Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

En plein affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy a reçu plusieurs fois Philippe Courroye

Dernière modification : 12/10/2012

Nicolas Sarkozy a reçu à l'Elysée Philippe Courroye, alors procureur de Nanterre, a au moins huit reprises au plus fort de l'affaire Bettencourt, selon un procès-verbal d'audition du magistrat que s'est procuré le journal "Le Monde".

L'ex-procureur de Nanterre Philippe Courroye et l'ex-président Nicolas Sarkozy se sont rencontrés au moins huit fois à des dates proches de moments-clés de l'affaire Bettencourt, mais le magistrat dément avoir évoqué l'affaire à ces occasions, révèle vendredi Le Monde.

Les avocats de MM Sarkozy et Courroye n'étaient pas joignables vendredi à la mi-journée.

Le journal, qui a obtenu des procès-verbaux versés à l'enquête judiciaire menée à Bordeaux, cite divers rendez-vous entre M. Sarkozy et M. Courroye, ou un certain "Ph C" figurant sur l'un ou l'autre de ses agendas, parfois avec la mention "arrivée par le parc", pour garantir semble-t-il la discrétion de la rencontre.

Ils se seraient ainsi rencontrés le 12 juin 2010, deux jours après que la fille de Liliane Bettencourt eut apporté à la brigade financière le produit des enregistrements réalisés pendant un an par le majordome de sa mère.

Ou le 11 septembre 2010, alors que l'ancienne comptable Claire Thibout a évoqué un possible financement illicite de la campagne de M. Sarkozy en 2007, et quatre jours avant un voyage du procureur en Suisse pour y chercher des éléments sur un tel financement, voyage dont il rentre quasi-bredouille.

Les agendas, assure le quotidien, montrent aussi des rendez-vous de M. Courroye avec Patrick Ouart et Jean-Pierre Picca, deux conseillers justice successifs de M. Sarkozy à l'Elysée.

M. Courroye, entendu pendant plusieurs heures le 2 octobre par deux des juges en charge de l'affaire Bettencourt à Bordeaux, a été questionné sur ces coïncidences. Selon Le Monde, il a confirmé connaître personnellement M. Sarkozy depuis une douzaine d'années, et "le voir depuis une à trois fois par an pour évoquer des sujets généraux et institutionnels", au cours de "rencontres privées".

"Il n’a jamais été question de cette affaire dans mes rencontres avec M. Sarkozy, M. Ouart ou M. Picca", aurait ainsi assuré aux juges M. Courroye, aujourd'hui avocat général à Paris, ajoutant: "Vous n’imaginez pas M. Nicolas Sarkozy ou M. Ouart m’interroger sur des affaires que je pouvais traiter. Vous m’imaginez encore moins moi-même répondant à des questions sur ces affaires ou prenant des +instructions+. Le penser serait même outrageant".

Il aurait complété : "Mes relations avec Nicolas Sarkozy n’ont jamais porté sur aucune affaire que je traitais", et "M. Nicolas Sarkozy ne m’a jamais parlé du financement de sa campagne et je ne lui en ai jamais parlé".

De nombreux acteurs du dossier estiment que M. Sarkozy lui-même pourrait être interrogé rapidement dans cette affaire par les juges.

AFP

Première publication : 12/10/2012

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    L'avocat de Liliane Bettencourt mis en examen pour abus de faiblesse

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Perquisitions au bureau et au domicile de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    À peine son immunité levée, Sarkozy contre-attaque dans l'affaire Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)