Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

FRANCE

La mort d'un nouveau-né en Corrèze relance le débat sur les déserts médicaux

©

Dernière modification : 21/10/2012

Un nouveau-né est décédé vendredi sur une aire d'autoroute en Corrèze, alors que sa mère n'avait pas réussi à rejoindre la maternité à temps pour accoucher. Un drame qui relance le débat sur les déserts médicaux en France.

La mort d'un nouveau-né, vendredi, après que sa mère eut accouché sur une aire d'autoroute en se rendant à la maternité de Brive (Corrèze), à une heure de route de son domicile, dans le Lot, a relancé samedi le débat sur les déserts médicaux en France.

Les circonstances de ce drame, au sujet duquel François Hollande a demandé l'ouverture d'une enquête administrative, sont pour l'instant inconnues, mais de nombreuses voix n'ont pas tardé à s'élever pour dénoncer la "désertification accélérée" de certains territoires.

"La désertification accélérée depuis des années fait que ce type d'incident, de drame, de difficultés médicales, ne peut que s'accélérer", a déclaré sur BFM-TV Michel Antony, président de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et
maternités de proximité.

"Ça justifie, d'une manière terrible, ce que l'on crie dans le désert depuis plusieurs années", a-t-il ajouté.

Deux-tiers des maternités françaises ont fermé depuis le milieu des années 1970, avec 535 maternités à ce jour contre 1.370 en 1975.

Malgré la réduction du nombre de maternités, le temps d'accès moyen pour s'y rendre est resté stable entre 2001 et 2010, à moins de 17 minutes pour la moitié des femmes en France, selon une étude publiée ce mois-ci par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES).

Mais les disparités des temps d'accès entre départements sont fortes, souligne ce rapport, qui signale huit départements où le temps d'accès moyen est supérieur à 30 minutes.

Parmi ces huit départements figurent le Lot, où s'est déroulé le drame vendredi, et qui ne dispose plus que d'une maternité, à Cahors, pour une population d'environ 170.000
habitants. Deux autres maternités, à Figeac et Gourdon, ont en effet fermé ces dernières années.

200 médecins mobilisés en 2013

Le lien entre le faible nombre d'établissements et ce drame n'est pas encore établi, a rappelé samedi la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, à qui
l'enquête a été confiée.

"Cette maternité n'était pas nécessairement la plus proche, elle était celle qui relevait du choix de la mère, je crois, mais je souhaite que nous donnions le temps à l'enquête de se faire, même si j'ai souhaité avoir les résultats très rapidement", a-t-elle déclaré sur BFM-TV. Une autre enquête a été ouverte par l'Agence régionale de santé (ARS).

En attendant, le débat, qui dépasse les seules maternités, est lancé. "On est de plus en plus loin des lieux où on peut se faire soigner correctement", souligne Michel Antony.

En clotûre du congrès des mutuelles de santé à Nice, François Hollande, qui s'est donné pour objectif qu'aucun Français ne se trouve à plus de 30 minutes d'un service
d'urgences, a d'ailleurs estimé que ce drame "nous appelle une nouvelle fois encore à ne rien accepter en matière de désert médical".

Dans son édition annuelle de l'atlas de la démographie médicale française, le Conseil National de l'Ordre des médecins estime que 35 départements sont "potentiellement en danger" car ils cumulent la forte probabilité d'un départ massif d'ici 2017, et une faible présence de jeunes générations en secteur libéral.

La loi hôpital, patients, santé et territoire (HPST) de 2009 comportait plusieurs mesures destinées à assurer l'accès aux soins dans les déserts médicaux.

Une amende de 3.000 euros était ainsi prévue pour les médecins qui, installés en zone surmédicalisée, refuseraient d'aider des confrères des zones sous-médicalisées. Mais le Parlement français a supprimé en juillet 2011 ces mesures contraignantes.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 prévoit de mobiliser 200 médecins dès l'année prochaine pour répondre aux besoins des territoires les plus en difficulté. Un plan sur les déserts médicaux sera par ailleurs mis en oeuvre à partir de 2013, annonce ce document.

Dans un entretien à paraître dimanche dans "Nice-Matin", la ministre de la Santé Marisol Touraine suggère de revoir le fonctionnement des stages des étudiants en médecine, mais affirme qu'il "n'y aura pas de limitation de la liberté d'installation" des médecins.

(REUTERS)

Première publication : 21/10/2012

  • SANTÉ

    L'ONG Médecins du Monde redoute un "krach sanitaire" en France

    En savoir plus

  • MÉDECINE

    Pour la première fois, un "bébé-médicament" est né en France

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)