Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lui, candidat"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Hollande est-il un homme de gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

L'Union européenne adopte de nouvelles sanctions contre Damas

Dernière modification : 15/10/2012

L'Union européenne a gelé lundi les fonds de 28 nouveaux partisans du président Bachar al-Assad, lors d'un renforcement des sanctions adoptées contre le régime. Bruxelles n'est toutefois pas parvenue à un rapprochement avec la Russie.

L'Union européenne a une nouvelle fois renforcé lundi ses sanctions autonomes contre la Syrie de Bachar al-Assad, sans parvenir à un rapprochement avec la Russie, l'un des principaux alliés du président syrien.

Le nouveau tour de vis décidé par les ministres européens des Affaires étrangères, le 19e depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, gèle les fonds de 28 nouveaux partisans du président syrien, également interdits de visa, et de deux sociétés.

Cette décision porte à 181 le nombre de personnes proches du régime et à 54 le nombre de sociétés ou administrations placées sur les listes noires de l'UE, a-t-on appris de source diplomatique. Les deux nouvelles sociétés désignées sont soupçonnées d'avoir acheté des armes ou du matériel pouvant servir à la répression, a précisé une source diplomatique.

L'identité des personnes et sociétés sanctionnées lundi ne sera pas révélée avant leur publication mardi au Journal Officiel de l'UE.

Par ailleurs, l'UE va interdire à ses ressortissants d'acheter des armes à la Syrie, de les transporter vers les pays tiers ou de fournir des services d'assurances à de tels transports. Le but de la mesure est de priver le régime d'éventuelles sources de financement.



À ce jour, l'UE a décrété des embargos sur les armes et le pétrole, ainsi qu'une série de sanctions commerciales et financières, le gel des avoirs de sociétés et administrations et de membres du régime ou leurs proches, également interdits de visa.

Pas de progrès avec la Russie

Dimanche soir, les ministres européens ont eu un long échange avec leur homologue russe Sergueï Lavrov, en particulier sur le dossier syrien, sans parvenir à un quelconque progrès.

"Nous avons discuté de la Syrie sous toutes ses dimensions la nuit dernière avec M. Lavrov. Je ne peux pas dire que nous ayons fait quelque progrès que ce soit", a déclaré lundi le Britannique William Hague à son arrivée à la réunion des ministres européens à Luxembourg. "Comme cela a été le cas durant de nombreux mois avec la Russie, nous ne sommes pas parvenus à un quelconque accord", a-t-il ajouté.

Selon un diplomate européen, le dîner qui a duré plus de trois heures et demie a été par moment "très dur". Le ministre russe a vivement critiqué l'attitude des Européens face à la Syrie et leurs sanctions autonomes contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

"Le danger d'un embrasement grandit. Et personne, y compris la Russie, n'y a intérêt", a averti le ministre allemand Guido Westerwelle. "Il est nécessaire de convaincre ceux qui continuent à protéger le régime d'Assad que le danger d'un embrasement grandit, que le danger d'une guerre par procuration grandit", a-t-il insisté.

Le ministre français Laurent Fabius a lui aussi prôné la "désescalade, parce que rien ne serait pire que d'ajouter au drame syrien en plus un conflit entre les Syriens et les Turcs", alliés des 27 dans le cadre de l'Otan.

AFP

Première publication : 15/10/2012

  • SYRIE

    Damas et Ankara interdisent le survol de leur territoire respectif

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il n'y a pas plus de 100 à 200 combattants islamistes en Syrie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington s'apprête à durcir ses sanctions contre Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)