Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Malala, la blogueuse pakistanaise, soignée en Grande-Bretagne

© AFP

Dernière modification : 12/07/2013

Prise en charge jusqu'à dimanche par un hôpital militaire non loin de la capitale pakistanaise, l'activiste anti-taliban de 14 ans, Malala Yousafzai, blessée au cerveau, a été transférée en Grande-Bretagne. Son état de santé s'améliore.

Transférée en Grande-Bretagne pour y être soignée, Malala Yousafzai est arrivée à l'aéroport de Birmingham, lundi 15 octobre dans l'après-midi. Son évacuation a été décidée par les médecins ayant pris en charge cette adolescente pakistanaise grièvement blessée par les Taliban, mardi 9 octobre, en raison de son combat pour l'éducation des filles.

Son état de santé montrait des "progrès réguliers et satisfaisants" dimanche, selon les médecins du principal hôpital militaire du Pakistan, celui de Rawalpindi, près d'Islamabad, où la jeune fille, blessée au cerveau, était soignée jusqu’à dimanche. Les médecins ont arrêté la respiration artificielle pour un bref essai qui a été "réussi", mais ils ont ensuite rebranché le système "pour éviter de la fatigue à la patiente", rapporte l’AFP.

Deux cents personnes interpellées

L’adolescente a été victime d’une attaque à la sortie de son école de Mingora, la principale ville de la région de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, le 9 octobre. La jeune fille montait dans le bus scolaire lorsque deux hommes ont ouvert le feu sur elle. Des combattants armés du Mouvement des Taliban du Pakistan (TTP), allié au réseau Al-Qaïda, ont revendiqué l’attentat et précisé avoir pris pour cible Malala parce qu'elle défendait des valeurs occidentales.

Ehsanullah Ehsan, le porte-parole du TTP a même prévenu la BBC que si Malala Yousafzai survivait, elle ne serait "pas épargnée". Le gouvernement de la province a annoncé qu'il offrait une récompense de 10 millions de roupies (104 000 dollars) pour toute information pouvant mener à la capture des assaillants de Malala Yousafzai. Ahmad Shah, chef de la police à Mingora, dans la vallée de Swat où a eu lieu l'attentat, a indiqué que près de 200 personnes avaient été interpellées, mais que la plupart avaient été remises en liberté.

Donner des stylos, pas des armes

Malala Yousafzai s'est fait connaître du public en 2009, grâce à son blog "Le Journal d'une écolière pakistanaise", hébergé sur le site en langue ourdou de la chaîne britannique BBC. Sous le pseudonyme de Gul Makai, elle racontait son quotidien dans la vallée de Swat, tombée alors entre les mains des Taliban. Tout comme son père Ziauddin, militant anti-Taliban qui préside une association de cinq cents écoles privées dans la vallée, Malala avait fait de l'éducation pour les filles son combat. En 2011, elle a reçu le premier prix national pour la paix créé par le gouvernement pakistanais. L'adolescente avait également fait partie des nominés pour le prix international des enfants pour la paix, attribué par la fondation néerlandaise Kids Rights.

"Les habitants de la vallée de Swat ne sont pas des terroristes", avait déclaré Malala Yousafzai à la chaîne Al-Jazira, en 2010, alors que les Taliban s'étaient retirés de la région. "Si on ne donne pas de stylos à cette jeune génération, les terroristes leur donneront des armes".

L'an dernier, deux autres militants pour l'éducation des femmes ont été tués par des activistes pakistanais, d'après Amnesty International.

Les condamnations de l'attentat ont été nombreuses au Pakistan. L'écolière a reçu vendredi la visite du Premier ministre pakistanais Raja Pervez Ashraf. Dimanche, des milliers de personnes se sont rassemblées à Karachi, la principale ville du Sud, pour soutenir la jeune fille. Des prières ont été dites à son intention dans les écoles et dans les mosquées à travers le pays.

(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 15/10/2012

  • PAKISTAN

    Malala, la jeune militante anti-taliban, toujours entre la vie et la mort

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Malala, blogueuse de 14 ans, prise pour cible par les Taliban pakistanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)