Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

EUROPE

Le prix Nobel de littérature est décerné au Chinois Mo Yan

© AFP

Vidéo par Sean ROSE

Dernière modification : 11/10/2012

Le prix Nobel de littérature a été décerné à l'écrivain chinois Mo Yan, âgé de 57 ans, auteur de quelque 80 romans, essais et nouvelles sur la Chine contemporaine. Il est l'un des auteurs chinois les plus réputés dans son pays et à l'étranger.

Qu'il dépeigne dans ses livres une scène de sexe ou de supplice, les ravages d'une guerre ou d'une beuverie, Mo Yan le fait avec une truculence toute rabelaisienne.
              
Son réalisme d'écriture et l'attachement à son terroir en Chine orientale valent à ce romancier de 57 ans d'être également comparé à l'Américain William Faulkner ou au Colombien Gabriel Garcia Marquez. Deux illustres prédécesseurs qu'il a rejoints jeudi sur la liste des lauréats du Nobel de littérature.
              
"Il prend le même plaisir à décrire, en long en large et en travers, aussi bien un grand banquet qu'un grand massacre", relate Sylvie Gentil, l'une des premières traductrices de l'écrivain.
              
Mo Yan, visage piriforme et chevelure clairsemée poivre et sel, est aujourd'hui l'un des auteurs chinois les plus réputés, dans son pays et à l'étranger. Il a atteint la notoriété avec "Le clan du sorgho", porté à l'écran sous le titre "Le sorgho rouge" par le fameux réalisateur Zhang Yimou.
              
Même si ses oeuvres sont fréquemment des "pavés" dépassant les 500 pages après traduction, elles figurent régulièrement parmi les best-sellers en Chine, à côté notamment des romans de Yu Hua, l'auteur de "Brothers".
              
De son vrai nom Guan Moye, Mo Yan est né en 1955 au sein d'une famille rurale qui a connu la faim lors du Grand bond en avant (1958-1961). Cette campagne de collectivisation à outrance, initiée par Mao, a provoqué de 20 à 50 millions de morts.
              
Dans sa région natale du Shandong, il vit donc une jeunesse marquée par les privations, une scolarité perturbée et vite interrompue, en pleine Révolution culturelle.
              
"Enfant il était très taciturne, il parlait peu, il était très renfermé sur lui-même", rappelle Mme Gentil. Plus tard il choisira comme nom de plume "Mo Yan", qui signifie "ne pas dire". Et c'est paradoxalement l'embrigadement qui lui permettra de s'épanouir.
              
"Il fait partie de ces paysans de familles illettrées qui ont été plus ou moins sauvés par l'armée, en y étant enrôlé et en réussissant à y faire carrière en devenant écrivain", poursuit la traductrice.
              
Le paysan-soldat-écrivain gardera longtemps l'uniforme, ce qui ne l'empêchera pas de publier, même s'il a dû parfois se frotter à la censure. Notamment lors des premières éditions de "Beaux seins, belles fesses", l'un de ses romans les plus populaires.
              
Lui-même gros lecteur, il apprécie les auteurs occidentaux, la littérature russe, japonaise, sud-américaine, explique à l'AFP Noël Dutrait, qui a traduit en français "Le pays de l'alcool", une autre oeuvre phare du répertoire picaresque de l'auteur.
              
"Mo Yan a une particularité: il s'efforce toujours de changer son style à chaque roman", souligne M. Dutrait. Une richesse que l'on retrouve dans la variété des thèmes qu'il choisit, du conflit sino-japonais aux tortures chinoises, en passant par l'abattage des porcs ou la corruption des cadres communistes.
              
"Un écrivain se doit d'exprimer des critiques et son indignation face au côté sombre de la société et à la laideur de la nature humaine", a un jour affirmé Mo Yan.
              
Pourtant, devenu vice-président de l'Association des écrivains chinois, une organisation officielle, il a parfois été accusé d'avoir manqué de solidarité avec la dissidence, dans le seul pays du monde qui emprisonne encore un Nobel de la paix, l'intellectuel et écrivain Liu Xiaobo.
              
"Il y a des gens qui lui reprochent de ne pas se démarquer du pouvoir", confirme Noël Dutrait, "mais en tout cas il écrit et il dit ce qu'il pense".
              
Dans un récent ouvrage intitulé "Grenouilles", Mo Yan évoque de sa plume acerbe la politique de contrôle des naissances en Chine, un sujet sensible qui a toutefois cessé depuis quelques années d'être tabou.
              
Selon Eric Abrahamsen, un expert américain en littérature chinoise, Mo Yan est un "grand auteur (...) qui rédige le Grand roman de la Chine", tout en étant "très malin quant à ce qui peut ou ne peut pas être écrit".
              
Régulièrement invité à l'étranger, même s'il ne parle que le chinois, Mo Yan, avare d'interviews, reste très attaché à son berceau natal de Gaomi, dans le Shandong. C'est là qu'il a un jour reçu l'un de ses plus fidèles admirateurs, l'écrivain nippon Kenzaburo Oe, prix Nobel de littérature 1994.
             
AFP

Première publication : 11/10/2012

  • PRIX NOBEL

    Le Nobel de chimie attribué aux Américains Robert Lefkowitz et Brian Kobilka

    En savoir plus

  • SCIENCES

    Le prix Nobel de physique décerné à Serge Haroche et à David Wineland

    En savoir plus

  • SCIENCES

    Le prix Nobel de médecine décerné à John Gurdon et Shinya Yamanaka

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)