Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Economie

La fusion entre l'européen EADS et le britannique BAE ne se fera pas

© AFP

Dernière modification : 10/10/2012

Le géant de l'aéronautique européen EADS et le spécialiste britannique des système de défense BAE ont signifié l'abandon des projets de fusion faute d'accord entre le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, les trois États concernés.

Les groupes d'aéronautique et de défense EADS et BAE Systems ont annoncé, mercredi 10 octobre, l'échec de leur projet de fusion en raison de l'absence d'accord des gouvernements.

"Nous sommes évidemment déçus de ne pas avoir été capables de parvenir à un accord acceptable avec nos différents gouvernements", France, Allemagne et Royaume-Uni, a déclaré le patron de BAE Systems, Ian King, dans un communiqué commun des deux groupes.

Le projet de rapprochement entre les deux groupes avaient été rendu public le 13 septembre. L'opération visait à mettre en place un géant européen de l'aéronautique et de la défense capable de rivaliser avec Boeing sur le sol américain et surtout pour décrocher les juteux contrats du Pentagone. Washington dépense, en effet, environ 550 milliards de dollars par an pour assurer sa défense.

Blocage allemand ?

Mais ce nouvel ensemble nécessitait que les États actionnaires ou partenaires des deux ensembles - la France et l'Allemagne pour EADS et le Royaume-Uni pour BAE - arrivent à trouver un terrain d'entente pour se répartir les rôles et déterminer la part de chacun dans le futur groupe.

C'est donc ce difficile équilibrage des forces qui aurait fini par avoir la peau du projet. Selon plusieurs analystes cités par l'agence de presse française AFP, les Allemands auraient été les plus réticents à valider la fusion car "ils craignaient que le projet se résume à un duopole avec Toulouse [le siège d'Airbus en France], responsable pour l'aéronautique civil, et Londres, en charge de la défense", a ainsi affirmé à l'AFP Henrik Uterwedde, responsable de l'institut franco-allemand de Ludwigsburg.

France 24 avec dépêches

Première publication : 10/10/2012

  • AÉRONAUTIQUE

    Le rapprochement EADS-BEA : un tremblement de terre aérien

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Lagardère examine les conséquences d'une fusion entre EADS et BAE Systems

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Les profits d'EADS s'envolent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)