Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Lisbonne va poursuivre ses mesures d'austérité en 2013

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2012

Malgré la grogne des Portugais, le ministre des Finances a présenté, lundi, un projet de budget pour 2013 prévoyant notamment d'importantes hausses d'impôts, une réduction du nombre de fonctionnaires et une baisse des prestations sociales.

Le Portugal, sous assistance financière, "n'a pas de marge de manœuvre" et doit poursuivre sur la voie de la rigueur, a indiqué lundi le ministre des Finances, Vitor Gaspar, en présentant le budget 2013.

"Le budget de l'État pour 2013 est difficile pour les Portugais. La hausse de la charge fiscale est très significative", a-t-il reconnu.

Le ministre a confirmé la hausse d'impôts annoncée au début du mois, qui s'effectuera notamment par le biais d'une réduction de 8 à 5 du nombre des tranches d'imposition, l'introduction d'une surtaxe de 4 % et une "taxe supplémentaire de solidarité" de 2,5 % pour les plus hauts revenus.

Le taux moyen d'imposition des revenus passera ainsi de 9,8 % cette année à 13,2 % en 2013, ce qui devrait rapporter plus de 4,3 milliards d'euros.

Le budget d'Etat pour 2013 comprendra également une réduction des dépenses d'un peu plus d'un milliard d'euros, avec notamment une baisse des prestations sociales et des retraites supérieures à 1 350 euros, ainsi qu'une réduction du nombre de fonctionnaires de 2 %.

Retrouver une indépendance financière vis-à-vis de l’UE

"Remettre en cause le budget serait remettre en cause le programme d'aide" international, accordé en mai 2011 par l'UE et le FMI d'un montant global de 78 milliards d'euros, a souligné M. Gaspar.

"Nous devons continuer d'exécuter le programme d'aide (...) afin de retrouver notre indépendance financière", dans le cas contraire "nous serions sujets à une tutelle prolongée de nos créanciers", a-t-il fait valoir.

La présentation du budget est intervenue alors que le gouvernement est confronté à une grogne sociale croissante. Depuis un mois, manifestations et grèves se sont multipliées. Samedi dernier ils étaient encore plusieurs dizaines de milliers à protester contre l'austérité à Lisbonne et dans diverses villes du pays.

Lundi soir, des centaines de personnes ont une nouvelle fois manifesté devant le parlement, à l'appel des "Indignés" qui avaient appelé à "assiéger" l'Assemblée de la République pour marquer leur refus d'un nouveau renforcement de la rigueur.

"Il est l'heure, il est l'heure que le gouvernement s'en aille", scandaient les manifestants.

(FRANCE 24 avec AFP)

Première publication : 15/10/2012

  • MANIFESTATIONS

    Global Noise : une "casserolade" mondiale de protestation

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Face à la grogne, le gouvernement portugais recule sur certaines mesures d’austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)