Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

Culture

Mounir Fatmi ou l'art d'être censuré

©

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 19/10/2012

Après avoir été contraint de retirer une installation inspirée de versets du Coran d’un festival à Toulouse, Mounir Fatmi a vu sa pièce “Sleep” (photo) refusée par l’Institut du monde arabe. Il raconte à FRANCE 24 sa confrontation à la censure.

Rêvant à plus de liberté d'expression, il avait décidé de quitter le Maroc, son pays d’origine. Mais c’était avant que Mounir Fatmi ne se rende compte que la censure n’avait pas de frontière.

À 42 ans, l’artiste plasticien fait aujourd’hui un triste constat : “Je suis forcé de devenir mon propre censeur,” confie-t-il, amer à FRANCE 24. Face aux récentes réactions provoquées par “Technologia”, une installation qui illuminait de versets coraniques le sol du Pont Neuf lors du festival du Printemps de septembre à Toulouse, le Marocain s’est résigné, le 3 octobre, à la retirer. Un acte qui équivaut à “se couper la langue”, estime-t-il, déçu et choqué d’avoir dû prendre une telle décision. Mais l’homme, qui se défend de tout acte de provocation, n’en est pas à sa première controverse. Récemment, une autre de ses œuvres, mettant en scène l’écrivain Salman Rushdie, a été écartée de l’exposition “25 ans de créativité arabe” qui s’ouvre mardi 16 octobre à l’Institut du monde arabe, à Paris. Pour Mounir Fatmi, “l’art sert de baromètre à ce qu’il se passe dans le monde.” Ainsi, la perte de liberté artistique qu’il déplore est, selon lui, un effet de la crise globale actuelle.

Désacraliser les religions

Après avoir étudié à Casablanca, Amsterdam et Rome, l’artiste partage aujourd’hui sa vie entre Paris, Tanger et les États-Unis. L’un de ses objectifs : désacraliser les religions. Mais aussi, la déconstruction, la mise au banc des dogmes et des idéologies. Une démarche qui lui a coûté, à plusieurs reprises, d’être censuré. “De nos jours, il y a une tension du côté de toutes les religions,” dit-il, se refusant à dévoiler ses propres convictions religieuses.

L'un des cercles figurant des versets du Coran projetés à Toulouse en octobre 2012
Technologia, 2010, video installation,15 min, SD, 4/3, B&W, stereo. courtesy de l'artiste et Galerie Hussenot, Paris, Paradise Row, Londres

En 2009, il expose à Venise “Le Grand Pardon”, un dessin réalisé à la craie qui dépeint les visages de Jean-Paul II et d’Ali Agça. Assis face à l’homme qui avait tenté de l’assassiner le 13 mai 1981, le pape est représenté en train de lui accorder sa clémence. L’œuvre, exposée en pleine rue, ne tarde pas à choquer les badauds. La police est alertée et le dessin effacé par les passants. “Je n’ai pas été personnellement tenu au courant du traitement infligé au dessin, j’ai appris la nouvelle en lisant 'Le Monde',” explique Mounir Fatmi. Exposée à partir de 2006, une autre de ses œuvres, réalisée avec des glaçons faits à partir d’eau bénite récupérée dans des églises parisiennes, avait également ébranlé certains fidèles.

Se couper la langue

L'œuvre sur le pape Jean-Paul II et Ali Agça, censurée à Venise
Le Grand Pardon, 2007, peinture acrylique, in situ, courtesy de l'artiste et Galerie Hussenot, Paris

Du côté des pays arabes, le plasticien, qui refuse d'être vu comme un provocateur, a aussi fait parler de lui. Ainsi, "Printemps perdus" - une pièce représentant les vingt-deux drapeaux des pays de la Ligue arabe en berne côte-à-côte - sera restée exposée en tout et pour tout quatre heures à la foire d'art contemporain de Dubaï en 2011. Sur l’image, deux balais-brosse soutiennent les drapeaux de la Tunisie et de l’Égypte, une manière de faire référence aux régimes balayés par les soulèvements populaires dans ces pays [la performance datant d’avant la chute de Mouammar Khadafi en Libye, l’ancien drapeau libyen est représenté sans balai-brosse]. Les autres pays sont ainsi vus comme potentiellement destinés au même sort. "Les pays qui censurent doivent se remettre en question," lance l’artiste. "Personnellement, je me pose beaucoup de questions, notamment sur la France."

C'est en effet en France que Mounir Fatmi a dû s'autocensurer. En octobre 2012, à Toulouse, la projection de cercles lumineux figurant des versets coraniques en plein centre ville, a entraîné un rassemblement spontané de la part de musulmans, et une jeune femme ayant foulé les projections sacrées a été giflée. Ses détracteurs lui reprochaient notamment de permettre aux passants de marcher sur des passages du Coran. “Le texte est projeté sur le cerveau, pas sur les pieds," rétorque l’auteur. Mais, voyant la situation dégénérer, Mounir Fatmi a préféré arrêter les frais. " Je suis pour le débat d'idées, pas pour le combat de rue. Mon but n'est ni de choquer, ni de provoquer,” affirme-t-il. Selon lui, le contexte n’était pas favorable, le traumatisme subi par la région toulousaine en mars dernier - au moment de l’affaire Merah - étant encore présent.

