Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Tu es un journal et tu dois savoir rester à ta place"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

Afrique

Égypte : Morsi accepte que le procureur général conserve son poste

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Dernière modification : 13/10/2012

Abdel Meguid Mahmoud restera procureur général. Son limogeage était intervenu après l'acquittement d'anciens responsables de l'ère Moubarak qui étaient accusés d'être impliqués dans des violences lors de la révolte de 2011.

Le président égyptien Mohamed Morsi et le procureur général se sont mis d'accord samedi pour que ce dernier conserve son poste, mettant fin à la crise qui a éclaté après la décision du président de le nommer ambassadeur au Vatican, selon le procureur général adjoint Adel Saïd.

La rencontre entre les deux hommes samedi a abouti à un accord pour que "le procureur général reste à son poste", a affirmé M. Saïd évoquant "un malentendu à propos de la nomination (du procureur général Abdel Meguid Mahmoud) au poste d'ambassadeur d'Égypte au Vatican".

Le président Morsi avait démis jeudi M. Mahmoud de ses fonctions, le nommant ambassadeur au Vatican. Mais le procureur général a déclaré qu'il restait à son poste, affirmant que "selon la loi, un membre du corps judiciaire ne peut pas être démis par le pouvoir exécutif".

Une manifestation à l’appel des Frères musulmans dégénère

Ce limogeage est intervenu au lendemain de l'acquittement d'anciens responsables de l'ère Moubarak qui étaient accusés d'être impliqués dans des violences durant le Printemps arabe. Certaines figures actives de la révolte de 2011 estiment que M. Mahmoud continue à soutenir le régime du président déchu Hosni Moubarak et lui reprochent d'avoir été à l'origine de l'insuffisance des preuves présentées par le parquet dans les procès des anciens responsables.

Vendredi, à l'appel des Frères musulmans, les partisans du président égyptien s'étaient rassemblés pour protester contre ces décisions de justice. Des heurts durant la manifestation entre partisans et adversaires de Mohamed Morsi ont fait une centaine de blessés.

M. Mahmoud avait affirmé vendredi dans un communiqué avoir reçu des "menaces directes et indirectes" de hauts responsables le poussant à accepter son limogeage.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 13/10/2012

  • ÉGYPTE

    Une centaine de blessés dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi à l’épreuve des 100 premiers jours

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Quand Nasser se moquait des Frères musulmans et du voile islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)