Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Economie

Twitter bloque un compte néo-nazi en Allemagne, une censure inédite

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/10/2012

Le premier compte Twitter à avoir subi les foudres de la censure par le site de microblogging, à la demande des autorités, est le fil du groupuscule néo-nazi allemand "Besseres-Hannover".

L’époque de la liberté d’expression la plus débridée sur Twitter - quitte à laisser passer les discours haineux en tout genre - est bel et bien révolue. C’est un compte allemand d’obédience neo-nazi qui a fait, le premier, les frais de la nouvelle politique du célèbre réseau de microblogging.

Le fil du groupuscule Besseres-Hannover (Un meilleur Hanovre, capitale de la Basse-Saxe, ndlr) n’est, depuis jeudi, plus accessible depuis l’Allemagne. Alex Macgillivray, responsable de la ligne de conduite chez Twitter, a confirmé cette désicion par un gazouillis vendredi matin. Elle ne concerne, par ailleurs, que les internautes allemands. Les tweets de ces néo-nazis - souvent des photos de sympathisants anonymes mais aussi des reprises du “bloc identitaire” d’extrême droite allemand - peuvent être lus dans le reste du monde.

Cette décision sans précédent dans l’histoire de Twitter fait suite à une lettre envoyée, en septembre, par la police allemande demandant cette suspension. La justice de Hanovre a, en efffet, ouvert une enquête pour incitation à la haine raciale et constitution d'une organisation criminelle. Le Land (circonscription régionale allemande) de Basse-Saxe a, par ailleurs, dissous le mouvement Besseres-Hannover, soupçonné d’avoir distribué des tracts incitant à la haine raciale à la sortie des établissements scolaires et dont des membres auraient menacé physiquement des immigrés à Hanovre. Le site internet de cette mouvance a, quant à lui, été fermé.

Risques de censure

Twitter met ainsi en pratique une nouvelle ligne de conduite introduite le 28 janvier 2012. Le site, dont le siège est en Californie, avait alors indiqué qu’il comptait dorénavant étudier au cas par cas les demandes de censures de comptes émanant des autorités nationales ou même locales.

Un changement accueilli fraîchement par les défenseurs de la liberté d’expression qui avaient accusé Twitter de faire le jeu de régimes autoritaires pour des raisons économiques. Ai Weiwei, le célèbre artiste dissident chinois, avait même assuré que “si Twitter commençait à censurer, [il] arrêterait de l’utiliser”.

“La liberté d’expression prônée par Twitter était géniale, mais difficilement viable économiquement sur le long terme si le service veut s’étendre dans des régions du monde où les autorités ne partagent pas les mêmes valeurs”, avait de son côté expliqué un célèbre défenseur de la liberté d’expression d’origine biélorusse, Evgeny Morozov, au quotidien britannique "Financial Times" au mois de janvier.

Première publication : 18/10/2012

  • MÉDIAS SOCIAUX

    Avec #muslimrage, "Newsweek" provoque dérision et indignation sur Twitter

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Twitter refuse de livrer les informations relatives à un membre d'Occupy Wall Street

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)