Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

Afrique

Une dizaine de morts dans l’attaque d’un ancien bastion de Kadhafi

© AFP

Dernière modification : 18/10/2012

Un an après la libération de la ville de Bani Walid, d’ex-rebelles, affirmant rechercher des loyalistes à l'ancien régime sur ordre de l’armée, ont attaqué mercredi cet ancien bastion de Kadhafi. Onze personnes ont été tuées durant l'assaut.

Des groupes d'ex-rebelles, opérant sous la bannière de l'armée libyenne, ont lancé mercredi une attaque contre Bani Walid, un des derniers bastions du régime déchu de Mouammar Kadhafi, faisant au moins 11 morts et des dizaines de blessés, selon des sources locales.

"Les affrontements d'aujourd'hui ont fait quatre martyrs et 19 blessés parmi les forces du Bouclier de la Libye", une brigade d'anciens rebelles qui a intégré le ministère de la Défense, a indiqué une source de cette force, tandis que l'hôpital de Bani Walid a fait état de 7 morts et 75 blessés, dont une jeune fille de 14 ans.

La Libye décide de dissoudre les milices illégales

Cette attaque coïncide avec le premier anniversaire de l'annonce de la "libération" de Bani Walid, une ville accusée d'avoir appuyé le régime de Mouammar Kadhafi durant la révolution de 2011.

La ville était tombée aux mains des rebelles le 17 octobre 2011, trois jours seulement avant la mort du défunt dictateur dans sa ville natale de Syrte. Mais depuis plusieurs mois, les rebelles sont persuadés que des criminels et des loyalistes à l'ancien régime recherchés par la justice sont réfugiés à Bani Walid,  qu'ils appellent à "purger".

La menace d'un assaut pesait depuis plusieurs semaines sur Bani Walid à la suite de la mort d'un ex-rebelle de Misrata, Omran Ben Chaabane, 22 ans, enlevé et torturé dans la ville. Ce décès a exacerbé les tensions entre Misrata et Bani Walid, villes voisines et rivales historiques, qui ont choisi des camps opposés lors du conflit l'an dernier.

L’armée se désolidarise de l’attaque

Le 25 septembre, le Congrès général national (CGN), la plus haute autorité du pays, a exigé des ministres de la Défense et de l'Intérieur qu'ils trouvent les auteurs de l'enlèvement de Ben Chaabane "par la force si cela est nécessaire".

Depuis, l'armée, appuyée par des milices formées d'anciens rebelles, encercle la ville et des affrontements quasi-quotidiens opposent les deux camps.

La brigade Bouclier de la Libye et des combattants de Misrata affirment avoir reçu des instructions pour avancer mercredi vers Bani Walid, tandis que le porte-parole du chef d'état-major, le colonel Ali al-Chikhi a démenti que l'armée ait donné un ordre en ce sens.

Plus tard, le chef d'état-major a indiqué dans un communiqué publié par l’agence officielle Lana, que le conseil social de Bani Walid, qui regroupe les chefs de tribus de la ville, avait donné son accord pour "imposer l'autorité de l'État" sur cette oasis aux reliefs escarpés. La semaine dernière, des chefs de tribus de Bani Walid avaient indiqué qu'ils refusaient l'entrée de "milices hors la loi" de Misrata dans leur ville, estimant que l'armée était "inexistante".

Les autorités de transition peinent non seulement à construire une armée et une police, mais à contrôler les dizaines de milices d'ex-rebelles qui font la loi dans le pays.

(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 18/10/2012

  • LIBYE

    Mort de Kadhafi : un rapport de HRW remet en cause la version officielle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton "assume la responsabilité" de la gestion de l'attaque de Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un ex-opposant au régime de Kadhafi élu Premier ministre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)