Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Amériques

Hillary Clinton "assume la responsabilité" de la gestion de l'attaque de Benghazi

Dernière modification : 16/10/2012

Dans le but d'éviter un "piège politique" tendu par les républicains à l'approche de la présidentielle, la chef de la diplomatie a assumé lundi la responsabilité des conséquences de l'attaque du consulat américain à Benghazi le 11 septembre dernier.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a assuré lundi qu'elle "assumait la responsabilité" des conséquences de l'attaque du consulat américain à Benghazi, en Libye, une affaire qui provoque une tempête politique aux Etats-Unis avant la présidentielle.

Dans des interviews accordées lundi soir aux télévisions américaines CNN et Fox depuis la capitale du Pérou, Lima, la chef de la diplomatie américaine a surtout voulu protéger le président démocrate Barack Obama et son vice-président Joe Biden des attaques du camp républicain du candidat Mitt Romney quant aux conditions de sécurité qui prévalaient autour du consulat de Benghazi avant l'attentat.

"J'assume la responsabilité" pour la gestion de cette attaque survenue le 11 septembre et qui a notamment coûté la vie à l'ambassadeur américain en Libye Christopher Stevens, a déclaré Mme Clinton, selon de courts extraits diffusés par CNN et Fox.

"J'ai la charge du département d'Etat (qui emploie) 60.000 personnes dans le monde entier, dans 275 postes" diplomatiques et consulaires et "le président et le vice-président n'auraient certainement pas connaissance de décisions prises par des professionnels de la sécurité", a affirmé la secrétaire d'Etat.


Elle a dit vouloir avant tout "éviter une sorte de piège politique".

De fait, "l'affaire de Benghazi" secoue la scène politique américaine à l'approche de la présidentielle du 6 novembre.

Les républicains emmenés par leur candidat Mitt Romney reprochent au gouvernement démocrate du président Obama des failles en matière de sécurité et de renseignement avant l'assaut du consulat et brocardent leurs opposants pour avoir tardé à reconnaître qu'il s'agissait d'un "attentat terroriste" impliquant Al-Qaïda.

Le sénateur républicain John McCain, qui fut candidat contre M. Obama en 2008, a salué dans un communiqué le "geste louable" de Mme Clinton, "surtout quand la Maison Blanche essaie d'échapper à toute forme de responsabilité". Critiquant le président Obama, M. McCain a rappelé que la "sécurité des Américains en poste à l'étranger relevait en dernier ressort de la responsabilité du commandant en chef".

Vendredi dernier, la Maison Blanche était sur la défensive après que le vice-président Biden eut assuré la veille dans son débat face au colistier républicain de M. Romney, Paul Ryan, que le gouvernement n'avait pas eu vent de demandes de renforcement de la sécurité autour de l'ambassade américaine à Tripoli et du consulat à Benghazi avant le 11 septembre.

Or, mercredi, devant une commission du Congrès pilotée par des républicains, des responsables américains de la sécurité en Libye avaient affirmé que le niveau de sûreté à Benghazi était insuffisant avant l'attaque et qu'ils avaient réclamé des mesures supplémentaires qui avaient été refusées par le département d'Etat.

M. Romney s'était immédiatement emparé de ces déclarations apparemment contradictoires pour accuser M. Biden de "persister dans l'aveuglement".

Le FBI et les autorités libyennes enquêtent sur place sur l'attaque de Benghazi, tandis que Mme Clinton a mis sur pied une commission qui passe en revue les mesures de sécurité en vigueur à Benghazi et les renseignements sur l'état de la menace terroriste.

"En matière de sécurité, les décisions sont prises par des professionnels, mais nous allons tout passer en revue pour être certains que nous faisons tout le nécessaire dans un environnement de plus en plus risqué", a dit Mme Clinton sur Fox News.

Celle qui dirige le premier réseau diplomatique et consulaire de la planète a plusieurs fois assuré que l'attentat de Benghazi ou les violences antiaméricaines en septembre dans le monde arabo-musulman n'affecteraient pas le soutien des Etats-Unis au processus de démocratisation de ces pays.

"Nous ne pouvons pas ne pas nous engager. Nous ne pouvons pas nous retirer", a-t-elle insisté.

AFP

Première publication : 16/10/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Attaque de Benghazi : les conditions de sécurité diplomatique remises en cause

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - LYBIE

    Pour Washington, l'attentat de Benghazi porte la marque d'Al-Qaïda

    En savoir plus

  • LIBYE

    Attaque anti-américaine de Benghazi : de larges zones d'ombre demeurent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)