Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Amériques

La Havane (entr)ouvre les portes de l'étranger aux Cubains

©

Vidéo par Jose GOITIA

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 18/10/2012

La réforme de la loi migratoire récemment annoncée par La Havane doit permettre aux Cubains de voyager à l’étranger sans l’obtention préalable d'un permis de sortie. Mais les obstacles demeurent nombreux pour les candidats au départ.

 

À La Havane, la nouvelle a été accueillie avec enthousiasme. "Il y a une incroyable euphorie ici parce que plus d’un million de personnes désirent ardemment partir", témoigne l’économiste dissident Oscar Espinosa Chepe pour le quotidien américain "Miami Herald".

Par la voix du journal officiel "Granma", les autorités cubaines ont annoncé, mardi 16 octobre, un allègement des conditions de sortie du territoire national auxquelles doivent se soumettre les citoyens cubains. À partir du 14 janvier 2013, ces derniers auront alors la possibilité de voyager à l'étranger sur simple présentation d’un passeport. Une disposition qui "dans son principe" constitue une "bonne nouvelle pour les Cubains afin qu’ils puissent commencer à avoir un peu plus de liberté", a réagi peu après l'annonce la Fondation nationale américano-cubaine (CANF), basée aux États-Unis.

Deux millions d'exilés cubains

Quelque 2 millions de Cubains ont émigré depuis l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, en diverses vagues et pour diverses raisons, pour une population qui compte aujourd'hui 11,2 millions d'habitants.

Environ 1,8 million de Cubains vivent aux États-Unis, dont environ 1,2 million dans l'État de Floride, selon le recensement américain de 2010.

En 2011, quelque 400 000 Cubano-Américains sont ainsi venus passer quelques semaines à Cuba. Leurs "remesas" (envois d'argent) constituent une des principales sources de rentrées de devises pour Cuba, avec 2,5 milliards de dollars par an.
 

Cette réforme met ainsi officiellement fin à un symbole de la politique migratoire restrictive du régime de La Havane : la "carte blanche". Depuis les années 1960, les Cubains désireux de quitter l’île devait se faire délivrer ce fameux permis de sortie sur présentation d’une lettre d'invitation d’un pays étranger, où ils ne pouvaient rester que 11 mois sous peine de voir leurs biens confisqués et leurs noms inscrits sur la liste des exilés définitifs. Avec la nouvelle loi, la durée de séjour à l'étranger est portée à 24 mois. Dans le sens inverse, les expatriés pourront se rendre à Cuba sans le permis d’entrée jusqu’alors requis (voir encadré).

"Fin du 'fidélisme'"

Assimilée à la "fin du ‘fidélisme’" par la célèbre blogueuse cubaine d'opposition Yoani Sanchez, cette réforme s’inscrit, selon certains analystes, dans le mouvement de libéralisation amorcé au lendemain de l’arrivée officielle au pouvoir de Raul Castro, le frère cadet de Fidel, en 2008.

De fait, la réforme sur les voyages suit toute une série d’ouvertures à l’économie de marché : accès à la propriété privée, ventes autorisées de véhicules, possibilité de crédit bancaire, soutien aux activités libérales, etc. "Cet assouplissement suit l’idée de la libéralisation de l’économie, commente Francisco Pena-Torres, journaliste au magazine chilien "Punto Final". À partir du moment où certains Cubains pourront sortir du territoire, ils pourront créer des entreprises à l’étranger ou faire du commerce avec d’autres pays. Aujourd’hui, l’île est dans l’obligation de se développer par elle-même. Cette ouverture peut donc lui servir… dans la mesure où le pouvoir le permet."

"Poudre aux yeux"

Présenté par La Havane comme un moyen de favoriser les échanges avec les exilés cubains, l’allègement des conditions de sortie ne concerne toutefois pas la totalité des quelque 11 millions de citoyens qui peuplent l’île. Ainsi, par crainte d’une fuite massive des "cerveaux", plusieurs catégories socio-professionnelles seront encore soumises à l’obligation de solliciter une autorisation de sortie. Sont concernés les militaires, les ingénieurs, les médecins et les sportifs de haut niveau, "c’est-à-dire des personnes indispensables à la bonne marche de l’État", persifle Jacobo Machover, journaliste et écrivain cubain exilé en France depuis 1963.

"Aussitôt après le temps des annonces vient celui des restrictions, observe ce professeur à l'université d'Avignon. Cette réforme n’est que de la poudre aux yeux. Un effet d’annonce qui a fait croire partout dans le monde que les Cubains sont libres de partir, mais il y a bien trop de restrictions pour qu’on puisse affirmer une telle chose. Pourront voyager que ceux que le régime désignera".

"Moyen de contrôle"

"Seront titulaires d'un passeport, les citoyens cubains qui répondent aux dispositions établies dans la loi migratoire actualisée", précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères cité par l’AFP. Selon la nouvelle disposition, un Cubain détenteur d’un casier judiciaire ou d’une dette avec l’État peut se voir refuser le précieux sésame.

Ces conditions d’obtention demeurent trop floues pour pouvoir considérer cet assouplissement comme une avancée démocratique. À Cuba, "les permis de sortie ont toujours été une arme de soumission : pour l’obtenir il fallait prêter allégeance au gouvernement ou se dire apolitique, écrit l’éditorialiste Fabiola Santiago dans le "Miami Herald". Ces nouvelles mesures restent un moyen de contrôle mais, cette fois-ci, par la délivrance des passeports."

"Si la possibilité de départ était absolue, il y aurait un exil massif des Cubains, affirme pour sa part Jacobo Machover. Ce n’est souhaitable ni pour La Havane ni pour Washington, qui n’a pas l’intention d’ouvrir son territoire à des milliers d’exilés."

Principal pays voisin concerné par la politique d’émigration menée par Cuba, les États-Unis  restent quelque peu échaudés par les précédentes ouvertures de vannes entreprises par le régime castriste. En 1980, le "Lider Maximo" profita du départ autorisé de quelque 125 000 Cubains pour vider les prisons et les hôpitaux psychiatriques du pays…

 

Première publication : 17/10/2012

  • CUBA

    La blogueuse Yoani Sanchez, poil à gratter du gouvernement cubain

    En savoir plus

  • CUBA

    Arrestations en masse lors des funérailles du dissident cubain Oswaldo Paya

    En savoir plus

  • CUBA

    À La Havane, des blogueurs d'opposition cubains animent le Festival Clic

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)