Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Débat Biden-Ryan : échanges musclés entre candidats à la vice-présidence

© AFP

Texte par Ségolène ALLEMANDOU , Jon FROSCH

Dernière modification : 17/10/2012

Lors du débat entre les candidats à la vice-présidence, Joe Biden a réussi à se montrer incisif face à un Paul Ryan appliqué. Les démocrates espèrent qu'il a réussi à faire oublier la piètre prestation de Barack Obama la semaine dernière.

Des échanges musclés, des adversaires qui se rendent coup pour coup et une ambiance plutôt tendue... Le débat entre les candidats à la vice-présidence des États-Unis, Joe Biden et Paul Ryan, s’est, sans aucun doute, avéré plus percutant que le premier face à face entre les candidats à la Maison Blanche, Barack Obama et Mitt Romney, mardi 3 octobre.

Les instituts de sondage peinent ainsi à départager les deux hommes. Selon un sondage effectué par CBS News, 50 % d'électeurs indécis jugent que Joe Biden a remporté le débat, contre 31 % se prononçant pour Paul Ryan. Une étude de CNN indique que 48 % des personnes interrogées ont assisté à une victoire du candidat républicain, contre 44% pour son adversaire démocrate. Les deux colistiers ont été bons, constate Karlyn Bowman, politologue à l’Institut de l’entreprise. Biden a été combatif et vif, Ryan a été calme et a fait preuve de sang-froid.

La Libye, premier point de discorde

Dès l'ouverture du débat, qui se déroulait au Centre College de Danville, dans le Kentucky, Paul Ryan a accusé l'administration Obama de contribuer à donner une image de "faiblesse" des États-Unis à travers le monde, en pointant sa responsabilité dans l’attaque du consulat de Benghazi le 11 septembre dernier en Libye, au cours de laquelle l'ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains ont été tués. "Avec tout le respect que je vous dois, ce sont des bobards", a rétorqué Joe Biden, qui est à son tour passé à l’offensive en accusant Mitt Romney de ne pas s'être montré "présidentiel" en tenant une conférence de presse immédiatement après l'attaque de Benghazi.

Paul Ryan, candidat républicain à la vice-présidence


Paul Ryan a répliqué qu'il avait "fallu deux semaines au président pour reconnaître qu'il s'agissait d'une attaque terroriste" et reproché à l'administration d'avoir changé de version sur le scénario de l'attaque, d'abord attribuée à une manifestation spontanée contre une vidéo islamophobe publiée sur Internet. "N'aurait-il pas fallu avoir un détachement de militaires pour protéger notre ambassadeur à Benghazi?" a ajouté Ryan, élu sept fois au Congrès mais qui participait à son premier débat.

L'Iran a aussi fait l'objet d'un échange musclé lors de ce débat mené par la journaliste Martha Raddatz, d'ABC News. "Face à l'Iran, nous (l'administration Romney) aurons plus de crédibilité que l'administration Obama", a lancé Paul Ryan. "Incroyable !", a répliqué le vice-président, en accusant le ticket Romney-Ryan de vouloir aller vers une nouvelle guerre. Et le vice-président d’afficher un sourire moqueur quand son adversaire tente de définir son agenda pour empêcher l'Iran d'obtenir la bombe nucléaire. "Ils en sont encore loin", affirme sans sourciller Joe Biden.

"Biden a fait mieux qu'Obama"

Joe Biden, coutumier des grands débats et expert des questions internationales, semble faire oublier la piètre performance de Barack Obama lors du premier débat des candidats. "Rien qu’avec ses premières réponses, Biden a déjà fait mieux qu’Obama lors du premier débat", note sur son compte Twitter Nicholas Kristof, journaliste au New York Times. Le vice-président a offert aux démocrates le coup de fouet dont ils avaient besoin pour se relancer, indique Larry Sabato, directeur de l’Institut politique de l’université de Virginie.

Joe Biden, Vice-président, candidat démocrate à la vice-présidence

Biden a fait ce que les démocrates voulaient qu’Obama fasse dès le premier débat, estime pour sa part Thomas Mann, politologue à la Brookings Institution, un think tank basé à Washington. "Il a gagné à la fois sur le style et la présentation mais aussi sur la force et la véracité de ses arguments face à Ryan", poursuit-il.

Quand Paul Ryan a qualifié la réforme du système de santé d’"échec", Joe Biden, lui, est resté hilare. "Leurs idées sont vieilles et nulles", a affirmé le vice-président à propos du ticket Romney-Ryan. Il s’est alors directement adressé aux téléspectateurs, face caméra : "Qui croyez-vous ? Ces mecs-là [les républicains, NDLR] ? Ou le président et moi ?". Quelques minutes, Paul Ryan a fait de même en s’adressant face caméra.

"Seul Obama peut restaurer l'image d'Obama"

Dans ce débat, l’expérience de Joe Biden a parlé, relève Stanislas de Saint-Hippolyte, correspondant aux États-Unis de FRANCE24. Le vice-président, du haut de ses 69 ans, a semblé prendre l’ascendant sur le jeune Paul Ryan, 42 ans, qui n’avait jamais participé à un tel exercice et paraissait plus appliqué. "Presque 30 ans séparent les deux hommes. Paul Ryan est forcé au respect", a-t-il commenté. "Ryan s’est montré sérieux et bien documenté mais aussi intimidé par Biden", note Larry Sabato.

Même dans le volet économique, son sujet de prédilection, Paul Ryan n’est pas arrivé à reprendre le dessus. Sous les questions de Martha Raddatz, le républicain n'est pas parvenu à expliquer le programme de son parti sur la baisse des impôts. De son côté, Joe Biden n’a pas oublié, contrairement à Obama, de tacler, lors de sa déclaration finale, les "47 % d'assistés" que compterait l'Amérique, selon Romney. "Il parle de gens comme ma mère, mon père... ce n'est pas juste", s’est-il indigné. De son côté, Paul Ryan a terminé sa prestation plus sobrement : "Quel pays allons-nous laisser à nos enfants ? Vous méritez mieux !", a-t-il lancé aux Américains.

À l’issue du débat, difficile de savoir s'il aura un effet dans les sondages. "Je n’ai aucune certitude sur l’impact du débat sur le comportement des électeurs indécis”, a commenté Thomas Mann. Pour Larry Sabato, "seul Obama peut restaurer l'image d'Obama". La pression reste sur les épaules du président, qui retrouvera Mitt Romney lors du deuxième débat, mardi 16 octobre.

Première publication : 12/10/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney prône une diplomatie plus offensive

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Romney "énergique", Obama "peu combatif", le verdict de la presse américaine

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney attaque Barack Obama sur l'économie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)