Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

Moyen-orient

Le navire "Estelle" intercepté par la marine israélienne au large de Gaza

©

Dernière modification : 20/10/2012

Un navire finlandais essayant de forcer le blocus maritime de Gaza a été arraisonné, samedi, par la marine israélienne. La goélette "Estelle" avait été affrétée par des militants pro-palestiniens du mouvement "Ship to Gaza Sweden".

Des soldats israéliens ont arraisonné et pris le contrôle samedi d'un navire finlandais transportant des militants pro-palestiniens, dont cinq députés européens, empêchant une nouvelle tentative de briser le blocus maritime de la bande de Gaza.

"Le bateau a été arraisonné ce matin, et il n'y a pas eu de violences. Les soldats sont montés à bord de l'"Estelle" et en ont pris le contrôle. Les passagers n'ont pas opposé de résistance", a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'armée israélienne.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a précisé que la décision d'aborder la goélette a été prise après que "tous les efforts, y compris diplomatiques, visant à dissuader son équipage de parvenir à Gaza ont été déployés en vain".

Le bateau finlandais, affrété par le mouvement suédois "Ship to Gaza Sweden", devait être conduit jusqu'au port israélien d'Ashdod, au sud de Tel-Aviv, et ses passagers remis à la police puis au service de l'immigration relevant du ministère de l'Intérieur.

Israël procède généralement à l'expulsion vers leurs pays d'origine des personnes cherchant à franchir illégalement les territoires sous son contrôle.

Peu avant l'arraisonnement, une porte-parole de "Ship to Gaza Sweden", Victoria Strand, basée à Stockholm, avait affirmé que la marine israélienne avait "attaqué" le bateau.

Dans un communiqué, les organisateurs ont dénoncé "l'attaque israélienne et l'arraisonnement d'Estelle dans les eaux internationales, ce qui confirme de nouveau le rôle de gendarme d'Israël dans la région".

A Gaza, un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a estimé que "l'assaut de l'occupation contre le navire Estelle et l'enlèvement des militants à son bord est un acte de piraterie et un crime contre l'humanité".


Cinq députés européens à bord



L'Estelle, en provenance de Suède, était arrivé le 4 octobre à Naples après un tour d'Europe qui l'a conduit en Finlande, en France et en Espagne. Le navire était reparti le 6 octobre de Naples et avait été ravitaillé mardi dernier dans les eaux internationales au large de la Crète (Grèce).

Il transporte une trentaine de passagers, en majorités des Occidentaux, dont cinq députés européens: Ricardo Sixto Iglesias (Espagne), Sven Britton (Suède), Aksel Hagen (Norvège), Vangelis Diamandopoulos et Dimitris Kodelas (Grèce), ainsi que l'ancien député canadien Jim Manly.

Cette goélette à trois mats bâtie en 1922 comptait débarquer des fournitures scolaires et médicales et des matériaux de construction.

Le blocus terrestre, aérien et maritime de la bande de Gaza a été imposé à la bande de Gaza en juin 2006 à la suite de la capture d'un soldat israélien (relâché en octobre 2011 contre 1.027 prisonniers palestiniens), puis renforcé en 2007 à la prise de contrôle de l'enclave par le Hamas.

Ce blocus a ensuite été allégé après l'assaut par des commandos de marine israéliens contre le ferry turc Mavi Marmara en mai 2010 (9 morts) qui, à la tête d'une flottille humanitaire, voulait se rendre à Gaza.

En 2011, un rapport de l'ONU avait jugé "excessive" et déraisonnable cette intervention militaire mais avait considéré comme légal le blocus imposé par Israël.

Cette affaire a provoqué une grave crise diplomatique entre la Turquie et Israël, autrefois alliés.

Le porte-parole du ministère de la Défense, Josh Hantman, a souligné que "le blocus n'affecte pas la population civile de la bande de Gaza, où entrent chaque semaine avec l'autorisation d'Israël plus de 50.000 tonnes de produits, via le passage (terrestre) de Kerem Shalom".

"Le blocus maritime (de l'enclave palestinienne) est maintenu pour empêcher l'afflux d'armes", a-t-il dit à l'AFP, rappelant que deux navires, le Franco et le Victoria, avaient été arraisonnés en 2009 et 2011 "avec respectivement plus 500 tonnes et 50 tonnes d'armements et explosifs destinés au Hamas".

(AFP)

Première publication : 20/10/2012

  • ISRAËL

    La Knesset convoque des législatives anticipées le 22 janvier 2013

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou annonce la tenue de législatives anticipées "le plus tôt possible"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Drone abattu en Israël : Tel-Aviv voit la main du Hezbollah et de Téhéran

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)