Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Afrique

Une centaine de blessés dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2012

Des heurts entre partisans et adversaires de Mohamed Morsi ont fait une centaine de blessés vendredi. À l'appel des Frères musulmans, les partisans du président égyptien s'étaient rassemblés contre l'acquittement de figures de l'ancien régime.

Une centaine de personnes ont été blessées vendredi dans des heurts entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi qui manifestaient séparément place Tahrir au Caire, sur fond de bras de fer entre l'exécutif et la justice.

Les manifestants des deux camps se sont jeté des pierres et des cocktails molotov, faisant au moins 110 blessés, selon le ministère de la Santé, dans les premières violences de cette ampleur depuis l'élection du président Morsi en juin.

A l'appel des Frères musulmans dont est issu M. Morsi, des centaines de personnes ont manifesté contre l'acquittement mercredi de figures de l'ancien régime, accusées d'avoir envoyé des hommes de main à dos de chameau pour attaquer les manifestants place Tahrir pendant la révolte qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak, début 2011.

Une autre manifestation avait été convoquée par des militants laïques pour réclamer la formation d'une nouvelle commission constituante plus représentative, alors que la Haute cour administrative doit se prononcer mardi sur la légalité de la commission actuelle dominée par les islamistes.

Les heurts ont commencé quand des partisans des Frères musulmans ont détruit le podium d'un groupe qui scandait des slogans anti-Morsi, selon un journaliste de l'AFP.

Des manifestants ont mis le feu à deux bus qui avaient été utilisés pour conduire des partisans des Frères musulmans sur la place, selon des témoins.

"A bas le règne du Guide suprême", scandaient des manifestants anti-Morsi, faisant référence au numéro 1 de la confrérie islamiste Mohammed Badie.

Selon un correspondant de l'AFP, les heurts ont diminué d'intensité après que les partisans du camp islamiste se sont retirés de Tahrir en soirée. Selon la télévision publique, ils se sont rassemblés devant les bureaux du procureur général à proximité.

Les Frères musulmans ont démenti sur Twitter toute implication de leurs membres dans les heurts: "Nous ne sommes pas impliqués dans les heurts à Tahrir, et aucun de nos membres n'est sur place", écrit la confrérie.

Entre-temps, le président Morsi a promis que les anciens responsables de l'ère Moubarak acquittés mercredi seraient de nouveau jugés.

"Nous ne pouvons ignorer ceux qui ont commis des crimes contre la nation", a-t-il dit dans une mosquée d'Alexandrie (nord), selon l'agence officielle Mena. "Ils auront affaire à la justice et au système judiciaire", a-t-il ajouté.

"Menaces" contre le procureur

Le président fait face cependant à la colère des juges après qu'il eut démis de ses fonctions jeudi le procureur général Abdel Meguid Mahmoud, le nommant ambassadeur d'Egypte au Vatican.

M. Mahmoud était accusé par plusieurs militants de la révolte de 2011 de continuer de soutenir le régime Moubarak et d'avoir été à l'origine de l'insuffisance des preuves présentées par le parquet dans les procès de responsables accusés d'implication dans la mort de manifestants.

Mais le procureur général a déclaré jeudi qu'il restait à son poste, affirmant que "selon la loi, un membre du corps judiciaire ne peut pas être démis par le pouvoir exécutif".

Dans un communiqué, il a indiqué que de hauts responsables, dont le ministre de la Justice Ahmed Mekki, l'avaient averti qu'il pourrait être attaqué par des manifestants s'il n'acceptait pas son limogeage.

Cette décision est un nouvel épisode dans l'épreuve de force entre les juges nommés sous Moubarak, et M. Morsi, qui a tenté en vain de rétablir le Parlement dominé par les islamistes mais dissous à la suite d'une décision de justice.

D'influents juges ont apporté leur soutien au procureur général, ont rapporté vendredi les médias officiels.

L'institution judiciaire s'est rangée aux côtés de M. Mahmoud au nom de "la souveraineté de la Loi et du principe de séparation des pouvoirs", a expliqué Ahmed al-Zind, à la tête du Club des juges, selon le quotidien Al-Ahram. Il a indiqué que les juges devaient tenir une réunion d'urgence pour "faire face à la crise actuelle destinée à nuire au pouvoir judiciaire".

Le Club des juges s'était vivement opposé à l'élection en juin de M. Morsi, qui avait appelé à rejuger M. Moubarak et les responsables de son régime pour la mort de près de 850 personnes lors du soulèvement de janvier-février 2011.

(AFP)

Première publication : 12/10/2012

  • Sur Les Observateurs

    Clashs entre des membres des Frères musulmans et des militants laïcs place Tahrir

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi à l’épreuve des 100 premiers jours

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Quand Nasser se moquait des Frères musulmans et du voile islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)