Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Moyen-orient

Avion de ligne intercepté : Ankara reste ferme face aux protestations russes et syriennes

© FRANCE 24

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Dernière modification : 12/10/2012

L'avion syrien assurant la liaison Moscou-Damas et intercepté par la Turquie mercredi "avait à bord du matériel radar", a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères, alors qu'Ankara soupçonne un convoyage de matériel non civil.

Depuis l’interception par l’armée turque, mercredi soir, d’un avion de ligne syrien assurant la liaison Moscou-Damas, les représentants de la Russie et de la Turquie ont multiplié les déclarations. Alors que Vladimir Poutine a repoussé une visite prévue dans la capitale turque, Ankara a menacé d’accentuer sa riposte.

Alors qu’il transportait 17 passagers russes, un Airbus A-320, parti de Moscou à destination de Damas, a été forcé d’atterrir mercredi soir à Ankara après avoir été pris en chasse par deux avions F4 de l’armée turque. En cause : sa "cargaison illégale". À Ankara, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l’avion comportait "de l'équipement et des munitions à destination du ministère syrien de la Défense" en provenance d'un fabricant russe de matériel militaire.

La Turquie menace d’accentuer sa riposte

L’évènement s’inscrit dans un contexte de tension entre Ankara et Damas : alors que l'armée turque a accru sa présence le long des 900 km de frontière entre les deux pays, l'artillerie a bombardé, au cours de la semaine écoulée, plusieurs positions de l'armée syrienne après des tirs de mortier venant de Syrie.

"Nous sommes déterminés à contrôler les transferts d'armement vers un régime qui commet de tels massacres parmi les civils. Il est inacceptable qu'un tel trafic passe par notre espace aérien", a déclaré dans la soirée à la télévision le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

"La Turquie ripostera avec davantage de force à tout nouveau bombardement en provenance du territoire syrien," a par ailleurs averti le chef d'état-major de l'armée turque, le général Necdet Ozel.

Ankara juge, en outre, que l'espace aérien syrien ne présente plus les garanties de sécurité nécessaires et invite les compagnies aériennes à ne plus l'emprunter, a dit le ministre. Un correspondant de Reuters à la frontière a vu un avion faire demi-tour vers la Turquie à l'approche de la frontière syrienne.

Réactions de Moscou et de Damas

Suite aux déclarations d’Ankara, les autorités russes ont d’abord réagi en niant la présence d'armes à bord. Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré que l'avion transportait du "matériel radar" tout à fait "légal".
"L'avion transportait une cargaison qu'un fournisseur russe légal était en train de livrer de manière légale à un client légal", a déclaré M. Lavrov, cité dans un communiqué du Kremlin, à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité russe consacrée notamment à la situation en Syrie.

De toute façon, "s'il avait fallu livrer à la Syrie des équipements militaires ou des armes, cela aurait été fait en bonne et due forme, et non pas par une voie illégale, d'autant plus avec des civils à bord de l'appareil", avait déclaré jeudi, une source anonyme dans les services d'exportation d'armes russes, cité par l'agence de presse moscovite Interfax.
 

Vladimir Poutine, le président russe, a quant à lui repoussé au 3 décembre sa visite à Ankara, a déclaré jeudi à l'AFP le Kremlin. Celle-ci était initialement prévue le 15 octobre. "La troisième édition du conseil de coopération turco-russe aura lieu le 3 décembre à Ankara (...) sous la coprésidence de M. le Premier ministre (Erdogan) et du président russe", a indiqué jeudi un communiqué.


Enfin, le ministère russe des Affaires étrangères a exigé des explications de la part d'Ankara, précisant que l’intervention turque a "mis en danger" des passagers russes. Les autorités syriennes ont, elles, accusé Recep Tayyip Erdogan de "mentir". "Le Premier ministre turc continue sa série de déclarations mensongères qui visent à justifier le comportement hostile de son gouvernement à l'égard de la Syrie", a estimé le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sur le terrain, les rebelles ont progressé dans le nord du pays où ils ont pris le contrôle d'une portion de près de 5 km de l'autoroute stratégique reliant Damas à Alep, à hauteur de la ville de Maaret al-Noomane, également sous leur contrôle, selon un journaliste de l'AFP.

FRANCE24 avec dépêches

Première publication : 11/10/2012

  • SYRIE - TURQUIE

    Pourquoi la Syrie continue de tirer en territoire turc ?

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'armée turque continue de répondre coup pour coup aux tirs syriens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)