Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Culture

Tableau de Rothko vandalisé à la Tate Modern de Londres : un artiste arrêté

© Photo amateur (@WrightTG / Twitter)

Dernière modification : 09/10/2012

L'homme qui s'est attaqué dimanche à un tableau de l’Américain Mark Rothko à la Tate Modern de Londres a été interpellé par la police, lundi. Il se présente comme un fondateur du mouvement "jauniste".

Vladimir Umanets, un artiste russe de 26 ans soupçonné d'avoir vandalisé à la peinture noire une toile de l'Américain Mark Rothko, dimanche, à la Tate Modern de Londres, a été arrêté lundi par la police britannique, a-t-on appris de source policière.

Le jeune homme avait lui-même revendiqué quelques heures plus tôt auprès de médias britanniques la paternité du graffiti inscrit dans un coin de l'oeuvre de Rothko, qui proclamait "Vladimir Umanets, une oeuvre potentielle de Yellowisme".

"Mon intention n'était pas de détruire (l'oeuvre)"

Le "Yellowisme" (qui pourrait se traduire par "Jaunisme"), dont il se présente comme l'un des fondateurs, n'est "ni de l'art, ni de l'anti-art", explique-t-il sur le site du mouvement. "C'est un élément de la culture visuelle contemporaine, ce n'est pas un mouvement artistique".

"Certains penseront que je suis fou ou que je suis un vandale, mais mon intention n'était pas de détruire (l'oeuvre) et d'en faire baisser la valeur, ou de faire une folie", a-t-il expliqué, selon le quotidien Daily Telegraph. "Je ne suis pas un vandale, je suis un Yellowiste. Je crois en ce que je fais et je voudrais que les gens commencent à en parler, c'était comme une tribune".

Selon lui, son acte pourrait accroître à terme la valeur de l'oeuvre de Rothko. "Je pense que si quelqu'un restaure l'oeuvre et enlève ma signature, la valeur de l'oeuvre va baisser mais après quelques années la valeur remontera grâce ce que j'ai fait", a-t-il déclaré selon le Guardian.

Similitudes avec l'artiste français Marcel Duchamp

Il s'est comparé à l'artiste français Marcel Duchamp, qui avait fait scandale en signant un urinoir avant de l'exposer en 1917, selon le Guardian.

En 1958, les architectes de la toute nouvelle tour Seagram avaient commandé les tableaux de Rothko pouvant mesurer jusqu'à 2,66 m sur 4,57 m pour décorer les murs du luxueux restaurant Four Seasons au rez-de-chaussée de ce gratte-ciel situé au coeur de Manhattan.

Mais Rothko, pour une raison qui reste toujours mystérieuse, avait finalement décidé d'annuler cette commande. Il avait restitué les sommes perçues et avait fait don, notamment à la Tate, des toiles déjà réalisées.

(AFP)

Première publication : 09/10/2012

  • ROYAUME-UNI

    Un visiteur de la Tate Modern vandalise un tableau du peintre Mark Rothko

    En savoir plus

  • ART

    Vente record d'une toile de l'expressionniste Mark Rothko à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)