Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Culture

Le pianiste turc Fazil Say, athée militant, comparaît pour blasphème

© AFP

Vidéo par Clovis CASALI

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 15/04/2013

Le pianiste classique turc Fazil Say comparaît ce jeudi devant un tribunal d’Istanbul pour avoir publié des propos "insultant les valeurs religieuses" sur Twitter. Connu pour son athéisme militant, le musicien envisage de quitter la Turquie.

Le pianiste turc Fazil Say pourra mesurer, à l’issue de son procès qui a débuté ce jeudi matin 18 octobre devant un tribunal d’Istanbul, si la justice de la Turquie reste attachée au principe de laïcité, inscrit dans les gènes du pays depuis Atatürk, ou si elle entérine l’islamisation du pouvoir aux mains du parti AKP depuis dix ans. L’artiste tombe sous le coup de l’article 216 du nouveau code pénal turc - adopté en 2004 - qui punit de prison toute "offense propageant la haine et l'hostilité" contre une institution, mais aussi "le dénigrement des croyances religieuses d'un groupe". Selon son avocat, il encourt 18 mois de prison. La prochaine audience est fixée au 18 février.

"Je suis peut-être la seule personne au monde à faire l'objet d'une enquête pour avoir déclaré mon athéisme", s’est indigné l’artiste au printemps dans le quotidien Hurriyet, au moment où les poursuites judiciaires contre lui se confirmaient. Le délit de ce pianiste et compositeur, invité régulièrement dans les plus grandes salles de concert du monde, est d’avoir ouvertement raillé sur Twitter les musulmans pieux. En avril, il avait ainsi moqué un appel à la prière. "Le muezzin a terminé son appel en 22 secondes. Prestissimo con fuoco !!! Quelle est l'urgence ? Un rendez-vous amoureux ? Un repas au raki ? ", écrit-il sur Twitter, d'après la traduction de Guillaume Perrier, correspondant du Monde à Istanbul. Il avait également eu l'audace de retweeter des vers du poète persan Omar Khayyam, philosophe et épicurien : "Vous dites que des rivières de vin coulent au paradis. Le paradis est-il une taverne pour vous ? Vous dites que deux vierges y attendent chaque croyant. Le paradis est-il un bordel pour vous ?", rapporte encore le quotidien.

Le drame de Sivas

L'athéisme assumé du pianiste et compositeur âgé de 42 ans, fils d’un intellectuel engagé, n’a pas l’heur de plaire aux islamistes modérés du parti AKP (Parti de la justice et du développement). En 2007, l’oratorio "Requiem pour Metin Altiok", qu’il a créé à la mémoire du poète turc mort avec 36 autres intellectuels laïcs à Sivas en 1993 dans l'incendie de leur hôtel par des musulmans intégristes, avait été en partie censuré par le ministère turc de la Culture. Les images du drame n’avaient alors pas pu être projetées en fond de scène.

Fazil Say, qui a affirmé à plusieurs reprises vouloir s’installer au Japon, réitère sa position, au risque de se fâcher définitivement avec les autorités turques. En 2011, il crée un concerto pour clarinette intitulé "Khayyam" (voir vidéo), en référence au poète persan. Et, pour 2014, il prépare un opéra intitulé "Sivas", pour commémorer une nouvelle fois le drame de 1993.

La jurisprudence Gürsel

Pour cette affaire de tweets, ce sont des particuliers qui ont saisi la justice. À l’ouverture du procès, ce jeudi, une centaine de militants des droits de l'Homme, dont des artistes et des journalistes, ont manifesté dans le calme devant le palais de justice. "Fazil Say n'est pas seul", pouvait-on lire sur l'une des pancartes brandies par les manifestants.

Il n’est pas non plus le seul à être tracassé par la justice pour des affaires religieuses. Avant lui, le romancier franco-turc Nedim Gürsel avait dû se justifier pour son livre "Les Filles d'Allah". Publié au Seuil, l’ouvrage fait raconter l’avènement de l’islam par trois déesses du panthéon arabe. L’auteur a finalement été acquitté en 2009.
 

Première publication : 18/10/2012

  • TURQUIE

    De la fac de Lyon au tribunal turc de Bursa, le calvaire de Sevil Sevimli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)