Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

La France ratifie le traité budgétaire européen

© AFP

Dernière modification : 11/10/2012

Le Parlement français a donné son feu vert, jeudi, au traité budgétaire européen qui inscrit dans le marbre la controversée règle d'or. Dorénavant, les pays signataires ne devront pas excéder un déficit "structurel" de 0,5 % du PIB.

Après les députés mardi, ce sont les sénateurs français qui ont voté, jeudi, en faveur du traité budgétaire européen par 306 voix contre 32. Une adoption qui marque la ratification définitive par la France de ce texte européen.

Ce traité comporte la fameuse règle d'or obligeant les États signataires à avoir un déficit "structurel" - hors aléas conjoncturels comme un ralentissement économique - qui ne dépasse pas les 0,5 % du PIB.

La France devient ainsi le 13e pays européen - et le neuvième de la zone euro - à avoir adoubé le traité budgétaire européen qui avait été signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays de l'Union européenne. Seuls le Royaume-Uni et la République tchèque ont refusé de s'associer à ce texte.

Le traité ne peut entrer en vigueur au plus tôt que le premier janvier 2013, et uniquement si au moins 12 États membres de la zone euro l'ont ratifié.

Le président François Hollande et le premier ministre Jean-Marc Ayrault ont pesé de tout leur poids pour faire adopter ce traité qui a divisé leur majorité. Des parlementaires proches de l'aile gauche du parti socialiste, les communistes et les écologistes se sont opposés à ce texte qui forcerait la France à une "austérité perpetuelle", selon les termes de Jean-Luc Mélenchon, le chef de file du Parti de Gauche.

Si le gouvernement avait réussi à obtenir l'adoption du texte à l'Assemblée nationale  avec les s eulesvoix de la majorité, cela n'a pas été le cas au Sénat. En raison du rapport de forces et de l'opposition des communistes et du Parti de gauche, la ratification finale n'a été possible que grâce à l'apport des voix de l'UMP et du centre.

(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 11/10/2012

  • FRANCE

    Les députés approuvent la ratification du traité budgétaire européen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Selon Ayrault, le traité européen n'entamera pas la "souveraineté nationale"

    En savoir plus

  • ECONOMIE

    Le traité budgétaire européen pour les nuls

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)