Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

Culture

"De rouille et d'os" obtient le prix du meilleur film au festival de Londres

Dernière modification : 21/10/2012

Le long-métrage "De rouille et d'os", du réalisateur français Jacques Audiard, a décroché le prix du meilleur film au Festival de Londres. Moins élitiste que Cannes, ce festival vise à faire connaître des films étrangers au public britannique.

"De rouille et d'os" du réalisateur français Jacques Audiard a remporté le prix du meilleur film au Festival de Londres.

Présenté en compétition officielle du 65e Festival de Cannes, mais reparti bredouille, ce film, avec Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts, raconte la passion entre Stéphanie, dresseuse d'orques qui perd ses jambes dans un accident de travail, et Ali, jeune père en rupture et vigile bagarreur.

Jacques Audiard, 60 ans, "a une écriture unique", a souligné le président de ce 56e festival, l'écrivain David Hare, lors de la remise des prix samedi soir. "Il fait partie de ces rares cinéastes dans le monde capables de maîtriser tous les aspects de la création cinématographique pour donner naissance à +De rouille et d'os+, un film plein de violence et d'amour".

Le réalisateur français avait déjà reçu le trophée du meilleur film en 2009 à Londres pour "Un Prophète", également Grand prix au Festival de Cannes.

Le Festival du film de Londres est organisé chaque année depuis 1956 par le British Film Institute (BFI), organisation à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir le cinéma. À la différence des festivals de Cannes ou Venise, plus élitistes, Londres s'attache principalement à montrer au grand public britannique la sélection la plus large possible de films du monde entier.

Le prix Grierson, décerné au meilleur documentaire, est revenu au réalisateur Alex Gibney, pour "Mea Maxima Culpa : Silence In The God House", consacré aux abus sexuels commis sur des mineurs par des membres du clergé, "un réquisitoire contre les tentatives de l'église et du Vatican pour couvrir un des scandales les plus retentissants de notre temps", selon le jury.

Le trophée du "Meilleur espoir britannique" est allé à Sally El Hosaini pour "My Brother The Devil" et le prix Sutherland du meilleur premier film a été décerné au réalisateur Benh Zeitlin pour "Beasts Of The Southern Wild", qui dépeint la vie d'une communauté américaine dans le bayou.

Le documentaire "Crossfire Hurricane", qui retrace l'histoire mouvementée des Rolling Stones, a également été présenté en avant-première lors de ce festival.

(AFP)

Première publication : 21/10/2012

  • FESTIVAL DE CANNES

    Un goût de rouille, de sang, de larmes et de révolution inachevée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)