Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Economie

Naissance de la BPI, bras financier du "redressement productif"

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2012

Le gouvernement français a dévoilé les détails de la Banque publique d’investissement, qui sera présidée par Jean-Pierre Jouyet (photo). Cette nouvelle structure, dotée de 42 milliards d’euros, viendra soutenir les PME dans les "filières d’avenir".

La Banque publique d’investissement (BPI) a été formellement mise sur la rampe de lancement mercredi 17 octobre à l’issue du Conseil des ministres. Ce nouveau bras financier de l’État, chargé de soutenir financièrement les petites et moyennes entreprises (PME), était l’un des engagements phares de François Hollande pendant la campagne présidentielle.

À la tête de cette nouvelle institution, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a nommé Jean-Pierre Jouyet, qui dirigeait jusqu’alors la Caisse des dépôts et consignation (CDC). Un poste qui consiste essentiellement à superviser l’action de la BPI, puisque le pouvoir de direction réelle incombera au directeur général dont le nom n’a pas encore été rendu public.

Jean-Marc Ayrault annonce la création d'une banque publique d'investissement

Le nouvel homme fort de cet ensemble pourrait être Nicolas Dufourcq, le directeur financier du groupe français de services informatiques CapGemini, d’après l’AFP citant une source gouvernementale. Cette nomination stratégique n’a pas été confirmée officiellement, le gouvernement se bornant à charger Nicolas Dufourcq d’une “mission” pour définir les contours de l’action de la BPI.

La désignation de l’ex-numéro 2 de Capgemini, si elle venait à se confirmer, serait en tout cas une surprise. Ce poste très convoité semblait jusqu’alors devoir échoir à Anne Lauvergeon, l’ancienne patronne du géant français du nucléaire Areva. Cette femme d’affaires, connue pour ses sympathies de gauche, avait même été reçue à Matignon mardi soir.

Soutenir les secteurs d’avenir

La banque publique amenée, d’après son acte de naissance, à jouer un rôle central dans la politique économique du gouvernement, disposera d’un trésor de guerre de 42 milliards d’euros. Elle pourra, en outre, trouver de nouveaux fonds en empruntant sur les marchés financiers. Une somme qui doit permettre "bien sûr de faire des prêts mais aussi d'accompagner tout au long de leur vie et de leur développement chacune des entreprises", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

Élément clé de la politique de redressement productif voulu par le gouvernement Ayrault, la BPI sera amenée à soutenir en priorité les “filières d’avenir”, d’après le ministre de l’Économie Pierre Moscovici, qui a cité notamment le secteur de l’énergie.

Elle pourra débuter ses activités après un vote au Parlement qui doit intervenir avant la fin de l’année. Le premier conseil d’administration de la Banque publique d’investissement est déjà progammé pour janvier 2013.

(France 24 avec dépêches)

Première publication : 17/10/2012

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L'économie française toujours atone selon l'Insee

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le grand écart de Paris entre rigueur française et relance européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)