Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

Afrique

De nouveaux heurts éclatent dans des mines sud-africaines

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/10/2012

Sous la menace de nouveaux licenciements massifs, des dizaines de milliers de mineurs sud-africains ont poursuivi ce mardi leur mouvement de grève. Sept personnes ont été blessées dans des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants.

De nouveaux heurts se sont produits mardi dans plusieurs mines d'Afrique du Sud où la police est intervenue alors que des dizaines de milliers de grévistes continuent leur mouvement illégal, s'exposant à des licenciements.

Seule bonne nouvelle du jour, le groupe sud-africain Gold Fields, numéro quatre mondial de l'or, a annoncé le retour à leurs postes d'une majorité des grévistes de sa mine de Beatrix (centre).

"C'est trop tôt pour dire si la grève est terminée", a cependant commenté le directeur général Nick Holland lors d'un point presse téléphonique.

La journée a commencé avant l'aube à la mine de fer exploitée par une filiale du géant Anglo American à Sishen (nord-ouest), où la police est venue déloger la centaine de grévistes qui empêchaient les 12.000 employés du site d'aller travailler depuis le 3 octobre et menaçaient de détruire du matériel.

Sept personnes ont été blessées, selon les médias sud-africains.

La police a arrêté 40 grévistes. La direction avait annoncé la veille le licenciement de quelque 300 personnes, rappelant qu'un accord salarial avait été conclu en juillet sur ce site.

Quelques heures plus tard aux abords d'une mine de chrome près de Marikana (nord), un policier a reçu un coup de machette qui aurait pu être mortel s'il ne s'était protégé le visage avec sa main.

Un témoin a indiqué à la radio SAfm qu'il avait vu les doigts voler en l'air.

La police était venue disperser un rassemblement non autorisé de mineurs et procédé à au moins 26 arrestations, sur ce site exploité par Samancor, et proche de la mine de platine où avait éclaté début août la sanglante crise sociale qui secoue l'Afrique du Sud.

Plus de 50 personnes ont été tuées dans des violences lors de ces mouvements qui ont affecté ou affectent encore de façon sporadique la production de platine, d'or, de chrome, de fer ou de diamants.

De son côté, le groupe Gold Fields a menacé de licencier quelque 15.000 personnes, près de la moitié de son personnel, s'ils ne mettaient pas fin à leur grève sauvage d'ici jeudi.

Il a sous-entendu qu'il pourrait en faire autant avec 8.500 autres, qui ont rejoint le mouvement lundi.

L'ultimatum concerne surtout le complexe de KDC exploité à Carletonville, au sud-ouest de Johannesburg.

Des manifestants y ont mis à sac un poste de police pendant le week-end, tandis qu'un non-gréviste a été tabassé lundi soir et le véhicule de l'entreprise qu'il conduisait a été incendié.

Des vigiles venus à son secours se sont faits tirer dessus, à balles réelles, selon la direction de Gold Fields.

Non loin de là, le groupe Gold One a suspendu ses opérations pour au moins un mois sur son site d'Ezulwini, où il s'est débarrassé de 1.400 grévistes (sur 1.900 employés).

Quelque 2.500 grévistes d'une mine d'or voisine exploitée par le groupe sud-africain Harmony ont tenu un meeting dans un stade de Carletonville, jurant de poursuivre le mouvement malgré les menaces de licenciement.

"Nous voulons de l'argent! La grève continue! Personne ne va nous licencier", a lancé à la foule Moses Ngwekazi, l'un des meneurs. "Si une solution n'est pas trouvée, la grève peut continuer pendant trois mois, on s'en fout", a indiqué à l'AFP Makhalemele Motaung, un gréviste.

Des primes et promotions proposées par la Chambre des mines dans le secteur de l'or ayant été rejetées par la base, l'organisation patronale a laissé les entreprises résoudre la crise à leur guise. Concrètement, les employeurs ont la possibilité de licencier si une grève sauvage est déclarée interdite par la justice.

Le numéro un mondial du platine, Anglo American Platinum (Amplats), avait montré l'exemple en licenciant 12.000 grévistes il y a dix jours.

(AFP)

Première publication : 16/10/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    Amplats licencie 12 000 mineurs sud-africains en grève sauvage

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Un mort lors d'affrontements entre policiers et mineurs grévistes en Afrique du Sud

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Les mineurs de Marikana acceptent de reprendre le travail

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)