Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 11/10/2012

Philippines : suspension d’une loi sur la cybercriminalité

Une loi sur la cybercriminalité qui fait polémique aux Philippines a été bloquée par la justice du pays. Les punks de Birmanie s’affichent sur le web. Et le Premier ministre britannique David Cameron ouvre un compte sur Twitter.

Philippines : suspension d’une loi sur la cybercriminalité

La Cour suprême des Philippines a décidé mardi de suspendre provisoirement l’application d’une loi controversée sur la cybercriminalité. Plusieurs pétitions, soutenues par des dizaines de milliers d’internautes, ont en effet été soumises à la plus haute juridiction du pays pour qu’elle se prononce sur la conformité du texte avec la constitution.

Cette loi tant décriée est censée donner aux autorités les moyens de lutter contre le piratage, l’usurpation d’identité ou encore la pédopornographie. Mais elle prévoit également de punir d’une peine pouvant aller jusqu’à douze ans de prison la diffamation sur Internet.

Et d’après ses détracteurs, le dispositif permettrait par ailleurs au gouvernement de bloquer des sites web et de surveiller les communications des internautes sans mandat de la justice. De nombreux activistes, blogueurs et journalistes se sont donc mobilisés sur la Toile ces dernières semaines pour dénoncer ce qu’ils pensent être une menace pour la liberté d’expression.

La loi est en effet accusée de mener à l’instauration d’une « cyber loi martiale », une allusion aux années de règne du dictateur Ferdinand Marcos qui avait imposé la loi martiale dans les années 70. Et pour exprimer leur opposition, les internautes ont été invités à noircir leurs sites ou leurs profils sur les réseaux sociaux.

Une campagne qui se poursuit malgré la suspension de la loi par la justice. Des activistes promettent en effet de rester mobilisés jusqu’à ce qu’elle soit abrogée, et appellent à l’élaboration d’un nouveau projet de loi avec, cette fois-ci, une consultation publique sur le sujet.

 

Les punks birmans se font entendre sur la toile

Un groupe de punks qui déambule dans une grande galerie commerciale pour dénoncer le consumérisme, la tyrannie des marques, ou la télévision… Nous ne sommes pas à Tokyo ou à Séoul, mais à Rangoun en Birmanie… Ces images diffusées sur YouTube sont celles du dernier clip du groupe punk local No U Turn.

Un groupe qui n'est pas le seul à occuper la toile et à présenter une facette peu connue de la Birmanie… La scène punk rock locale est en effet très active sur le net avec la mise en ligne de clips sur Youtube, la promotion de leurs albums sur facebook… et surtout la diffusion de leur musique via des plates formes d’écoute ou des sites spécialisés. Une manière de se faire connaître tout en échappant à la censure pour ces jeunes qui chantent tous en anglais… Des groupes comme Blood Sugar Politik ou Rebel Riot, dont les noms expriment un rejet de la politique pratiquée dans le pays, restent en effet dans le collimateur des autorités malgré le processus d'ouverture entamé en 2011, après un demi-siècle de dictature militaire.

Née à Rangoon dans les années précédant les réformes politiques, cette culture underground continue de se développer. Et si les groupes de rock birmans ont toujours du mal à trouver des scènes pour jouer…ils s’organisent. Avec notamment la création d'événements, comme le « Common Street Festival » ou le « Myanmar Woodstock Festival », qu’ils font connaître via les réseaux sociaux.

Et grâce à internet, les groupes de rock indépendants birmans commencent à s’exporter hors de leurs frontières: c’est le cas de Side Effect, qui a récemment été invité à un festival en Indonésie.


Les smartphones bientôt au service des cambrioleurs ?

Un virus informatique capable de voler les informations de votre téléphone, mais aussi d’espionner chez vous. Ce logiciel a été mis au point par des chercheurs américains. Une fois installé, il prend le contrôle de votre smartphone, et prend secrètement des photos qui peuvent servir à reconstituer votre domicile en 3D... Des données que pourraient utiliser des hackers mal intentionnés pour localiser des objets de valeur ou des documents importants. Le but des créateurs de ce logiciel est d’alerter sur les nouvelles techniques développées par les pirates informatiques.

 

La tendance du jour sur les réseaux sociaux

Réticent depuis plusieurs années à se créer un compte sur Twitter, le premier ministre britannique David Cameron s'est enfin jeté à l'eau samedi dernier. Une entrée remarquée sur le site de microblogging puisqu'il a déjà attiré plus de 100 000 abonnés en quelques jours. Mais tous ne sont pas forcément des fans. Son arrivée sur Twitter a en effet été accueilli par un torrent de critiques et d'insultes qui reflète son impopularité grandissante. Ainsi, de nombreux internautes ont interpellé David Cameron pour dénoncer la politique d'austérité menée par son gouvernement conservateur.

 

La vidéo du jour

Des ampoules en guise de pinceaux et une ville endormie comme toile de fond… Dans cette vidéo, l’artiste finlandais Anssi Määttä nous livre une sublime démonstration de « light-painting », une technique de prise de vue qui permet de jouer avec les traces lumineuses pour dessiner dans l’obscurité.

 

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/09/2014 Réseaux sociaux

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

Au sommaire de cette édition : les jeunes internautes iraniens contournent massivement la censure en ligne; au Kenya, les mauvais parents sont dénoncés sur Facebook; et un...

En savoir plus

17/09/2014 Réseaux sociaux

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

Au sommaire de cette édition : Wikileaks dénonce des pays ayant recours à des logiciels espions pour surveiller la Toile; en Angleterre, un projet de « zoo humain » choque les...

En savoir plus

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus

13/09/2014 Réseaux sociaux

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

Et si l'avenir du journalisme d'investigation passait par le web ? "Enquête ouverte" est le premier site français qui utilise le "crowdsourcing" pour recueillir de nouvelles...

En savoir plus

15/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

Au sommaire de cette édition : la Toile fait part de son émotion après l’exécution de David Haines; les responsables politiques philippins sont invités à prendre les transports...

En savoir plus