Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Ianis Guerrero

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

Afrique

Hollande à Kinshasa : "il y a encore des réalités inacceptables en RDC"

Dernière modification : 13/10/2012

À l'occasion du 14e sommet de la francophonie à Kinshasa, le président français s'est dit "favorable" à un élargissement du mandat de la mission de l'Onu en République démocratique du Congo. La crise malienne est l'autre priorité du sommet.

Une vingtaine de chefs d'État et de gouvernement "ayant le français en partage" se réunissent à partir de samedi à l’occasion du 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa. Ils doivent se pencher, à huis clos, sur deux crises africaines : le conflit dans l'est de la RDC et l'occupation du Nord-Mali.

La politique africaine du nouveau gouvernement français constitue l’un des axes essentiels de cette 14e édition. Dans un entretien exclusif accordé vendredi à FRANCE 24, RFI et TV5 avant son déplacement en Afrique, François Hollande avait tenu à clore définitivement l’ère de la Françafrique. "Je ne suis pas là pour être l’arbitre, le juge (…) C’est une nouvelle politique qui est en train de se définir. Il y aura la France et il y aura l’Afrique – on n’aura pas besoin de mêler les deux mots".

Une position que le chef de l’Etat français a réaffirmé à Dakar d’abord, puis à Kinshasa. Samedi, il s’est entretenu avec son homologue congolais Joseph Kabila, hôte du sommet et dont le régime est sous le feu des critiques pour ses violations des droits de l'Homme, avant de prononcer un discours devant la tribune des chefs d’État présents à Kinshasa.

François Hollande a fait de la démocratie et des droits de l'Homme l'une des "priorités" de la francophonie. Il a ensuite proposé d'accueillir un premier forum des femmes francophones en France pour assurer la promotion de ces valeurs.

François Hollande : "la francophonie doit porter la démocratie"

Des propos qui ont pris un caractère particulier dans un pays où les dernières élections, en novembre 2011, avaient été entachées d'irrégularités. Un scrutin local prévu l'an prochain doit servir de test.

"Ici, nous sommes dans une démocratie où le processus n'a pas été encore été complet, c'est le moins que l'on puisse dire. Il y a encore des réalités inacceptables", a déclaré François Hollande qui s'est également gardé d'applaudir les propos liminaires de Kabila et qui a omis de le remercier en tant qu'hôte lorsqu'il a pris la parole.


François Hollande devrait aussi rencontrer l'opposant historique Étienne Tshisekedi, 79 ans, qui, depuis le scrutin contesté de 2011, se présente comme le véritable "président élu" de la RDC.

Hollande condamne les "agressions extérieures" dans l'est de la RDC

Trois autres priorités pour la francophonie ont été définies par François Hollande : "multiplier les échanges" entre étudiants, chercheurs, artistes et créateurs au sein de l'espace francophone, œuvrer en faveur de l'environnement et "contribuer au règlement des crises".

Il a ainsi évoqué le Mali, dont le nord est contrôlé depuis six mois par des groupes islamistes extrémistes armés, et le Nord-Kivu, à la frontière orientale de la République démocratique du Congo (RDC), où l'armée s'oppose à des rebelles qui ont le soutien, selon l'Onu, du Rwanda voisin.

Hollande : "je suis conscient qu'il y a une agression qui frappe la RDC"

Condamnant les "agressions extérieures" dans l'est du pays, il a souligné que les frontières de la RDC étaient "intangibles", avant de se déclarer "favorable" à un élargissement du mandat de la mission de l'ONU en RDC (Monusco) si "nécessaire".

Kabila : "des initiatives sont en cours pour résoudre la situation"

Diouf réclame que l’Afrique ait la place qui lui revient

Autre temps fort samedi, le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a vivement dénoncé un "déficit de démocratie dans les relations internationales" qui prive l'Afrique de la place "qui lui revient", notamment au Conseil de sécurité de l'ONU.

"En entérinant le pouvoir autoproclamé de quelques-uns, parmi les plus puissants, de décider, sans réelle concertation, de l'avenir de tous, singulièrement des plus démunis, c'est encore la stabilité et la sécurité du monde que nous mettons en danger", a-t-il dit.

L'ancien président sénégalais, âgé de 77 ans, a globalement mis en cause une politique du "deux poids, deux mesures, deux poids, deux discours" qui permet de dénoncer "chez certains les manquements que l'on s'abstient de dénoncer chez d'autres au nom d'intérêts commerciaux ou stratégiques". Son discours très politique a été salué par des applaudissements nourris.

A l'attention de son hôte, le président Joseph Kabila, et du peuple congolais, il a simplement souhaité qu'ils puissent "poser sincèrement les problèmes, et esquisser des amorces de solutions".

(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 13/10/2012

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    "Il y aura la France et il y aura l’Afrique, plus besoin de mêler les deux mots"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)