Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

La pêche à la coquille Saint-Jacques crée une discorde entre pêcheurs français et britanniques

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2012

Soumis à une réglementation stricte, les pêcheurs français de coquilles Saint-Jacques se sont élevés contre le fait que les Britanniques puissent venir ponctionner la ressource présente près des côtes normandes.

La presse britannique recelait jeudi 11 octobre de coquilles. Et pour cause, une guerre maritime, engagée entre la France et la Grande-Bretagne, sur fond de litige sur la pêche à la coquille Saint-Jacques dans la Manche, a connu un pic de tensions lundi 8 octobre lorsque des pêcheurs se sont insultés par navires interposés. Humiliés par ce qu’ils considèrent comme un "pillage", les Français ont exigé que les navires britanniques - soumis à moins de réglementation - ne puissent plus ponctionner la ressource présente près des côtes normandes. Mais les responsables ministériels français ont tranché mercredi : il n’y a pas de recours envisageable.

Insultes et provocations

Lundi 8 octobre, insultes et projectiles fusaient au large de la Normandie entre marins français et britanniques. "Tu vas dégager !" lance un marin français en direction d’un bateau britannique, lors d’une altercation diffusée sur France 3. Un second commente la situation en laissant échapper sa rage : "Ils se foutent de notre gueule !". "Je ne comprends pas, je suis dans les eaux internationales et j’ai le droit de pêcher," réplique pour sa part un pêcheur venu de Grande-Bretagne.

Selon le règlement européen, les navires britanniques sont effectivement autorisés à venir jusqu’à 22 km environ des côtes françaises. "Le seul outil européen sur la coquille Saint-Jacques concerne sa taille minimale de 11 cm : tant qu'ils [les Britanniques, ndlr] la respectent, il n'y a aucun moyen réglementaire d'empêcher les Britanniques de pêcher en baie de Seine notamment", a expliqué mercredi un expert au ministère aux Transports et à la Pêche.

Les pêcheurs français face à une impasse

Outre la présence des pêcheurs concurrents, des différences de réglementation entre les deux pays hérissent les poils de ce côté-ci de la Manche. Alors que, pour les professionnels français, soumis à des quotas stricts (établis cette année à 3 500 tonnes selon l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer), la pêche n’a ouvert que depuis le 1er octobre, les voisins britanniques, eux, peuvent s’adonner à leur activité depuis début août, à bord de bateaux deux fois plus longs que ceux de leurs concurrents.

Une injustice soulevée notamment par des marins de la Manche, qui ont réclamé une fermeture de la pêche jusqu'à fin novembre au sud d'une ligne qui irait de Barfleur (Manche) au Cap d'Antifer (Haute-Normandie). Le président de la commission "Coquillages" du comité national des pêches, Paul Françoise, a lui parlé d'une "mesure d'urgence" pour préserver la ressource.

En parallèle, les Français sont confrontés à la fermeture de certains gisements affectés par la toxine ASP (Amnesic shellfish poison), ou toxine amnésiante, rendant le mollusque impropre à la consommation, tandis que les Iles britanniques sont équipées pour nettoyer les coquilles.

D’ordinaire rare dans la zone, ce genre d’incidents avait déjà eu lieu en 2002, lorsqu’un navire britannique avait été attaqué par un bateau français au large de Brest.
 

Première publication : 11/10/2012

  • PÊCHE

    Les thoniers français bravent la fermeture anticipée décrétée par l'UE

    En savoir plus

  • PÊCHE

    Des ostréiculteurs en colère bloquent le pont de l'Alma à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)