Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

Afrique

Discours de Dakar : après les paroles, l'Afrique attend des actes

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 13/10/2012

Au lendemain du discours de François Hollande à Dakar, dans lequel il a promis la fin de la Françafrique, la presse africaine se félicite de la rupture par rapport à son prédécesseur Nicolas Sarkozy, mais elle demande aussi des actes concrets.

La presse africaine revient largement ce samedi sur le déplacement de François Hollande à Dakar. Cinq ans après les propos controversés de Nicolas Sarkozy sur "l'homme africain" qui selon lui, n'était "pas assez entré dans l'Histoire", les Africains attendaient beaucoup de la venue du nouveau président français.

"Les fromages hollandais"

La Une du journal sénégalais Le Soleil

Le journal sénégalais "Le Soleil", qui fait sa une sur cette visite, en dresse un bilan positif en insistant sur les "quatre conventions signées" entre les deux pays, "la démocratie sénégalaise magnifiée" et "la facilitation de l’obtention des visas pour les étudiants et les artistes".

Le constat est aussi élogieux pour "WalFadjiri" qui écrit que "Hollande corrige la copie de Sarkozy et enterre la Françafrique".

Mais dans le reste de la presse sénégalaise, les analyses sont beaucoup plus nuancées. Le "Quotidien" titre ainsi en Une : "Les fromages hollandais". Ce journal affirme que pour arrêter la Françafrique, "François Hollande devra commander des serrures très spéciales pour que portes de l’Élysée et des ministères soient closes", à la "race d’affairistes, de gourous de la communication et de porteurs de mallettes à la peau dure".

"Un discours qui n’est pas vraiment une innovation"

La Une du journal sénégalais Le Quotidien

Dans d’autres pays africains, le discours de François Hollande n’a pas non plus totalement convaincu.

Dans le journal ivoirien "Notre Voie", Koulibaly Doucy note que même si la prise de parole du président français "sonne comme une sorte de réparation à l’égard des Africains, cinq années après la déclaration rébarbative et humiliante que son prédécesseur Nicolas Sarkozy a faite à Dakar", il affirme que ce discours "n’est pas vraiment une innovation dans la mesure où il n’inclut pas de mesure qui permet de croire à une volonté réelle de changement entre les pays africains et la France".

Le journaliste précise que les propos du président sont en désaccord avec les actes immédiats posés par la France : "Pendant que Hollande annonce la fin du temps de l’Afrique et parle de responsabilité de l’Afrique, la France propose une résolution au nom du Mali, au Conseil de sécurité de l’Onu".

Analyse France 24: "En théorie, il n'y a plus de cellule africaine à l'Élysée"

"Des paroles apaisantes, repentantes, mais qui restent des formules"

Dans son éditorial, le site Gabon Review ne cache pas sa déception. Il explique ainsi que le discours "marque une réelle rupture avec les catéchismes du passé, certains d’entre eux du moins, mais que cela restera des promesses tant que, dans les faits, rien n’aura fondamentalement changé".

Le site gabonais s’interroge également sur la capacité de la France à tenir ses promesses : "François Hollande s’avance un peu trop lorsqu’il promet l’aide de la France dans la promotion de l’économie du continent africain. D’abord, parce qu’elle n’en a plus les moyens financiers. Ensuite parce que son poids politique est déjà largement émoussée par celui de l’Union européenne."

Le journaliste attend désormais que le président français fasse ses preuves : "Place aux actes maintenant, tant il est facile de parler et dénoncer, d'autres l'ont fait avant lui, puis d'oublier ses promesses une fois rentré à la maison", conclut-il.

Première publication : 13/10/2012

  • DIPLOMATIE

    Hollande à Dakar : "Le temps de la Françafrique est révolu"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Liveblogging : revivez le discours de François Hollande à Dakar

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    "Il y aura la France et il y aura l’Afrique, plus besoin de mêler les deux mots"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)