Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Moyen-orient

Walid Joumblatt : "J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2012

Walid Joumblatt, le leader de la communauté druze au Liban, accuse le régime syrien d'avoir commandité l'assassinat du général Wissam al-Hassan, chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure libanaises. Entretien.

Figure incontournable de la scène politique libanaise depuis la fin des années 1970, Walid Joumblatt est surtout une des personnalités les plus influentes de la communauté druze, une communauté présente au Liban mais aussi en Syrie. Il répond aux questions de FRANCE 24, au lendemain de l’assassinat du général Wissam al-Hassan, puissant chef des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure libanaises (FSI).
 
Qui est derrière l’attentat qui a tué le général Wissam al-Hassan ?
 
Walid Joumblatt : J’accuse Assad, ses sbires et son régime meurtrier d’avoir tué Wissam al-Hassan parce qu’il était un instrument sécuritaire très important dans l’enquête qui a mis au jour les rouages de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005. De plus, il avait récemment découvert l’affaire Michel Samaha, (ancien ministre libanais, proche du président syrien Bachar al-Assad, ndlr) : ce dernier transportait dans sa voiture des bombes visant à semer le chaos au Liban.
 
Craignez-vous une déstabilisation du Liban à la suite de cet assassinat ?
 
Il faut tout faire pour éviter que ce pays ne s’embrase. Nous avons perdu cet élément-clé de notre appareil sécuritaire, car par son action, Wissam al-Hassan était celui qui nous protégeait. Nous sommes tous dans la ligne de mire du bourreau et de ses services à Damas. Il faut éviter le pire en attendant que la communauté internationale réagisse efficacement contre lui. Mais vu son impuissance et sa lâcheté envers le bourreau de Damas, elle ne peut rien faire pour le Liban.
 
Pourquoi le régime syrien tenterait-il de déstabiliser son voisin libanais et l’ensemble de la région ?
 
Bachar al-Assad est fou et dément. Il fait ce qu’il veut tant qu’il constatera qu’il n’y pas d’opposition internationale sérieuse contre lui. Le régime syrien est encore assez fort vu que ce monsieur (Bachar al-Assad, ndlr) brûle son pays et tue des centaines de syriens chaque jour depuis 18 mois. Il restera aussi fort tant que l’Occident et les amis de la Syrie seront incapables de l’abattre. Il fallait, après avoir compris que les sanctions prises contre son régime étaient inefficaces, et dès le début de la militarisation du soulèvement syrien, donner des armes adéquates à l’Armée syrienne libre (ASL) pour qu’elle puisse se défendre. Elle n’a même pas de quoi abattre les avions qui les bombardent et qui tuent des Syriens par centaines tous les jours.

Première publication : 20/10/2012

  • LIBAN

    Attentat de Beyrouth : Saad Hariri accuse Damas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)