Mais le mal est fait. “Une fois censurée, l’œuvre ne m’appartient plus.” Le fait de “négocier avec les censeurs”, poursuit-il, peut être assimilé à une amputation. “C’est comme si je me coupais la langue.”

Œuvre inspirée du printemps arabe, censurée en 2011 à Dubaï
Les Printemps Perdus, 2011, balais, drapeaux des 22 pays de la Ligue Arabe courtesy de l'artiste et Galerie Hussenot, Paris.

La faute d’une part, selon Mounir Fatmi, aux critiques d’art : “Ils ne font pas leur travail correctement. Du coup, nous, les artistes contemporains, sommes jugés par des gens qui n’ont jamais ouvert un livre.” Mais aussi, au gouvernement. “Il n’y a eu aucune réaction de la part du ministère de la Culture après l’affaire de Toulouse, ce silence me choque énormément.”

"Pour que Dieu soit complice, il suffit qu'il soit témoin"

Cette passivité, il en parle dans une pièce sur l’écrivain Salman Rushdie, visé par une fatwa le condamnant à mort, lancée par l'Iran il y a plus de vingt ans. “Salman Rushdie est comme un fantôme, il n’existe pas,” indique-t-il, qualifiant le silence, adopté notamment par les artistes, d’”incroyable”. Son œuvre “Sleep”, directement inspirée du travail d’Andy Warhol, présente l’auteur des "Versets sataniques" endormi, dans une vidéo durant six heures. Une manière de le voir “entre la vie et la mort.” Et Mounir Fatmi de citer Victor Hugo: "Pour que Dieu soit complice, il suffit qu'il soit témoin".

New York, avant le 11 septembre 2001, vu par Mounir fatmi
Save Manhattan 03, 2007, architecture sonore, haut -parleurs, bande sonore, lumière et ombre. 500 x 250 x 100 cm. vue de la 52ème Biennale de Venise, 2007, Collection Hessel Foundation. courtesy de l'artiste et Goodman Gallery, Johannesburg.

L’œuvre, présélectionnée par l’Institut du monde arabe, n’a finalement pas été choisie par le centre culturel dans le cadre d’une exposition sur l’art arabe. "J'ai été très surpris de cette décision, avec le commissaire de l'exposition nous étions d'accord depuis le début," s’étonne, d’une voix douce, celui qui a été récompensé en 2010 par la Biennale du Caire. Fatmi explique que, l’exposition devant voyager dans plusieurs pays arabes, on lui a fait comprendre que "Sleep" était jugée trop gênante. Contacté par FRANCE 24, l'Institut du monde arabe préfère parler du manque de pertinence de l'oeuvre par rapport aux autres travaux présentés. Il l’a remplacée par "Technologia", maltraitée à Toulouse.

Une crise globale

Ainsi confronté à ce qu'il considère comme une recrudescence de frilosité artistique, Mounir Fatmi blâme la crise actuelle. Aussi, quand certains parlent de crise économique, lui pointe une crise de foi. “Les croyants traversent aujourd’hui une période de doute, dûe à une perte de repères.”

Considérant le 11 septembre 2001 comme l’un des déclics ayant engendré une remise en question collective, Mounir Fatmi a mis au point "Save Manhattan". Gratte-ciel remplacés par un parterre d’enceintes crachant des bruits urbains ou des extraits de blockbusters américains, tels que "Independence Day" : tel est le regard porté par l’artiste sur la "Grosse Pomme". Une vision toutefois ancienne : la pièce pourrait, en effet, dater du 10 septembre 2001, veille du drame, compte-tenu du fait que deux haut-parleurs plus gros que les autres, censés figurer les immeubles du World Trade Center, se dressent fièrement au centre de la composition. C’était le monde d’"avant".

Face à ce constat - les tours jumelles, tout comme nos convictions et nos croyances, n'étaient peut être pas si solides - une question : "Qu’est-ce que le réel ? Ce que l'on peut voir et toucher, comme l'architecture, ou bien ce qui est plus abstrait ?", interroge Fatmi. C’est donc la fragilité de nos croyances qui provoquerait une irrépressible attraction vers le sacré : “Tout est tellement fragile de nos jours qu'un simple évènement peut réveiller des sensibilités”.

En matière de sensibilités, Mounir Fatmi craint d’ailleurs que d’autres ne se manifestent à l’égard de certaines de ses œuvres actuellement exposées, si les censeurs venaient à pointer le bout de leur nez. Mais il ne confie pas à quelle(s) œuvre(s) il pense. Choquer, provoquer, ce n'est pas son truc, répète-t-il inlassablement.

 

 

*Photo principale : Salman Rushdie endormi dans l'œuvre "Sleep"
Sleep Al Naim, 2005-2012, 6 heures, HD, B&W, stereo. courtesy de l'artiste et Galerie Hussenot, Paris, Paradise Row, Londres

Première publication : 16/10/2012

  • ART CONTEMPORAIN

    À Toulouse, les versets de la discorde

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)