Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

Moyen-Orient

Walid Joumblatt : "J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2012

Walid Joumblatt, le leader de la communauté druze au Liban, accuse le régime syrien d'avoir commandité l'assassinat du général Wissam al-Hassan, chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure libanaises. Entretien.

Figure incontournable de la scène politique libanaise depuis la fin des années 1970, Walid Joumblatt est surtout une des personnalités les plus influentes de la communauté druze, une communauté présente au Liban mais aussi en Syrie. Il répond aux questions de FRANCE 24, au lendemain de l’assassinat du général Wissam al-Hassan, puissant chef des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure libanaises (FSI).
 
Qui est derrière l’attentat qui a tué le général Wissam al-Hassan ?
 
Walid Joumblatt : J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier d’avoir tué Wissam al-Hassan parce qu’il était un instrument sécuritaire très important dans l’enquête qui a mis au jour les rouages de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005. De plus, il avait récemment découvert l’affaire Michel Samaha, (ancien ministre libanais, proche du président syrien Bachar al-Assad, ndlr) : ce dernier transportait dans sa voiture des bombes visant à semer le chaos au Liban.
 
Craignez-vous une déstabilisation du Liban à la suite de cet assassinat ?
 
Il faut tout faire pour éviter que ce pays ne s’embrase. Nous avons perdu cet élément-clé de notre appareil sécuritaire, car par son action, Wissam al-Hassan était celui qui nous protégeait. Nous sommes tous dans la ligne de mire du bourreau et de ses services à Damas. Il faut éviter le pire en attendant que la communauté internationale réagisse efficacement contre lui. Mais vu son impuissance et sa lâcheté envers le bourreau de Damas, elle ne peut rien faire pour le Liban.
 
Pourquoi le régime syrien tenterait-il de déstabiliser son voisin libanais et l’ensemble de la région ?
 
Bachar al-Assad est fou et dément. Il fait ce qu’il veut tant qu’il constatera qu’il n’y pas d’opposition internationale sérieuse contre lui. Le régime syrien est encore assez fort vu que ce monsieur (Bachar al-Assad, ndlr) brûle son pays et tue des centaines de syriens chaque jour depuis 18 mois. Il restera aussi fort tant que l’Occident et les amis de la Syrie seront incapables de l’abattre. Il fallait, après avoir compris que les sanctions prises contre son régime étaient inefficaces, et dès le début de la militarisation du soulèvement syrien, donner des armes adéquates à l’Armée syrienne libre (ASL) pour qu’elle puisse se défendre. Elle n’a même pas de quoi abattre les avions qui les bombardent et qui tuent des Syriens par centaines tous les jours.

Première publication : 20/10/2012

  • LIBAN

    Attentat de Beyrouth : Saad Hariri accuse Damas

    En savoir plus

  • LIBAN

    Wissam al-Hassan, le chef des renseignements libanais, ennemi de Damas

    En savoir plus

  • ATTENTAT AU LIBAN

    Le Premier ministre libanais maintenu à son poste pour éviter un "vide politique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)