Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Iran fait la chasse aux coupes de cheveux "sataniques""

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un haut responsable en fuite dénonce un "coup d'État"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'amour fait songer, vivre et croire"

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

Moyen-orient

Attentat-suicide contre une mosquée dans le sud de l'Iran

© AFP

Dernière modification : 19/10/2012

Un attentat-suicide a eu lieu près d'une mosquée de Chabahar, dans le sud de l'Iran. Un homme s'est fait exploser alors qu'il tentait d'entrer dans l'édifice religieux lors de la prière du vendredi.

Un kamikaze s'est fait exploser vendredi à l'extérieur d'une mosquée du sud de l'Iran,
tuant une autre personne, rapportent des médias iraniens.

L'attaque s'est produite à Chabahar, dans la province du Sistan-Balouchistan, près de la frontière pakistanaise.

Des miliciens ont empêché le kamikaze de pénétrer à l'intérieur de la mosquée Imam Hossein, où les fidèles participaient à la grande prière hebdomadaire. Un milicien bassidji a été tué dans la déflagration, un autre a été blessé, précise l'agence de presse Fars.

La mosquée Imam Hossein avait déjà été la cible d'une attaque, en décembre 2010. Deux kamikazes y avaient tué 39 personnes, dont des femmes et des enfants.

Cet attentat avait été revendiqué par un groupe rebelle sunnite, le Jundollah, en représaille à l'exécution de son chef, Abdolmalek Rigi, condamné à mort par la justice iranienne.

La province du Sistan-Balouchistan est peuplée majoritairement de musulmans sunnites, qui se disent victimes de discrimination de la part des autorités chiites.

Elle a été le théâtre de nombreuses attaques et prises d'otage depuis 2003, revendiquées par le Jundollah qui opérerait depuis des bases arrière établies au Pakistan.

Selon Téhéran, le Jundollah est lié à Al Qaïda. La république islamique affirme également que le Pakistan, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis lui apportent leur soutien pour déstabiliser le Sud-Est iranien. Les trois pays réfutent ces accusations.

Reuters
 

Première publication : 19/10/2012

  • IRAN

    L’Union européenne renforce ses sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Drone abattu en Israël : le Hezbollah et Téhéran défient Tel-Aviv

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)