Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Economie

La fusion entre l'européen EADS et le britannique BAE ne se fera pas

© AFP

Vidéo par Ben BARNIER

Dernière modification : 10/10/2012

Le géant de l'aéronautique européen EADS et le spécialiste britannique des système de défense BAE ont signifié l'abandon des projets de fusion faute d'accord entre le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, les trois États concernés.

Les groupes d'aéronautique et de défense EADS et BAE Systems ont annoncé, mercredi 10 octobre, l'échec de leur projet de fusion en raison de l'absence d'accord des gouvernements.

"Nous sommes évidemment déçus de ne pas avoir été capables de parvenir à un accord acceptable avec nos différents gouvernements", France, Allemagne et Royaume-Uni, a déclaré le patron de BAE Systems, Ian King, dans un communiqué commun des deux groupes.

Le projet de rapprochement entre les deux groupes avaient été rendu public le 13 septembre. L'opération visait à mettre en place un géant européen de l'aéronautique et de la défense capable de rivaliser avec Boeing sur le sol américain et surtout pour décrocher les juteux contrats du Pentagone. Washington dépense, en effet, environ 550 milliards de dollars par an pour assurer sa défense.

Blocage allemand ?

Mais ce nouvel ensemble nécessitait que les États actionnaires ou partenaires des deux ensembles - la France et l'Allemagne pour EADS et le Royaume-Uni pour BAE - arrivent à trouver un terrain d'entente pour se répartir les rôles et déterminer la part de chacun dans le futur groupe.

C'est donc ce difficile équilibrage des forces qui aurait fini par avoir la peau du projet. Selon plusieurs analystes cités par l'agence de presse française AFP, les Allemands auraient été les plus réticents à valider la fusion car "ils craignaient que le projet se résume à un duopole avec Toulouse [le siège d'Airbus en France], responsable pour l'aéronautique civil, et Londres, en charge de la défense", a ainsi affirmé à l'AFP Henrik Uterwedde, responsable de l'institut franco-allemand de Ludwigsburg.

France 24 avec dépêches

Première publication : 10/10/2012

  • AÉRONAUTIQUE

    Le rapprochement EADS-BEA : un tremblement de terre aérien

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Lagardère examine les conséquences d'une fusion entre EADS et BAE Systems

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Les profits d'EADS s'envolent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)