Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En direct : le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

EUROPE

Le prix Nobel de la paix attribué à l'Union européenne

©

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2012

Le prix Nobel de la paix a été attribué à l'Union européenne, qui a, selon le comité norvégien, "contribué au cours de ces six dernières décennies à la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits de l'Homme en Europe".

Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi 12 octobre à l’Union européenne (UE). Malgré une année de crise économique dans la zone euro, l'UE est récompensée pour son rôle historique dans la pacification d’un continent coutumier des guerres.

Fondée en 1945 sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, l’Union européenne a "contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la  démocratie et les droits de l'homme en Europe", a ainsi déclaré Thorbjorn Jagland, président du jury du Nobel.  "L’UE traverse actuellement de graves difficultés économiques et une considérable fronde sociale. Le comité norvégien Nobel souhaite se concentrer sur les avancées les plus importantes de l’UE : le combat réussi pour la paix et la réconciliation [.. .]"; a-t-il ajouté. 

La décision a été prise à l’unanimité, rapporte la chaîne de télévision norvégienne NRK, qui a laissé filtrer l’information une dizaine de minutes avant l’annonce officielle.

 
Un prix à valeur historique
 
Le choix du comité Nobel peut sembler surprenant en raison des difficultés économiques actuelles de l’UE, secouée par la crise de la dette dans la zone euro. Le continent est plongé dans une cure d’austérité drastique qui se traduit par de vives tensions sociales et des regains de nationalisme.
 
Soucieuces de protéger leurs intérêts, les riches économies du Nord traînent des pieds pour venir en aide aux pays du Sud financièrement asphyxiés par la dette publique.  L'édifice européen souffre plus que jamais d’un manque de popularité au sein des opinions publiques pour qui Bruxelles est souvent éloigné et trop bureaucratique.
 
Malgré des crises de croissance récurrentes, l'Union européenne a néanmoins lié les destins des ennemis d'hier pour devenir le plus grand marché commun et la première puissance économique au monde, où la libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux est garantie.
 
"Aujourd’hui, une guerre entre la France et l’Allemagne serait impensable. Cela montre comment, avec des efforts sensés et en construisant une confiance mutuelle, des ennemis historiques peuvent devenir de proches partenaires", ajoute Thorbjorn Jagland.
 
Créée par les six pays signataires du Traité de Rome en 1957, l'UE, alors baptisée Communauté européenne, s’est progressivement développée pour représenter désormais 27 États, notamment avec l’élargissement dans les années 2000 aux pays d’Europe de l’Est auparavant sous la tutelle de l’Union soviétique. Alors que le continent était divisé par le Rideau de fer il y a encore une vingtaine d’années, 17 pays partagent aujourd’hui une monnaie commune.

En Norvège, un pavé dans la mare
 
Ce Nobel de la paix représente un pavé dans la mare en Norvège, où siège le comité du prix. Le pays scandinave a refusé à deux reprises d’intégrer l’UE, lors de référendums en 1972 et 1994. Classé au premier rang de l’indice de développement humain établi par l’ONU, il a prospéré en dehors de l’Union européenne grâce notamment à ses richesses en hydrocarbures. Près de trois Norvégiens sur quatre diraient toujours  "non" à l'UE, selon les derniers sondages.
 
Le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, à la tête d'une coalition de gauche divisée sur la question européenne, a certes félicité l'Union européenne (UE) pour ce prix Nobel, mais a exclu de nouveau une adhésion de son pays. "Il est possible de féliciter l'UE pour ce prix de la Paix, de reconnaître son rôle de faiseur de paix et de distinguer cela de la question de la relation de la Norvège avec l'UE", a-t-il dit, soulignant qu'"une adhésion n'est pas d'actualité".
 
Les principaux dirigeants européens ont, eux, réagi avec "émotion", se disant "honorés" par ce prix. Les Européens sont parvenus "à surmonter la guerre et les divisions" pour "former ensemble un continent de paix et de prospérité", a affirmé le président du Conseil de l'UE Herman Van Rompuy. L'attribution du prix est "un grand honneur pour l'Union européenne", a-t-il ajouté en soulignant qu'il s'agissait, selon lui, "de la plus forte reconnaissance possible des profondes motivations politiques qui animent notre Union".
 
Les dix derniers lauréats du prix Nobel de la paix

 

2012: Union européenne (UE)
2011: Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee (Liberia), et Tawakkol Karman (Yémen)
2010: Liu Xiaobo (Chine)
2009:
Barack Obama (Etats-Unis)

2008: Martti Ahtisaari (Finlande)
2007
: Al Gore (Etats-Unis) et le panel de l'ONU sur le climat
2006:
Muhammad Yunus (Bangladesh) et la Grameen Bank

2005: Agence internationale de l'énergie atomique et son directeur Mohamed
ElBaradei (Egypte)

2004: Wangari Maathai (Kenya)
2003: Shirin Ebadi (Iran)

 

Le prix Nobel de la paix est "un grand honneur pour l'ensemble de l'Union européenne, pour ses 500 millions de citoyens", a réagi de son côté le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. "Nous sommes fiers que l'UE soit le premier fournisseur au monde d'aide au développement et d'aide humanitaire, et se tienne aux avants-postes des efforts mondiaux pour protéger notre planète à travers la lutte contre le changement climatique", a-t-il ajouté.
 
"Le plus grand projet de paix qui ait jamais existé"
 
Plusieurs eurodéputés se sont également exprimés. "Je salue la reconnaissance par le comité Nobel du fait que l'UE a transformé un continent belliqueux en projet de paix", a twitté l'eurodéputé libéral Guy Verhofstadt.
 
"L'Union européenne est le plus grand projet de paix qui ait jamais existé", a souligné Joseph Daul, président du groupe conservateur PPE au Parlement européen, soulignant que "l'ensemble de l'histoire et des valeurs de l'Union européenne ont été reconnues aujourd'hui".
 
Le président du groupe socialiste, Hannes Swoboda, a rappelé que "le projet européen n'est pas seulement une garantie de paix en Europe et parmi ses 27 membres actuels, mais va plus loin et s'adresse aux voisins de l'Europe et aux pays candidats qui veulent la rejoindre rapidement".
 
L'eurodéputé vert Daniel Cohn-Bendit a estimé que ce prix était l'occasion de demander pour l'UE un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Il a également estimé que le Nobel était "une injonction à l'UE pour qu'elle assume la responsabilité de la paix sociale dans les pays en crise".
 
Le prix, soit une médaille, un diplôme et un chèque de 8 millions de couronnes suédoises (quelque 922 000 euros), sera officiellement remis le 10 décembre à Oslo.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 12/10/2012

  • NOBEL

    Mo Yan, écrivain truculent de la Chine contemporaine et prix Nobel de littérature

    En savoir plus

  • PRIX NOBEL

    Le Nobel de chimie attribué aux Américains Robert Lefkowitz et Brian Kobilka

    En savoir plus

  • SCIENCES

    Le prix Nobel de physique décerné à Serge Haroche et à David Wineland

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)