Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Economie

Chine : la success story du fabricant de PC Lenovo

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/10/2012

Le constructeur chinois est devenu le premier vendeur mondial de PC devant Hewlett-Packard. Dans un climat morose pour le secteur, il est le seul à avoir enregistré une hausse de ses ventes en un an. Histoire d’une success-story chinoise.

C’est fait. La suprématie des constructeurs informatiques américains n’est plus, selon le cabinet américain d’études Gartner. C’est un Chinois, Lenovo, qui a mis, jeudi 10 octobre, un terme à six ans de leadership de Hewlett-Packard (HP), qui lui même avait repris le flambeau de Dell.

Sur un marché des ventes de PC en berne au troisième trimestre 2012 - moins 8,3 % par rapport à l’année dernière - le constructeur chinois a vendu 13 767 976 ordinateurs contre 13 550 761 pour HP. L’Américain Dell ferme le trio de tête devant deux Taïwanais, Asus et Acer.

“C’est la première fois de son histoire que Lenovo occupe cette place de leader, un succès qu’il doit à sa politique d’acquisition et de positionnement agressif sur les prix”, analyse Gartner dans ces conclusions. Le groupe est, par ailleurs, le seul à avoir connu une progression de ses ventes mondiales en un an (+9,1 %).

Lenovo a dû batailler ferme pendant plus de 21 ans pour parvenir à ce niveau. Les consommateurs occidentaux n’ont certes appris à connaitre cette marque qu’à partir du rachat, en 2004, de la branche PC du géant américain IBM pour 1,75 milliards de dollars. Mais le constructeur existe depuis bien plus longtemps.

De Legend à Lenovo

Son histoire remonte à 1987, lorsque dix étudiants de l’Académie chinoise des sciences fondent New Technology Developer grâce à une aide publique de 25 000 dollars. Ce revendeur de matériel informatique prend, trois ans plus tard, le nom de Legend, qu’il gardera jusqu’à sa décision d’aller à la conquête du monde en 2004.

Entre temps, Legend a décidé de construire, à partir de 1991, ses propres ordinateurs et, à la veille du 21e siècle, occupe confortablement la première place en Chine. Lorsque l’ex-Empire du Milieu décide de rejoindre l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, le PDG de Lenovo, Yang Yuanqing, assure - prophétique - qu’en dix ans sa marque sera le leader mondial des constructeurs de PC.

Pour ce faire, Lenovo décide d’augmenter la part du marketing dans son budget de 2 % en 2001 à 20 % en 2003. Malgré cet effort pour se faire connaître à l’international, l’ascension n’a pas été aussi irrésistible qu’on pourrait le croire. Si l’acquisition, en 2004, de la branche PC d’IBM permet au constructeur chinois de se propulser d’entrée de jeu à la troisième place des constructeurs mondiaux, Lenovo rencontre rapidement un problème de culture.

Le groupe “exclusivement tourné vers le marché intérieur chinois n’avait absolument aucune équipe capable d’organiser le développement à l’international, alors que son acquisition l’a obligé très vite à jouer dans la cour des très grands”, écrivent ainsi plusieurs chercheurs de l’école américaine d’économie INSEAD dans une étude de cas de juin 2012 consacrée à la “mondialisation financière de Lenovo”.

Marchés émergents

Conséquence : le constructeur attend deux ans avant de commercialiser à l'étranger des ordinateurs sous son propre nom, à partir de 2006. Il peine à réaliser des profits hors de Chine et se fait ravir la troisième place au classement des constructeurs d’ordinateurs par le Taïwanais Acer.

Lenovo décide alors de réduire ses effectifs et se départit même de son activité de constructeur de téléphones portables débutée en 2002. Lorsque la crise économique frappe le monde en 2008, le constructeur chinois n’est pas épargné et affiche en 2009, pour la première fois, des pertes. Mais le groupe comprend également à cette époque l’intérêt de jouer à fond la carte des pays émergents, des marchés où les géants américains du secteur sont beaucoup moins entreprenants.

Ce sont donc le Brésil, l’Inde ou encore l’Afrique du Sud qui permettent à Lenovo de réellement décoller à partir de 2009, alors que ses concurrents continuent à éprouver des difficultés dans les pays dits développés. Une stratégie gagnante qui permet à Lenovo de renouer avec les profits dès 2010 et de ravir la deuxième place mondiale des constructeurs à Dell.

Mais surclasser les Dell et HP ne suffit pas à Lenovo. Depuis 2011, le groupe a décidé de s’attaquer au pré carré de géants multi-cartes comme Samsung ou Apple. Le constructeur chinois commercialise, en effet, ses propres smartphones et tablettes, et s’est lancé depuis début 2012 dans la télévision connectée.

Première publication : 11/10/2012

  • CHINE

    En Chine, Foxconn ferme temporairement une usine après une rixe

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    HP a perdu près de 9 milliards de dollars au troisième trimestre

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Hewlett-Packard veut supprimer 27 000 postes d'ici 2014

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)