Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Amériques

Un Barack Obama plus combatif lors du second débat

© AFP

Vidéo par Marie NORMAND

Dernière modification : 17/10/2012

À trois semaines de la présidentielle, les candidats à la Maison blanche se sont affrontés mardi soir lors du second round des débats télévisés. Précédemment jugé peu offensif face à Mitt Romney, Barack Obama a réalisé une performance énergique.

Barack Obama et Mitt Romney se sont affrontés pied à pied mardi soir lors de leur deuxième débat, marqué par de vifs échanges et une attitude bien plus combative du président sortant que lors du premier rendez-vous il y a deux semaines.

Que ce soit sur le budget et les impôts, la politique énergétique, l'immigration, la Libye ou l'attitude vis-à-vis de la Chine, chacun des candidats a tenté de faire valoir ses arguments avec force, quitte à parfois s'interrompre l'un l'autre.

"Opération manquée de Mitt Romney sur l’attaque de Benghazi"

A ce jeu, M. Obama, de toute évidence décidé à remporter cet affrontement pour reprendre l'avantage sur son adversaire républicain à trois semaines de la présidentielle du 6 novembre, a réussi à marquer plusieurs points. Symbole de sa pugnacité retrouvée, il a cette fois fait référence, à la toute fin du débat, aux "47%" d'Américains qui sont, avait dit son adversaire dans une vidéo volée, dotés d'une mentalité de "victimes".

Dès le début, M. Obama avait accusé l'ancien gouverneur du Massachusetts de ne vouloir favoriser que les plus riches. "Le gouverneur Romney dit qu'il a un programme en cinq points, il n'a pas de programme en cinq points, son programme tient en un point: s'assurer que les plus aisés puissent jouer avec des règles différentes", s'est-il écrié, en décriant une "affaire pas claire" pour la classe moyenne.

La tension, déjà vive, est montée encore plus haut lorsque les deux candidats ont tenté de faire valoir leurs arguments sur la politique énergétique. M. Obama a accusé son adversaire de vouloir laisser les compagnies pétrolières "écrire la politique énergétique" des Etats-Unis. Tous deux se sont mutuellement interrompus une demi-douzaine de fois.

"Il a remis Mitt Romney à sa place"

L'un des moments décisifs pourrait avoir été lorsque la question de la Libye a été mentionnée, après la mort de l'ambassadeur américain dans ce pays dans une attaque à Benghazi le 11 septembre.

M. Romney a saisi cette occasion pour tenter de présenter le président comme faible en politique étrangère, en assurant que la stratégie de M. Obama au Moyen-Orient "tombe en pièces sous nos yeux".

Extrait du débat entre Barack Obama et Mitt Romney

"Vous ne pouvez pas transformer la sécurité nationale en des questions politiques", a affirmé M. Obama, le regard intense, en dénonçant des accusations "insultantes" sur sa gestion de l'affaire libyenne.

M. Romney a aussi essuyé un revers lorsque l'animatrice du débat, la journaliste de CNN Candy Crowley, l'a repris pour avoir présenté de façon incorrecte ce que M. Obama avait déclaré après l'attaque.

Mais le républicain a aussi rappelé le mauvais bilan du président en matière économique et accusé M. Obama de vouloir conduire les Etats-Unis sur la "route de la Grèce", en raison du gonflement de la dette publique.

"Nous avons eu quatre années consécutives au cours desquelles il a dit (...) qu'il réduirait de moitié le déficit, au lieu de cela il l'a doublé. Nous sommes passés d'une dette nationale de 10.000 milliards de dollars à une dette nationale de 16.000 milliards de dollars", a lancé M. Romney.

Le président démocrate sortant et l'ancien gouverneur se sont affrontés pendant un peu plus de 90 minutes à l'université Hofstra à Hempstead (Etat de New York, est) lors duquel ils répondaient aux questions venues d'un groupe de 82 électeurs indécis.


Harold Bonilla, 73 ans, partisan de M. Obama ayant assisté au débat sur écran géant au théâtre de l'Apollo à New York, a dit avoir apprécié la prestation de son champion. "Il était plus agressif qu'au premier débat, mais de façon présidentielle, pas arrogante. Il a remis Mitt Romney à sa place", a-t-il affirmé à l'AFP.

Depuis le débat de Denver (Colorado, ouest), le 3 octobre, M. Obama, qui dominait dans les sondages depuis début septembre, a décroché.

La livraison quotidienne de l'enquête Gallup sur sept jours mardi accordait quatre points d'avance à M. Romney parmi les électeurs les plus susceptibles de se déplacer. Du coup, la moyenne des sondages nationaux réalisée par le site RealClearPolitics penchait légèrement en faveur du républicain.

M. Obama est encore en avance dans certains Etats-clés indispensables à M. Romney, mais un nouveau revers mardi soir aurait pu être difficile à surmonter. Un dernier débat est prévu en Floride (sud-est) lundi.

Mercredi, MM. Obama et Romney repartiront immédiatement en campagne, le premier dans l'Iowa (centre) et l'Ohio (nord), le deuxième en Virginie (est).

(AFP)

Première publication : 17/10/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Débat présidentiel : Barack Obama veut rattraper le coup

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Débat Biden-Ryan : échanges musclés entre candidats à la vice-présidence

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Romney "énergique", Obama "peu combatif", le verdict de la presse américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)