Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Nord-Mali : des "centaines" de djihadistes étrangers en renfort

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2012

Alors que la Cédéao se montre déterminée à lancer une opération militaire dans le nord du Mali, des troupes originaires du Soudan et du Sahara occidental sont venues renforcer les islamistes armés qui tiennent la région.

Des "centaines" de djihadistes originaires du Soudan et du Sahara occidental sont arrivés ce week-end dans le nord du Mali, occupé par des islamistes armés depuis près de sept mois, pour se battre à leur côté en cas d'intervention armée internationale.
Selon une information de RFI, des Soudanais, mais également des Tunisiens, des Égyptiens et des combattants indépendantistes en provenance du Sahara occidental ont rejoint les rangs des islamistes au nord du pays.
                            
"Dans la région de Tombouctou (Nord-Ouest) et de Gao (Nord-Est), des centaines de djihadistes, essentiellement de nationalité soudanaise et d'origine sahraouie, sont venus en renfort pour faire face à une attaque des forces maliennes et ses alliés", a confirmé à l’AFP une source sécuritaire malienne.
 
L’information a été confirmée par plusieurs témoins contactés par l’AFP. Un habitant de Tombouctou a affirmé que "plus de 150 islamistes soudanais sont arrivés en 48 heures" dans la ville. "Ils sont armés et ont expliqué qu'ils sont venus aider leurs frères musulmans contre les mécréants", a-t-il précisé.
              
Selon une autre source proche d'une ONG, des Soudanais, mais aussi des islamistes "d’autres nationalités" ont pris position à Tombouctou, contrôlée par le groupe islamiste armé Ansar Dine et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Un autre témoin a affirmé qu’à Gao, "depuis vendredi, il y a de nouveaux islamistes qui viennent et se rendent à la police islamique" du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) qui contrôle la ville. Dix véhicules pick-up remplis d'hommes armés se sont présentés à la police islamique, a-t-il assuré.

"Nos frères viennent de partout"
 

Habib Ould Issouf, l'un des dirigeants du Mujao à Gao, originaire du Niger, a confirmé l'arrivée de ces islamistes étrangers. "Ils veulent la guerre ? On va faire la guerre. C'est pourquoi nos frères viennent de partout. Ils viennent des camps de Tindouf en Algérie, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, de partout", a-t-il affirmé.
 
Ce renfort des troupes pourrait s’expliquer par l’intervention militaire de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui se profile dans le nord du pays.
 
L'arrivée de ces hommes est survenue deux jours après une réunion de haut niveau vendredi à Bamako rassemblant des partenaires internationaux du Mali. Des représentants de l'ONU, de l'Union africaine (UA), de l'Union européenne (UE), de la Cédéao, mais aussi de pays voisins comme l'Algérie et la Mauritanie étaient présents.
              
Cette rencontre "a donné l'occasion aux participants de s'unir dans la solidarité avec le peuple malien et de convenir avec l'État du Mali d'une mobilisation optimale en faveur [...] de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale du Mali", selon une déclaration commune.
              
Les participants ont également demandé aux autorités maliennes de prendre "des mesures immédiates pour faciliter les efforts de la communauté internationale" en vue d'une intervention militaire pour reconquérir le Nord.
 
Quelque 3 000 soldats de la Cédéao
              
Une intervention militaire composée de 3 000 soldats venant de pays membres de la Cédéao est en préparation, avec l'aval de l'ONU et l'appui logistique de pays comme les États-Unis et la France, qui a d’ailleurs décidé de reprendre sa coopération militaire avec le Mali. Mais sa composition précise et son financement ne sont pas encore clairement déterminés.
 
Lors de la réunion de Bamako, le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a souligné "l'urgence" d'une intervention armée étrangère pour libérer le nord de son pays où les islamistes imposent avec brutalité la charia en y commettant des exactions : meurtres, lapidations, amputations, coups de fouet en public, viols, destruction de monuments sacrés.
             
FRANCE 24 avec dépêches


 

Première publication : 22/10/2012

  • MALI

    À Bamako, l’intervention au Nord-Mali prend forme

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d'Ansar Dine

    En savoir plus

  • MALI

    Amnesty international dénonce les amputations "au nom de la charia"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)