Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-orient

Avion de ligne intercepté : Ankara reste ferme face aux protestations russes et syriennes

© FRANCE 24

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Dernière modification : 12/10/2012

L'avion syrien assurant la liaison Moscou-Damas et intercepté par la Turquie mercredi "avait à bord du matériel radar", a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères, alors qu'Ankara soupçonne un convoyage de matériel non civil.

Depuis l’interception par l’armée turque, mercredi soir, d’un avion de ligne syrien assurant la liaison Moscou-Damas, les représentants de la Russie et de la Turquie ont multiplié les déclarations. Alors que Vladimir Poutine a repoussé une visite prévue dans la capitale turque, Ankara a menacé d’accentuer sa riposte.

Alors qu’il transportait 17 passagers russes, un Airbus A-320, parti de Moscou à destination de Damas, a été forcé d’atterrir mercredi soir à Ankara après avoir été pris en chasse par deux avions F4 de l’armée turque. En cause : sa "cargaison illégale". À Ankara, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l’avion comportait "de l'équipement et des munitions à destination du ministère syrien de la Défense" en provenance d'un fabricant russe de matériel militaire.

La Turquie menace d’accentuer sa riposte

L’évènement s’inscrit dans un contexte de tension entre Ankara et Damas : alors que l'armée turque a accru sa présence le long des 900 km de frontière entre les deux pays, l'artillerie a bombardé, au cours de la semaine écoulée, plusieurs positions de l'armée syrienne après des tirs de mortier venant de Syrie.

"Nous sommes déterminés à contrôler les transferts d'armement vers un régime qui commet de tels massacres parmi les civils. Il est inacceptable qu'un tel trafic passe par notre espace aérien", a déclaré dans la soirée à la télévision le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

"La Turquie ripostera avec davantage de force à tout nouveau bombardement en provenance du territoire syrien," a par ailleurs averti le chef d'état-major de l'armée turque, le général Necdet Ozel.

Ankara juge, en outre, que l'espace aérien syrien ne présente plus les garanties de sécurité nécessaires et invite les compagnies aériennes à ne plus l'emprunter, a dit le ministre. Un correspondant de Reuters à la frontière a vu un avion faire demi-tour vers la Turquie à l'approche de la frontière syrienne.

Réactions de Moscou et de Damas

Suite aux déclarations d’Ankara, les autorités russes ont d’abord réagi en niant la présence d'armes à bord. Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré que l'avion transportait du "matériel radar" tout à fait "légal".
"L'avion transportait une cargaison qu'un fournisseur russe légal était en train de livrer de manière légale à un client légal", a déclaré M. Lavrov, cité dans un communiqué du Kremlin, à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité russe consacrée notamment à la situation en Syrie.

De toute façon, "s'il avait fallu livrer à la Syrie des équipements militaires ou des armes, cela aurait été fait en bonne et due forme, et non pas par une voie illégale, d'autant plus avec des civils à bord de l'appareil", avait déclaré jeudi, une source anonyme dans les services d'exportation d'armes russes, cité par l'agence de presse moscovite Interfax.
 

Vladimir Poutine, le président russe, a quant à lui repoussé au 3 décembre sa visite à Ankara, a déclaré jeudi à l'AFP le Kremlin. Celle-ci était initialement prévue le 15 octobre. "La troisième édition du conseil de coopération turco-russe aura lieu le 3 décembre à Ankara (...) sous la coprésidence de M. le Premier ministre (Erdogan) et du président russe", a indiqué jeudi un communiqué.


Enfin, le ministère russe des Affaires étrangères a exigé des explications de la part d'Ankara, précisant que l’intervention turque a "mis en danger" des passagers russes. Les autorités syriennes ont, elles, accusé Recep Tayyip Erdogan de "mentir". "Le Premier ministre turc continue sa série de déclarations mensongères qui visent à justifier le comportement hostile de son gouvernement à l'égard de la Syrie", a estimé le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sur le terrain, les rebelles ont progressé dans le nord du pays où ils ont pris le contrôle d'une portion de près de 5 km de l'autoroute stratégique reliant Damas à Alep, à hauteur de la ville de Maaret al-Noomane, également sous leur contrôle, selon un journaliste de l'AFP.

FRANCE24 avec dépêches

Première publication : 11/10/2012

  • SYRIE - TURQUIE

    Pourquoi la Syrie continue de tirer en territoire turc ?

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'armée turque continue de répondre coup pour coup aux tirs syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)