Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

BILLET RETOUR

France : près de quatorze ans après la catastrophe d’AZF, des questions en suspens

En savoir plus

Economie

Global Noise : une "casserolade" mondiale de protestation

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 14/10/2012

Dans plusieurs grandes villes dans le monde, des rassemblements ont été organisés pour réclamer plus de justice sociale. Les manifestants sont descendus dans les rues, casserole à la main, pour relancer le mouvement de protestation.

Le 15 octobre 2011, se tenait la première journée mondiale "de la colère". Les mouvements des Indignés et du collectif "Occupy Wall Street" avaient réussi à organiser des manifestations dans les rues de plus de 700 villes pour exprimer leur mécontentement face au modèle économique capitaliste et exiger plus de "démocratie réelle".

Vidéo de présentation de la journée de contestation

Un an plus tard, une nouvelle initiative qui porte le nom de "Global Noise" a été organisée samedi 13 octobre à travers une trentaine de villes dans le monde.

Comme l’explique les organisateurs sur leur site Internet, "Le fil conducteur des manifestations du Global Noise” est la dénonciation des élites financières et politiques que nous tenons pour responsable de la destructions de nos sociétés et de la planète, et fait écho à la vague actuelle de manifestations contre l’austérité en Europe et dans le monde."

Faire du bruit

Pour mieux se faire entendre, les manifestants étaient invités à se munir d'ustensiles de cuisine et à faire le plus de bruit possible. Cette méthode est inspirée des concerts de casseroles (cacerolazos) que les Argentins avaient utilisé en 2001 pour dénoncer la crise économique. Ce phénomène a récemment été de nouveau popularisé au Québec par les protestations étudiantes contre la hausse des frais de scolarité.

"Les manifestations sous forme de casserolade visent à attirer l'attention sur les problèmes que rencontrent une communauté et qui ne sont pas pris en compte par les autorités, d'une manière difficile à ignorer", peut-on lire sur le site de Global Noise.

La carte des manifestations "Global Noise" organisées le 13 octobre à travers le monde

L'Espagne et le Portugal, figures de proue des manifestations

Les premiers rassemblements ont eu lieu au Japon et en Australie, tandis que l'Union européenne, récemment récompensée du prix Nobel de la paix, n'était pas en reste. La péninsule ibérique était même au coeur de la contestation samedi soir. L'Espagne et le Portugal font face à une grogne sociale croissante contre les mesures d’austérité.

La manifestation Global Noise à Melbourne

À Lisbonne, c'est dans une ambiance festive que plusieurs milliers de personnes ont assisté à une manifestation dite "culturelle" initiée par de nombreux artistes. "La culture est résistance, les artistes sont dans la rue", ont-ils notamment scandé tout au long de la soirée.

À Madrid, 2 000 personnes ont répondu présent à l'appel des fameux "indignés", en manifestant dans les rues de la capitale espagnole, munis de casseroles pour se faire remarquer. "Nous ne devons rien à personne, nous ne payerons pas", pouvait-on entendre dans la foule.

Au vu de la conjoncture économique des deux pays et de leur sévère plan d'austérité respectif, les mouvements de contestation ne devraient pas molir de sitôt. L'Espagne et le Portugal pourraient d'ailleurs avoir recours, dans les prochaines semaines, à un plan de sauvetage pour éviter la faillite, comme l'ont fait la Grèce et l'Irlande.

Première publication : 13/10/2012

  • Les Espagnols révoltés pratiquent la désobéissance civile

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Occupy Wall Street doit repartir à la conquête de la population"

    En savoir plus

  • Bankia : les indignés espagnols demandent des comptes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)