Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Niger : une cinquantaine de soldats tués dans une attaque de Boko Haram

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

Afrique

Égypte : Morsi accepte que le procureur général conserve son poste

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Dernière modification : 13/10/2012

Abdel Meguid Mahmoud restera procureur général. Son limogeage était intervenu après l'acquittement d'anciens responsables de l'ère Moubarak qui étaient accusés d'être impliqués dans des violences lors de la révolte de 2011.

Le président égyptien Mohamed Morsi et le procureur général se sont mis d'accord samedi pour que ce dernier conserve son poste, mettant fin à la crise qui a éclaté après la décision du président de le nommer ambassadeur au Vatican, selon le procureur général adjoint Adel Saïd.

La rencontre entre les deux hommes samedi a abouti à un accord pour que "le procureur général reste à son poste", a affirmé M. Saïd évoquant "un malentendu à propos de la nomination (du procureur général Abdel Meguid Mahmoud) au poste d'ambassadeur d'Égypte au Vatican".

Le président Morsi avait démis jeudi M. Mahmoud de ses fonctions, le nommant ambassadeur au Vatican. Mais le procureur général a déclaré qu'il restait à son poste, affirmant que "selon la loi, un membre du corps judiciaire ne peut pas être démis par le pouvoir exécutif".

Une manifestation à l’appel des Frères musulmans dégénère

Ce limogeage est intervenu au lendemain de l'acquittement d'anciens responsables de l'ère Moubarak qui étaient accusés d'être impliqués dans des violences durant le Printemps arabe. Certaines figures actives de la révolte de 2011 estiment que M. Mahmoud continue à soutenir le régime du président déchu Hosni Moubarak et lui reprochent d'avoir été à l'origine de l'insuffisance des preuves présentées par le parquet dans les procès des anciens responsables.

Vendredi, à l'appel des Frères musulmans, les partisans du président égyptien s'étaient rassemblés pour protester contre ces décisions de justice. Des heurts durant la manifestation entre partisans et adversaires de Mohamed Morsi ont fait une centaine de blessés.

M. Mahmoud avait affirmé vendredi dans un communiqué avoir reçu des "menaces directes et indirectes" de hauts responsables le poussant à accepter son limogeage.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 13/10/2012

  • ÉGYPTE

    Une centaine de blessés dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi à l’épreuve des 100 premiers jours

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Quand Nasser se moquait des Frères musulmans et du voile islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)