Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Wall Street toujours accro aux produits dérivés controversés

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/10/2012

Pointés du doigt pour leur rôle dans la crise financière, les produits dérivés, ces instruments financiers complexes, se portent mieux qu'avant 2008, selon les données officielles du Trésor américain.

Ils sont de retour, et plus nombreux qu'avant la crise. Les dérivés, ces produits financiers complexes dont les subprimes sont l’exemple le plus connu, se portent bien mieux en 2012 qu’au plus fort de la tourmente financière de 2008.

Les banques et autres institutions financières américaines détiennent, au deuxième semestre 2012, davantage de dérivés qu'au summum de la crise des subprimes (222 000 milliards de dollars en 2012 contre 203 000 milliards de dollars en 2008), d’après les chiffres officiels du département du Trésor américain, publiés en fin de semaine dernière. Un comble, sachant que ces instruments financiers sont considérés comme les acteurs majeurs de la crise de 2008.
 
“C’est la démonstration incontestable que les soi-disant efforts pour réguler la finance internationale sont, à l’heure actuelle, un échec", estime Pascal de Lima, économiste spécialiste du secteur bancaire et enseignant à Sciences-Po Paris, interrogé par FRANCE 24. "On en est encore au stade des déclarations de principe plus de trois ans après le début de la crise”, poursuit-il, critique.
 
La bonne santé de ce secteur d’activité boursière pose la question de l'utilité de la loi américaine Dodd-Frank, adoptée en 2010 et présentée par le président des États-Unis Barack Obama comme un remède aux excès de la finance. Ce texte comporte, en effet, toute une série de mesures consacrée aux produits dérivés qu’il entend mieux encadrer. “Rien de ce qui est écrit dans cette loi n’a encore été mis en application sur ce point précis de l’activité des banques”, explique Pascal de Lima.
 
Le spécialiste français note, par ailleurs, que ce phénomène ne concernent pas seulement les États-Unis puisqu’au niveau mondial, le ratio entre Produit intérieur brut (PIB) et dérivés est passé de 1/20 en 2008 à 1/30 aujourd’hui. “Cette progression de produits qui symbolisent la spéculation et la recherche du gain financier le plus rapide illustre parfaitement à quel point Wall Street ne tire aucune leçon de la crise de 2008 du moment qu’il y a de l’argent à gagner”, affirme Pascal de Lima.

Quatre banques concentrent 90 % des dérivés

Pour autant, il ne faut pas jeter les dérivés avec l’eau des subprimes. Ces produits financiers ne sont pas néfastes dès leur naissance. “La plupart d’entre eux permettent en fait d’améliorer les liquidités des banques en transformant, notamment, certaines dettes en titres échangeables”, rappelle ainsi Pascal de Lima.
 
Les dérivés qui font, aujourd’hui, le bonheur des banques sont loin d’être tous des subprimes en puissance, ces titres pourris construits autour de prêts hypothécaires accordés à des ménages à faibles revenus. Dans la majorité des cas, les dérivés version 2012 sont liés à l’évolution des taux d’intérêt, “ce qui est avant tout une manière de se prémunir contre les fluctuations des marchés”, explique un trader souhaitant garder l’anonymat, faisant allusion à la volatilité des bourses mondiales.
 
Pour lui, "le danger vient plutôt de la très forte concentration de ces titres entre quelques mains seulement". Quatre banques américaines détiennent ainsi 90 % de tous les dérivés actuellement sur le marché. JPMorgan Chase, Bank of America, Citibank et Goldman Sachs sont ainsi les rois incontestés de ce jeu boursier.
 
“Pour qu’on en arrive à de tels niveaux avec seulement quatre acteurs, il n’y a pas seulement des dérivés, mais probablement aussi des dérivés de dérivés et là, cela devient dangereux car si un de ces produits s’effondre, il risque d’entraîner tout le reste dans sa chute”, prévient Pascal de Lima. Selon lui, l’effondrement de l’une de ces banques aurait alors des conséquences bien plus graves qu’en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers.

Première publication : 15/10/2012

  • BOURSE

    Comment Wall Street a été secoué par un algorithme mystère

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Ouverture du procès du trader qui a fait perdre 1,8 milliard d'euros à UBS

    En savoir plus

  • FINANCE

    Quand Twitter joue les boules de cristal pour les traders

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)