousafzai a survécu, mardi 9 octobre, à une tentative d'assassinat revendiquée par les Taliban. Son crime ? Avoir dénoncé leurs atrocités et fait campagne pour le droit des femmes à l'éducation dans le nord-ouest du pays.

"C'est une fille à la mentalité occidentale qui passe son temps à nous dénoncer. Quiconque critiquera les Taliban subira le même sort", a expliqué Ehsanullah Ehsan, le porte-parole du Mouvement des Taliban du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle du pays et allié d'Al-Qaïda.

"Nous l'avions prévenue plusieurs fois qu'il fallait qu'elle cesse de parler contre les Taliban, qu'elle arrête de soutenir les ONG occidentales et qu'elle prenne le chemin de l'islam", a-t-il ajouté.

Prise pour cible à la sortie de l'école

L'attaque avait eu lieu mardi, à la sortie de son école de Mingora, la principale ville de la région de Swat, au nord-ouest du Pakistan. Malala Yousafzai a été blessée au crâne et à l'épaule. "Malala montait dans l'autobus scolaire après sa journée de classe lorsque deux hommes armés ont ouvert le feu sur elle. Elle a été blessée", a déclaré à l'AFP un responsable de la police locale, Rasool Shah.

"Une balle a heurté son crâne, mais son cerveau n'a pas été touché. Elle est hors de danger", a d'abord affirmé le docteur Taj Mohammed, de l'hôpital Saidu Sharif de Mingora. Mais les nouvelles étaient moins rassurantes en début de soirée, un médecin de l'hôpital militaire de Peshawar, où la jeune blogueuse a été transférée, estimant qu'elle se trouvait dans un état "critique".

Malala Yousafzai s'est fait connaître du public en 2009, grâce à son blog "Le Journal d'une écolière pakistanaise", hébergé sur le site en langue ourdou de la chaîne britannique BBC. Âgée d'à peine 11 ans, la fillette racontait, sous le pseudonyme de Gul Makai, son quotidien dans la vallée de Swat, tombée brièvement entre les mains des Taliban.

"Aujourd'hui, c'était notre dernier jour d'école. Nous avons décidé de jouer un peu plus longtemps dans la cour de récréation", avait raconté la fillette dans l'un des billets de blog, lorsque les Taliban avait banni l'éducation pour les filles, précise la BBC. "Je suis persuadée que l'école rouvrira un jour, mais, en quittant les lieux, j'ai regardé le bâtiment comme si je n'allais jamais y revenir."

Figure de proue du droit des enfants

En 2011, Malala Yousafzai a reçu le premier prix national pour la paix créé par le gouvernement pakistanais. L'adolescente avait également fait partie des nominés pour le prix international des enfants pour la paix, attribué par la fondation néerlandaise Kids Rights.

"Les habitants de la vallée de Swat ne sont pas des terroristes", avait déclaré Malala Yousafzai à la chaîne Al-Jazira, en 2010, alors que les Taliban s'étaient retirés de la région. "Si on ne donne pas de stylos à cette jeune génération, les terroristes leur donneront des armes".  

L'an dernier, deux autres militants pour l'éducation des femmes ont été tués par des activistes pakistanais, d'après Amnesty International. Pour l'ONG, citée par le magazine américain "Time", le gouvernement pakistanais doit démontrer par ses actions sa détermination à fournir aux filles, mais aussi aux femmes, les mêmes chances qu'aux garçons et aux hommes, malgré les menaces".

Condamnée par le président pakistanais, Asif Ali Zardari, cette tentative d’assassinat a suscité un vif émoi à l’échelle internationale. "Nous condamnons fermement l'attaque contre Malala (Yousafzai]. La violence dirigée contre les enfants est barbare, c'est un acte de lâcheté", a pour sa part commenté la porte-parole du département d'État américain, Victoria Nuland.

 

Première publication : 09/10/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le réseau taliban pakistanais Haqqani classé sur la liste des organisations terroristes

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les Taliban pakistanais menacent d'attaquer les convois de l'Otan qui se rendent en Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Une chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)