Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

SPORT

Après Nike, Lance Armstrong perd d’autres sponsors

Vidéo par Clovis CASALI

Dernière modification : 18/10/2012

Depuis que Nike a mis un terme mercredi à son contrat avec Lance Armstrong, plusieurs autres sponsors du cycliste suivent le mouvement. En outre, l’Américain a quitté son poste de président de l’association de lutte contre le cancer Livestrong.

Nike a annoncé mercredi avoir mis fin au contrat le liant à Lance Armstrong depuis 1996. L’équipementier sportif a été rapidement suivi par Trek, le fabricant des cycles avec lesquels Armstrong a gagné sept fois le Tour de France et par le brasseur Anheuser-Busch.

L’Américain a fait savoir pour sa part qu'il quittait la présidence de sa fondation de lutte contre le cancer, Livestrong.

Le système Armstrong détaillé

Ces annonces interviennent après la publication par l'agence américaine antidopage (Usada) d'un rapport de mille pages affirmant que le champion texan avait mis en place un système de dopage très élaboré au sein des équipes avec lesquelles il a remporté le Tour de France à sept reprises.

"En raison de preuves apparemment rédhibitoires sur le fait qu'il s'est dopé et a trompé Nike pendant plus de dix ans, c'est avec une grand tristesse que nous avons mis fin à notre contrat avec lui", a indiqué Nike dans un communiqué laconique, précisant qu'il allait toutefois continuer à soutenir la fondation contre le cancer fondée par le cycliste.
Nike "ne tolère en aucune manière l'utilisation de médicaments qui permettraient d'améliorer les performances de manière illégale", ajoute l'équipementier sportif américain.

Dessin paru dans l'édition du 14 octobre de "The Observer" (The Guardian)
Traduction: "Dopage. Lance Armstrong. Que va-t-il se passer maintenant pour le tyran, le menteur, le dopé et le tricheur?"

De son côté, l'ancien champion cycliste a expliqué les raisons de son départ de la présidence de la fondation lancée en 1997 - devenue Livestrong en 2003 - après qu'un cancer des testicules lui eut été diagnostiqué ; il avait alors été contraint d'interrompre sa carrière. "Aujourd'hui, pour épargner à la fondation les effets négatifs liés à la controverse entourant ma carrière cycliste, je mets fin à mes fonctions de président", a indiqué le septuple vainqueur du Tour de France dans un communiqué.

Le cycliste promet toutefois que sa famille et lui-même continueront "à servir la fondation et la communauté du cancer"."Nous resterons des avocats actifs auprès des survivants du cancer et des militants engagés dans la lutte contre" cette maladie, ajoute-t-il, précisant que la fondation serait désormais présidée par son actuel vice-président Jeff Garvey.

L'association caritative est devenue célèbre en 2004, avec pour marque de fabrique un bracelet jaune conçu par le cycliste en partenariat avec Nike. Les bracelets de caoutchouc sont devenus rapidement de vrais articles de mode et ont donné naissance à des copies de toutes les couleurs adoptées ensuite par d'autres associations caritatives.
Celui d'Armstrong avait pourtant une valeur particulière auprès du public, en rappelant que celui qui l'a lancé avait remporté le Tour de France après avoir vaincu la maladie.
 

(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 17/10/2012

  • SPORTS

    Affaire Armstrong : l'Union cycliste internationale et Nike au banc des accusés

    En savoir plus

  • CYCLISME – DOPAGE

    Affaire Armstrong : "Le sport de haut niveau est une école de la triche"

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Dopage : le système Armstrong détaillé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)