Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Avion de ligne intercepté : Ankara reste ferme face aux protestations russes et syriennes

© FRANCE 24

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Dernière modification : 12/10/2012

L'avion syrien assurant la liaison Moscou-Damas et intercepté par la Turquie mercredi "avait à bord du matériel radar", a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères, alors qu'Ankara soupçonne un convoyage de matériel non civil.

Depuis l’interception par l’armée turque, mercredi soir, d’un avion de ligne syrien assurant la liaison Moscou-Damas, les représentants de la Russie et de la Turquie ont multiplié les déclarations. Alors que Vladimir Poutine a repoussé une visite prévue dans la capitale turque, Ankara a menacé d’accentuer sa riposte.

Alors qu’il transportait 17 passagers russes, un Airbus A-320, parti de Moscou à destination de Damas, a été forcé d’atterrir mercredi soir à Ankara après avoir été pris en chasse par deux avions F4 de l’armée turque. En cause : sa "cargaison illégale". À Ankara, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l’avion comportait "de l'équipement et des munitions à destination du ministère syrien de la Défense" en provenance d'un fabricant russe de matériel militaire.

La Turquie menace d’accentuer sa riposte

L’évènement s’inscrit dans un contexte de tension entre Ankara et Damas : alors que l'armée turque a accru sa présence le long des 900 km de frontière entre les deux pays, l'artillerie a bombardé, au cours de la semaine écoulée, plusieurs positions de l'armée syrienne après des tirs de mortier venant de Syrie.

"Nous sommes déterminés à contrôler les transferts d'armement vers un régime qui commet de tels massacres parmi les civils. Il est inacceptable qu'un tel trafic passe par notre espace aérien", a déclaré dans la soirée à la télévision le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

"La Turquie ripostera avec davantage de force à tout nouveau bombardement en provenance du territoire syrien," a par ailleurs averti le chef d'état-major de l'armée turque, le général Necdet Ozel.

Ankara juge, en outre, que l'espace aérien syrien ne présente plus les garanties de sécurité nécessaires et invite les compagnies aériennes à ne plus l'emprunter, a dit le ministre. Un correspondant de Reuters à la frontière a vu un avion faire demi-tour vers la Turquie à l'approche de la frontière syrienne.

Réactions de Moscou et de Damas

Suite aux déclarations d’Ankara, les autorités russes ont d’abord réagi en niant la présence d'armes à bord. Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré que l'avion transportait du "matériel radar" tout à fait "légal".
"L'avion transportait une cargaison qu'un fournisseur russe légal était en train de livrer de manière légale à un client légal", a déclaré M. Lavrov, cité dans un communiqué du Kremlin, à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité russe consacrée notamment à la situation en Syrie.

De toute façon, "s'il avait fallu livrer à la Syrie des équipements militaires ou des armes, cela aurait été fait en bonne et due forme, et non pas par une voie illégale, d'autant plus avec des civils à bord de l'appareil", avait déclaré jeudi, une source anonyme dans les services d'exportation d'armes russes, cité par l'agence de presse moscovite Interfax.
 

Vladimir Poutine, le président russe, a quant à lui repoussé au 3 décembre sa visite à Ankara, a déclaré jeudi à l'AFP le Kremlin. Celle-ci était initialement prévue le 15 octobre. "La troisième édition du conseil de coopération turco-russe aura lieu le 3 décembre à Ankara (...) sous la coprésidence de M. le Premier ministre (Erdogan) et du président russe", a indiqué jeudi un communiqué.


Enfin, le ministère russe des Affaires étrangères a exigé des explications de la part d'Ankara, précisant que l’intervention turque a "mis en danger" des passagers russes. Les autorités syriennes ont, elles, accusé Recep Tayyip Erdogan de "mentir". "Le Premier ministre turc continue sa série de déclarations mensongères qui visent à justifier le comportement hostile de son gouvernement à l'égard de la Syrie", a estimé le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sur le terrain, les rebelles ont progressé dans le nord du pays où ils ont pris le contrôle d'une portion de près de 5 km de l'autoroute stratégique reliant Damas à Alep, à hauteur de la ville de Maaret al-Noomane, également sous leur contrôle, selon un journaliste de l'AFP.

FRANCE24 avec dépêches

Première publication : 11/10/2012

  • SYRIE - TURQUIE

    Pourquoi la Syrie continue de tirer en territoire turc ?

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'armée turque continue de répondre coup pour coup aux tirs syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)