Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Calais - Migrants : "La frontière tue"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

Afrique

Les journalistes tunisiens en grève

Dernière modification : 17/10/2012

Les médias tunisiens observent, ce mercredi, une grève générale. Ils entendent ainsi dénoncer les pressions exercées par les islamistes d'Ennahda et réclamer davantage de libertés.

Les journalistes tunisiens étaient en grève mercredi, les radios, télévisions et sites d'informations privés ou publics observant un service minimum pour dénoncer les pressions qu'ils disent subir de la part du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Les médias publics observaient très largement le mouvement, alors que leurs rédactions accusent le pouvoir depuis des mois de chercher à contrôler leur ligne éditoriale notamment en nommant des directions subordonnées aux autorités.

La radio publique tunisienne publiait ainsi en Une de son site son logo barré d'un ruban noir et du slogan "grève générale des journalistes: la liberté de la presse et les droits des citoyens".

L'agence de presse d'Etat TAP a pour sa part diffusé à ses abonnés un message soulignant qu'elle n'assurera qu'un "service minimum couvrant uniquement les évènements d'extrème urgence".

Le groupe de presse Dar Essabah, fer de lance du mouvement depuis le mois d'aôut et la nomination d'un directeur controversé, Lotfi Touati, observait aussi le débrayage.

Le journal en français du groupe, Le Temps, relève dans son édition du jour, rédigée mardi, que cette grève est "un message très clair adressé aux responsables du pouvoir".

Les médias en ligne n'étaient pas en reste à l'instar du site businessnews.com.tn dont la page d'accueil est titrée: "pas de démocratie sans médias indépendants".

Un rassemblement de journalistes est par ailleurs prévu vers 12H00 GMT.

Le gouvernement tunisien a regretté à plusieurs reprises que le Syndicat national des journalistes tunisiens ait maintenu cette grève et dément s'attaquer à la liberté de la presse.

Les autorités assurent chercher à purger le secteur des tenants du régime déchu du président Zine el Abidine Ben Ali, renversé à l'issue de la révolution en janvier 2011.

AFP

Première publication : 17/10/2012

  • TUNISIE

    Les élections législatives et présidentielles tunisiennes fixées au 23 juin

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le blasphème écarté de la Constitution tunisienne ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)