Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

FRANCE

Dix acquittements dans le procès des viols collectifs

© AFP. Nina, victime des viols, et son avocate

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2012

Le procès de 14 hommes accusés de viols collectifs dans une cité de la région parisienne s’est soldé par l’acquittement de 10 d’entre eux. Des peines allant de trois ans de prison avec sursis à un an ferme ont été prononcées pour les autres.

Le verdict est tombé tard dans la nuit de mercredi à jeudi. Dix des quatorze hommes poursuivis pour des viols collectifs sur deux jeunes femmes, Nina et Aurélie*, dans une cité de Fontenay-sous-Bois, en Île-de-France, ont été acquittés par la Cour d’assises du Val-de-Marne. Les quatre autres ont été condamnés à des peines légères, allant de trois ans de prison avec sursis à un an de prison ferme.

Le parquet de Créteil fait appel

Le ministère public a décidé de faire appel des condamnations et de certains acquittements, a indiqué vendredi à l'AFP la procureure de Créteil, Nathalie Becache.

"Le verdict est trop éloigné du réquisitoire de l'avocate générale, à la fois sur les peines prononcées et sur certains acquittements. Il ne correspond pas au déroulement des crimes et à leur appréciation", a-t-elle déclaré.

L'appel concerne les quatre personnes condamnées à des peines allant de trois ans avec sursis à un an ferme, ainsi que les acquittements prononcés par la cour alors que l'avocate générale avait requis des condamnations.

Quelques applaudissements ont accueilli l’énoncé du verdict. "On évite un fiasco judiciaire", a commenté Amar Bouaou, avocat d’un acquitté et d’un condamné. Les peines prononcées sont bien en deçà des réquisitions du parquet, qui avait demandé cinq à sept ans de prison pour huit accusés. L’avocate générale s’en était remise aux jurés pour décider du sort des six autres, évoquant un manque d’éléments à charge à leur encontre.
 
"Une instruction mal faite"

"Un naufrage judiciaire", a pour sa part commenté Laure Heinich, l'avocate des deux jeunes femmes, sur France Info. "Quand on entend ‘coupable de viol en réunion : trois ans de sursis', nécessairement on s'interroge : quel est le sens de la peine ?", a-t-elle également déclaré, fustigeant une instruction "extrêmement mal faite".

Après plus de trois semaines de débats sous haute tension, la Cour d’assises n’a reconnu les viols que sur une seule des jeunes femmes, Nina. Toutes les deux avaient déposé plainte en 2005 pour des viols à répétition - des "tournantes" - commis dans des conditions particulièrement sordides. Les plaignantes avaient entre 15 et 16 ans au moment des faits.
 
Plusieurs accusés ont reconnu avoir eu des relations sexuelles avec Nina, "consentante" selon eux. La jeune femme avait au contraire déclaré aux enquêteurs avoir eu le sentiment d’être "prise pour de la viande". Les hommes accusés de viol sur Aurélie, aujourd’hui 28 ans, ont tous été déclarés non coupables. "C’est flou. C’est loin. Il y a des choses dont on ne peut pas se souvenir", avait-elle déclaré à l’AFP la veille du verdict.

Vies de pères de famille rangés
 
Tous les accusés, qui vivent aujourd’hui des vies rangées de pères de famille, ont toujours nié avec véhémence les accusations dont ils ont fait l’objet. Douze d’entre eux ont comparu libres, l’un étant en fuite au Chili et l’autre, incarcéré, devant être jugé en novembre pour le kidnapping de son enfant et l’assassinat de son ex-compagne en février 2010.
 
Les deux jeunes femmes n’étaient pas présentes au tribunal de Créteil au moment de l’énoncé de la décision de la Cour d’assises. Aurélie, mère de trois enfants, ne s’est pas rendue au tribunal pendant une dizaine de jours, après une tentative de suicide. Nina, de son côté, n’a pas assisté à l’ensemble du procès sur les conseils de son médecin. Elle souffre d’ "épuisement psychologique".


*Le prénom a été modifié

(FRANCE24 avec dépêches)

 

Première publication : 11/10/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)