Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Asie - pacifique

L’Union européenne renforce ses sanctions contre Téhéran

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 15/10/2012

Après avoir décrété un embargo sur le pétrole en juillet, les 27 ont pris de nouvelles mesures contre Téhéran et son programme nucléaire. L'ayatollah Ali Khamenei dénonce "un complot" qui pourrait "perturber le calme" en Iran.

L’Union européenne (UE) a officiellement adopté une série de nouvelles mesures, lundi, pour renforcer les sanctions contre l’Iran et son programme nucléaire controversé.

Après l’embargo pétrolier mis en place depuis juillet 2012, les 27 enfoncent le clou en décrétant une interdiction des importations de gaz iranien et l’exportation de toute matière pouvant être utilisée dans les programmes d’armement nucléaire et balistique en Iran.
 
Réunie à Luxembourg, l’UE a également annoncé des sanctions envers le secteur des télécoms, une première.
 
Le secteur bancaire n’est pas en reste. Toute transaction financière entre les banques européennes et iraniennes est désormais prohibée. Seules les transactions faites par des particuliers ou concernant des fonds humanitaires et médicaux seront épargnées.
 
D'autres mesures plus diplomatiques ont également été annoncées. Un ministre iranien a notamment été ajouté sur la liste noire de l'UE, voyant ainsi ses avoirs gelés et l’obtention de visas interdite.
 
De nouvelles sanctions pourraient rapidement intervenir, le chef de la diplomatie britannique William Hague ayant affirmé que l'UE n'entendait pas en rester là.

Une marée noire volontaire pour faire cesser les sanctions

Côté iranien, les premières réactions ne se sont pas faites attendre. Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a accusé les pays occidentaux, qu’il qualifie "d’ennemis", de vouloir "perturber le calme (en Iran) avec leurs complots". Pour le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi, "L'Iran est un grand pays et, de ce fait, les sanctions occidentales ne peuvent avoir un effet important sur notre économie", a-t-il assuré.
 
Selon des informations du magazine allemand Der Spiegel dévoilées dimanche, les Gardiens de la révolution en Iran envisageraient de provoquer une marée noire dans le Golfe pour obliger l'Occident à lever ses sanctions contre le pays. Le projet de l’opération "Eau sale", de son nom de code, doit être présenté au guide suprême qui décidera ou non de son exécution.
 
Cette potentielle opération illustre un changement de ton des autorités iraniennes face aux sanctions occidentales. Il y a peu, les Gardiens de la révolution refusaient d’admettre que les mesures prises par l’Occident avaient un quelconque impact sur le pays. Mais depuis cet été, Téhéran parle d’une véritable "guerre économique" menée contre l’Iran.
 
Un aveu qui se fait l’écho du mécontentement grandissant des Iraniens. Début octobre, une vaste grève au grand Bazar de Téhéran et de violentes protestations contre la forte dévaluation du rial ont secoué le pays. En un an, la monnaie nationale a perdu 75 % de sa valeur face au dollar. Conséquence directe pour les Iraniens, les prix de nombreux produits comme la viande ou le riz ont flambé. Malgré la grogne du peuple, les autorités s'entêtent et continuent d’affirmer régulièrement qu’elles ne cèderont pas aux pressions occidentales.

Première publication : 15/10/2012

  • IRAN

    Répression iranienne sur fond d'asphyxie économique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À l'ONU, Ahmadinejad dénonce une tentative d'intimidation contre l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran donne un coup d'accélérateur à son projet d'Internet "halal"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)