Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

FRANCE

OGM : une étude française sur la toxicité du maïs transgénique remise en cause

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 23/10/2012

L’Anses et le HCB, deux organismes sanitaires français, rejettent les travaux du professeur Séralini sur la toxicité du maïs transgénique NK603. Le gouvernement ne reviendra donc pas sur sa commercialisation, mais réclame de nouvelles études.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a réfuté, ce lundi 22 octobre, les conclusions de l'étude controversée du professeur Gilles-Éric Séralini sur la nocivité du maïs transgénique. Selon l’institut, qui avait été saisi par le gouvernement, les travaux du professeur sont jugés insuffisants et ne permettent pas de démontrer la toxicité avérée des OGM.

Afin de rassurer l’opinion publique, l’Anses appelle toutefois l’équipe de Séralini à engager de nouvelles études sur les effets à long terme de la consommation d'OGM associés - ou non - à des pesticides.

Même constat du Haut Conseil des biotechnologies (HCB), autre organisme sanitaire français, qui estime que "les conclusions d'effets délétères de la consommation de maïs NK603 ne sont pas soutenues par l'analyse des résultats présentés dans l'article", publié par Gilles-Éric Séralini dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology, le 19 septembre.

Après deux ans de travaux, le professeur Séralini, un biologiste de l'université de Caen, est parvenu à démontrer un risque accru de tumeurs mammaires et d'atteintes hépato-rénales chez les rats nourris avec ce maïs, associé - ou pas - à l'herbicide Roundup, commercialisé par Monsanto.

"Pas lieu de revenir sur les autorisations accordées au maïs NK603"

Fort des conclusions de ces deux instituts, le gouvernement français rappelle donc "qu’il n’y a pas lieu de revenir sur les autorisations accordées au maïs NK603 et à l'herbicide Roundup".

En revanche, Paris souhaite une "remise à plat du dispositif européen d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides", a annoncé lundi le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

Selon le ministère de l’Agriculture, le gouvernement retient aussi la proposition formulée par l'Anses "de renforcer les études sur les effets à long terme de la consommation des OGM et des pesticides, qui doivent intégrer ces thèmes au niveau national et communautaire", ajoute le ministère.

Dans le même temps, la détermination du gouvernement "pour maintenir le moratoire en France des OGM autorisés à la culture dans l'Union européenne est réaffirmée", poursuit-il.

La France, comme d'autres pays (Autriche, Hongrie, Grèce, Luxembourg, Roumanie, Bulgarie), a déjà pris ses distances avec certaines décisions européennes sur les OGM comme sur le maïs MON 810 de Monsanto dont elle a interdit la culture, en 2008.

"Qui va encore être malade ou mourir à cause de ces [OGM] mal évalués ?"

Le professeur Gilles-Éric Séralini a estimé, quant à lui, que les recommandations pour une nouvelle étude à long terme sont un "progrès" mais juge qu'entre-temps, il faut "interdire" le maïs concerné. "Ça prend quatre ans à mettre en place et à analyser et pendant ces quatre ans, qui va encore être malade ou mourir à cause de ces produits mal évalués ?", a-t-il lancé.

Il a également demandé, lors d'une conférence de presse à Caen, que les études de Monsanto qui ont servi à autoriser des OGM soient publiées et "décortiquées" comme les siennes. "Les études de Monsanto qui ont permis des mises sur le marché sont gardées secrètes tandis que les nôtres, on les décortique jusqu'à la moëlle. Moi, mes tests, pour l'instant ils n'ont servi ni à l'autorisation ni à l'interdiction des produits", a déclaré l'universitaire.

L’association Greenpeace condamne, sans surprise, les conclusions de l'Anses et du HCB. Ces deux instituts devraient prendre "obligatoirement en compte des études indépendantes menées sur le long terme", précise l'organisation, qui considère que, "dans l'attente de cette révision, il est indispensable que toute nouvelle autorisation d'OGM soit gelée et que les autorisations en cours soient suspendues."

France 24 avec dépêches

Première publication : 22/10/2012

  • SANTÉ

    Une étude française révèle l'importante toxicité du maïs OGM sur des rats

    En savoir plus

  • FRANCE

    La classe politique impuissante après la levée de la suspension du maïs OGM ?

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    La justice française autorise Monsanto à cultiver son maïs transgénique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)