Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Union européenne adopte de nouvelles sanctions contre Damas

Dernière modification : 15/10/2012

L'Union européenne a gelé lundi les fonds de 28 nouveaux partisans du président Bachar al-Assad, lors d'un renforcement des sanctions adoptées contre le régime. Bruxelles n'est toutefois pas parvenue à un rapprochement avec la Russie.

L'Union européenne a une nouvelle fois renforcé lundi ses sanctions autonomes contre la Syrie de Bachar al-Assad, sans parvenir à un rapprochement avec la Russie, l'un des principaux alliés du président syrien.

Le nouveau tour de vis décidé par les ministres européens des Affaires étrangères, le 19e depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, gèle les fonds de 28 nouveaux partisans du président syrien, également interdits de visa, et de deux sociétés.

Cette décision porte à 181 le nombre de personnes proches du régime et à 54 le nombre de sociétés ou administrations placées sur les listes noires de l'UE, a-t-on appris de source diplomatique. Les deux nouvelles sociétés désignées sont soupçonnées d'avoir acheté des armes ou du matériel pouvant servir à la répression, a précisé une source diplomatique.

L'identité des personnes et sociétés sanctionnées lundi ne sera pas révélée avant leur publication mardi au Journal Officiel de l'UE.

Par ailleurs, l'UE va interdire à ses ressortissants d'acheter des armes à la Syrie, de les transporter vers les pays tiers ou de fournir des services d'assurances à de tels transports. Le but de la mesure est de priver le régime d'éventuelles sources de financement.



À ce jour, l'UE a décrété des embargos sur les armes et le pétrole, ainsi qu'une série de sanctions commerciales et financières, le gel des avoirs de sociétés et administrations et de membres du régime ou leurs proches, également interdits de visa.

Pas de progrès avec la Russie

Dimanche soir, les ministres européens ont eu un long échange avec leur homologue russe Sergueï Lavrov, en particulier sur le dossier syrien, sans parvenir à un quelconque progrès.

"Nous avons discuté de la Syrie sous toutes ses dimensions la nuit dernière avec M. Lavrov. Je ne peux pas dire que nous ayons fait quelque progrès que ce soit", a déclaré lundi le Britannique William Hague à son arrivée à la réunion des ministres européens à Luxembourg. "Comme cela a été le cas durant de nombreux mois avec la Russie, nous ne sommes pas parvenus à un quelconque accord", a-t-il ajouté.

Selon un diplomate européen, le dîner qui a duré plus de trois heures et demie a été par moment "très dur". Le ministre russe a vivement critiqué l'attitude des Européens face à la Syrie et leurs sanctions autonomes contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

"Le danger d'un embrasement grandit. Et personne, y compris la Russie, n'y a intérêt", a averti le ministre allemand Guido Westerwelle. "Il est nécessaire de convaincre ceux qui continuent à protéger le régime d'Assad que le danger d'un embrasement grandit, que le danger d'une guerre par procuration grandit", a-t-il insisté.

Le ministre français Laurent Fabius a lui aussi prôné la "désescalade, parce que rien ne serait pire que d'ajouter au drame syrien en plus un conflit entre les Syriens et les Turcs", alliés des 27 dans le cadre de l'Otan.

AFP

Première publication : 15/10/2012

  • SYRIE

    Damas et Ankara interdisent le survol de leur territoire respectif

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il n'y a pas plus de 100 à 200 combattants islamistes en Syrie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington s'apprête à durcir ses sanctions contre Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)