Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Rosneft rachète à prix d'or l'or noir de BP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2012

Le géant russe de l'énergie Rosneft a conclu un accord d'une valeur de plus de 55 milliards de dollars avec le pétrolier britannique BP pour mettre la main sur la holding TNK-BP et ainsi contrôler plus de la moitié du pétrole produit en Russie.

C’est un montage complexe mais qui doit permettre, au final, au géant pétrolier Russe Rosneft de devenir la première "major" pétrolière cotée du monde, dépassant ainsi ExxonMobil. Rosneft, dirigé par l’ancien directeur de cabinet du président russe Vladimir Poutine Igor Setchine, a annoncé lundi avoir trouvé un accord avec le britannique BP pour lui racheter 50 % de la holding pétrolière TNK- BP.

Cette opération d'environ 55 milliards de dollars au total (42 milliards d'euros) doit lui permettre d'absorber son rival TNK-BP et de faire entrer BP à son capital. Pour récupérer les parts du pétrolier britannique, Rosneft va lui payer 17,1 milliards de dollars et lui octroyer 12,84 % du capital en actions de Rosneft. BP a prévu, dans un second temps, d’ajouter 4,8 milliards de dollars au pot pour récupérer 5,66 % du capital du russe en plus.

Pour devenir le seul maître à bord de TNK-BP, le géant russe va, en outre, verser 28 milliards de dollars aux autres actionnaires de la holding, quatre oligarques russes vivant à l’étranger.

Plus de la moitié du pétrole russe

Au terme de cette giga-acquisition, Rosneft sera en mesure d’extraire et de produire plus de 4 millions de barils par jour, davantage que l’actuel leader du marché, l’Américain ExxonMobil.

“C'est un très bon signal pour le marché russe. Il s'agit d'une opération importante et positive”, s’est réjoui, lundi, Vladimir Poutine à l'occasion d'une rencontre avec le PDG de Rosneft. Ce dernier doit grâce à cette acquisition se retrouver à la tête d’un empire pétrolier qui lui permet de contrôler plus de la moitié de l’or noir produit en Russie.

Pour BP, c’est un moyen lucratif de sortir d’un partenariat houleux avec les oligarques russes au sein de TNK-BP. Ainsi BP avait dû renoncer fin 2011, sous pression des autres actionnaires de la holding, à un accord de partenariat avec Rosneft ce qui avait irrité le géant russe autant que le pétrolier britannique.

FRANCE 24 avec dépêches


 

Première publication : 22/10/2012

  • MARÉE NOIRE

    Les États-Unis accusent BP de "négligence manifeste" dans le golfe du Mexique en 2010

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    BP obtient un règlement partiel dans le procès de la marée noire de 2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)