Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Amériques

La Havane (entr)ouvre les portes de l'étranger aux Cubains

Vidéo par Jose GOITIA

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 18/10/2012

La réforme de la loi migratoire récemment annoncée par La Havane doit permettre aux Cubains de voyager à l’étranger sans l’obtention préalable d'un permis de sortie. Mais les obstacles demeurent nombreux pour les candidats au départ.

 

À La Havane, la nouvelle a été accueillie avec enthousiasme. "Il y a une incroyable euphorie ici parce que plus d’un million de personnes désirent ardemment partir", témoigne l’économiste dissident Oscar Espinosa Chepe pour le quotidien américain "Miami Herald".

Par la voix du journal officiel "Granma", les autorités cubaines ont annoncé, mardi 16 octobre, un allègement des conditions de sortie du territoire national auxquelles doivent se soumettre les citoyens cubains. À partir du 14 janvier 2013, ces derniers auront alors la possibilité de voyager à l'étranger sur simple présentation d’un passeport. Une disposition qui "dans son principe" constitue une "bonne nouvelle pour les Cubains afin qu’ils puissent commencer à avoir un peu plus de liberté", a réagi peu après l'annonce la Fondation nationale américano-cubaine (CANF), basée aux États-Unis.

Deux millions d'exilés cubains

Quelque 2 millions de Cubains ont émigré depuis l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, en diverses vagues et pour diverses raisons, pour une population qui compte aujourd'hui 11,2 millions d'habitants.

Environ 1,8 million de Cubains vivent aux États-Unis, dont environ 1,2 million dans l'État de Floride, selon le recensement américain de 2010.

En 2011, quelque 400 000 Cubano-Américains sont ainsi venus passer quelques semaines à Cuba. Leurs "remesas" (envois d'argent) constituent une des principales sources de rentrées de devises pour Cuba, avec 2,5 milliards de dollars par an.
 

Cette réforme met ainsi officiellement fin à un symbole de la politique migratoire restrictive du régime de La Havane : la "carte blanche". Depuis les années 1960, les Cubains désireux de quitter l’île devait se faire délivrer ce fameux permis de sortie sur présentation d’une lettre d'invitation d’un pays étranger, où ils ne pouvaient rester que 11 mois sous peine de voir leurs biens confisqués et leurs noms inscrits sur la liste des exilés définitifs. Avec la nouvelle loi, la durée de séjour à l'étranger est portée à 24 mois. Dans le sens inverse, les expatriés pourront se rendre à Cuba sans le permis d’entrée jusqu’alors requis (voir encadré).

"Fin du 'fidélisme'"

Assimilée à la "fin du ‘fidélisme’" par la célèbre blogueuse cubaine d'opposition Yoani Sanchez, cette réforme s’inscrit, selon certains analystes, dans le mouvement de libéralisation amorcé au lendemain de l’arrivée officielle au pouvoir de Raul Castro, le frère cadet de Fidel, en 2008.

De fait, la réforme sur les voyages suit toute une série d’ouvertures à l’économie de marché : accès à la propriété privée, ventes autorisées de véhicules, possibilité de crédit bancaire, soutien aux activités libérales, etc. "Cet assouplissement suit l’idée de la libéralisation de l’économie, commente Francisco Pena-Torres, journaliste au magazine chilien "Punto Final". À partir du moment où certains Cubains pourront sortir du territoire, ils pourront créer des entreprises à l’étranger ou faire du commerce avec d’autres pays. Aujourd’hui, l’île est dans l’obligation de se développer par elle-même. Cette ouverture peut donc lui servir… dans la mesure où le pouvoir le permet."

"Poudre aux yeux"

Présenté par La Havane comme un moyen de favoriser les échanges avec les exilés cubains, l’allègement des conditions de sortie ne concerne toutefois pas la totalité des quelque 11 millions de citoyens qui peuplent l’île. Ainsi, par crainte d’une fuite massive des "cerveaux", plusieurs catégories socio-professionnelles seront encore soumises à l’obligation de solliciter une autorisation de sortie. Sont concernés les militaires, les ingénieurs, les médecins et les sportifs de haut niveau, "c’est-à-dire des personnes indispensables à la bonne marche de l’État", persifle Jacobo Machover, journaliste et écrivain cubain exilé en France depuis 1963.

"Aussitôt après le temps des annonces vient celui des restrictions, observe ce professeur à l'université d'Avignon. Cette réforme n’est que de la poudre aux yeux. Un effet d’annonce qui a fait croire partout dans le monde que les Cubains sont libres de partir, mais il y a bien trop de restrictions pour qu’on puisse affirmer une telle chose. Pourront voyager que ceux que le régime désignera".

"Moyen de contrôle"

"Seront titulaires d'un passeport, les citoyens cubains qui répondent aux dispositions établies dans la loi migratoire actualisée", précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères cité par l’AFP. Selon la nouvelle disposition, un Cubain détenteur d’un casier judiciaire ou d’une dette avec l’État peut se voir refuser le précieux sésame.

Ces conditions d’obtention demeurent trop floues pour pouvoir considérer cet assouplissement comme une avancée démocratique. À Cuba, "les permis de sortie ont toujours été une arme de soumission : pour l’obtenir il fallait prêter allégeance au gouvernement ou se dire apolitique, écrit l’éditorialiste Fabiola Santiago dans le "Miami Herald". Ces nouvelles mesures restent un moyen de contrôle mais, cette fois-ci, par la délivrance des passeports."

"Si la possibilité de départ était absolue, il y aurait un exil massif des Cubains, affirme pour sa part Jacobo Machover. Ce n’est souhaitable ni pour La Havane ni pour Washington, qui n’a pas l’intention d’ouvrir son territoire à des milliers d’exilés."

Principal pays voisin concerné par la politique d’émigration menée par Cuba, les États-Unis  restent quelque peu échaudés par les précédentes ouvertures de vannes entreprises par le régime castriste. En 1980, le "Lider Maximo" profita du départ autorisé de quelque 125 000 Cubains pour vider les prisons et les hôpitaux psychiatriques du pays…

 

Première publication : 17/10/2012

  • CUBA

    La blogueuse Yoani Sanchez, poil à gratter du gouvernement cubain

    En savoir plus

  • CUBA

    Arrestations en masse lors des funérailles du dissident cubain Oswaldo Paya

    En savoir plus

  • CUBA

    À La Havane, des blogueurs d'opposition cubains animent le Festival Clic

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)