Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

Economie

Twitter bloque un compte néo-nazi en Allemagne, une censure inédite

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/10/2012

Le premier compte Twitter à avoir subi les foudres de la censure par le site de microblogging, à la demande des autorités, est le fil du groupuscule néo-nazi allemand "Besseres-Hannover".

L’époque de la liberté d’expression la plus débridée sur Twitter - quitte à laisser passer les discours haineux en tout genre - est bel et bien révolue. C’est un compte allemand d’obédience neo-nazi qui a fait, le premier, les frais de la nouvelle politique du célèbre réseau de microblogging.

Le fil du groupuscule Besseres-Hannover (Un meilleur Hanovre, capitale de la Basse-Saxe, ndlr) n’est, depuis jeudi, plus accessible depuis l’Allemagne. Alex Macgillivray, responsable de la ligne de conduite chez Twitter, a confirmé cette désicion par un gazouillis vendredi matin. Elle ne concerne, par ailleurs, que les internautes allemands. Les tweets de ces néo-nazis - souvent des photos de sympathisants anonymes mais aussi des reprises du “bloc identitaire” d’extrême droite allemand - peuvent être lus dans le reste du monde.

Cette décision sans précédent dans l’histoire de Twitter fait suite à une lettre envoyée, en septembre, par la police allemande demandant cette suspension. La justice de Hanovre a, en efffet, ouvert une enquête pour incitation à la haine raciale et constitution d'une organisation criminelle. Le Land (circonscription régionale allemande) de Basse-Saxe a, par ailleurs, dissous le mouvement Besseres-Hannover, soupçonné d’avoir distribué des tracts incitant à la haine raciale à la sortie des établissements scolaires et dont des membres auraient menacé physiquement des immigrés à Hanovre. Le site internet de cette mouvance a, quant à lui, été fermé.

Risques de censure

Twitter met ainsi en pratique une nouvelle ligne de conduite introduite le 28 janvier 2012. Le site, dont le siège est en Californie, avait alors indiqué qu’il comptait dorénavant étudier au cas par cas les demandes de censures de comptes émanant des autorités nationales ou même locales.

Un changement accueilli fraîchement par les défenseurs de la liberté d’expression qui avaient accusé Twitter de faire le jeu de régimes autoritaires pour des raisons économiques. Ai Weiwei, le célèbre artiste dissident chinois, avait même assuré que “si Twitter commençait à censurer, [il] arrêterait de l’utiliser”.

“La liberté d’expression prônée par Twitter était géniale, mais difficilement viable économiquement sur le long terme si le service veut s’étendre dans des régions du monde où les autorités ne partagent pas les mêmes valeurs”, avait de son côté expliqué un célèbre défenseur de la liberté d’expression d’origine biélorusse, Evgeny Morozov, au quotidien britannique "Financial Times" au mois de janvier.

Première publication : 18/10/2012

  • MÉDIAS SOCIAUX

    Avec #muslimrage, "Newsweek" provoque dérision et indignation sur Twitter

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Twitter refuse de livrer les informations relatives à un membre d'Occupy Wall Street

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)