Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

Afrique

À quelques jours du Sommet de la francophonie, Hollande fâche Kinshasa

Vidéo par AITV , Claire BONNICHON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2012

Attendu à Kinshasa où se tiendra ce week-end le Sommet de la francophonie, François Hollande a qualifié la situation démocratique en RDC de "tout à fait inacceptable". Des dires qui ne correspondent à "aucune réalité", selon la présidence congolaise.

La grande réunion de la famille francophone qui doit se tenir ce week-end à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), promet d’être tendue. À quelques jours du coup d’envoi du XIVe Sommet de la francophonie, le président français, François Hollande, qui effectue son premier déplacement officiel en Afrique, a délivré ses mauvais points au régime politique de son homologue congolais, Joseph Kabila.

"La situation dans ce pays est tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l’opposition", a dénoncé l’actuel locataire de l’Élysée en compagnie du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lors d’une conférence de presse commune tenue le mardi 9 octobre à Paris.

"C'est au peuple congolais d'accepter ou pas une situation au Congo"

Une sortie en forme de mini-bombe diplomatique que le gouvernement congolais n’a pas vraiment digérée. D'autant que le chef de l’État congolais comptait sur cette grand-messe francophone, la première organisée en Afrique centrale, pour se racheter une honorabilité après les contestations qui avaient suivi sa réélection en novembre 2011.

Peu de temps après les propos de François Hollande, le porte-parole de la présidence congolaise, Lambert Mande, s'est employé à préciser que c'était au "peuple congolais d'accepter ou ne pas accepter une situation au Congo". Et d'insister sur le fait que les déclarations du chef de l’État français ne correspondaient à "aucune réalité" et que sa visite lui serait très utile pour "compléter son information".

Paris affirme que les déclarations de François Hollande sont pesées. "Cela n'a rien de surprenant. C'est juste une première approche des messages qu'il délivrera sur place", explique-t-on à l'Élysée. Reste que cette visite demeure sujette à polémique pour le chef de l'État français qui avait déjà essuyé de nombreuses critiques lorsque, au mois d'août, il avait accepté, après moult hésitations, de se rendre à ce sommet.

François Hollande a dit "ce que pense la majorité des Congolais"

Car pour les ONG, participer au grand rendez-vous de la francophonie revient à cautionner la réélection contestée de Joseph Kabila. "C’est un mauvais signal envoyé à l’ensemble des régimes autocrates qui ne répond en rien à la Déclaration de Bamako", estimait il y a deux mois Cécile Marcel, directrice des programmes à l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), dans une allusion au texte qui régit les règles de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en matière de démocratie et de droits de l’Homme.

À Kinshasa, le président français peut toutefois compter sur le soutien de l’opposition congolaise. Interrogé par l'AFP, le porte-parole d'Étienne Tshisekedi, chef de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, principal parti d'opposition), a estimé que François Hollande avait dit "ce que pense la majorité des Congolais". "Il est inacceptable que les Congolais vivent dans cet enfer", a-t-il déclaré. L’UDPS a d’ailleurs appelé à "l’occupation des rues, avenues et boulevards" dès vendredi "pour dénoncer la mascarade électorale de 2011" et les exactions du régime.

Première publication : 10/10/2012

  • DIPLOMATIE

    François Hollande attendu au tournant du Sommet de la francophonie de Kinshasa

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Aucun accord trouvé sur l’envoi d’une "force neutre" dans l’est de la RDC

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Quels sont les groupes armés qui sévissent dans l'est de la RDC ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)