Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les ventes de Toyota et Nissan en chute libre en Chine

© AFP

Dernière modification : 09/10/2012

Le différend qui oppose Pékin à Tokyo à propos des îles Senkaku se traduit par une baisse des ventes des constructeurs japonais sur le marché automobile chinois. Les ventes de Toyota ont ainsi été divisées par deux et celles de Nissan d'un tiers.

Les ventes de Toyota en Chine ont chuté de 48,9 % en septembre par rapport au même mois de 2011. Au total, Toyota et ses deux partenaires chinois ont vendu 44 100 véhicules en septembre, a précisé le porte-parole du constructeur à Pékin, Takanori Yokoi. Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes n'affichent plus qu'une progression de 4,6 %.

Une baisse importante des ventes qui est la conséquence du sentiment anti-japonais en Chine après le différend territorial qui oppose les deux pays. La Chine et le Japon revendiquent en effet tous les deux la souveraineté sur les îles Senkaku. Les concessions automobiles et les voitures japonaises étaient l'une des cibles des manifestants chinois au plus fort des tensions avec Tokyo il y a quelques semaines.

Nissan, le constructeur nippon le plus implanté en Chine grâce à sa coentreprise avec Dongfeng Motor Group, a de son côté annoncé une baisse de 34,6 % de ses ventes dans le pays en septembre (hors importations), à 88 249 véhicules, avec un repli de 0,4 % sur les neuf premiers mois de l'année.

En revanche, les constructeurs étrangers tirent leur épingle du jeu. Le coréen Hyundai a ainsi vu ses ventes en Chine grimper de 15 % en septembre, à 84 188 unités.

La production réduite de moitié

Selon le journal économique japonais "Nikkei", les trois premiers constructeurs automobiles japonais - Toyota, Nissan et Honda - vont réduire de près de la moitié leur production en Chine pour tenir compte de la chute de leurs ventes. Nissan pourrait tout simplement suspendre le travail de l'équipe de nuit dans ses deux usines chinoises. La fime n’a pas souhaité faire de commentaire.

Toyota et Honda vont de leur côté réduire les heures ouvrables de leurs usines et réduire le rythme de production, ajoute le quotidien économique. Une porte-parole de Honda a dit vérifier l'information tandis que son homologue chez Toyota a affirmé que les usines fonctionnaient pour le moment à un rythme normal et qu'elles s'adapteraient à la demande.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 09/10/2012

  • ECONOMIE

    Chine - Japon : les prémices d'une guerre économique à hauts risques

    En savoir plus

  • JAPON-CHINE

    Archipel Senkaku-Diaoyu : Taïwan veut elle aussi "défendre l’honneur chinois"

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Des pêcheurs taïwanais s'invitent dans la crise sino-japonaise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)