Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

L'émir du Qatar en visite à Gaza

© AFP

Vidéo par Laure MANENT

Dernière modification : 23/10/2012

Arrivé ce mardi dans la bande de Gaza, l'émir du Qatar est le premier chef d'État à briser le blocus politique imposé à ce territoire palestinien depuis que le mouvement islamiste du Hamas en a pris le contrôle en 2007.

L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, est arrivé mardi dans la bande de Gaza, la première visite d'un chef d'Etat dans ce territoire palestinien depuis que le Hamas en a pris le contrôle en 2007.

L'émir est arrivé d'Egypte peu après 10H45 (08H45 GMT) à la tête d'une importante délégation comprenant son épouse, cheikha Moza, et son Premier ministre, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani, par le terminal de Rafah, où il a été accueilli par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, lors d'une cérémonie officielle.

Les deux hommes se sont tenus côte à côte pendant que les hymnes nationaux palestinien et qatari étaient joués.

Les précisions de notre correspondant Gallagher Fenwick



Un tapis rouge avait été déployé en son honneur. L'émir a ensuite été accueilli par un parterre de responsables du Hamas, dont les ministres du gouvernement de Gaza et un dirigeant en exil du mouvement, Saleh Arouri, venu dans le territoire palestinien pour l'occasion.

Cheikh Hamad et M. Haniyeh se sont ensuite rendus dans la salle d'honneur du terminal frontalier.

Il avait atterri peu auparavant l'aéroport égyptien d'Al-Arich, dans le Sinaï, pour rejoindre en hélicoptère le côté égyptien du terminal de Rafah, selon des sources officielles à Gaza.

Il doit ensuite se rendre à Khan Younès (sud) pour poser la première pierre d'un projet d'un millier de logements destinés à des familles défavorisées, qui portera son nom.

Les deux dirigeants doivent prononcer un discours à cette occasion.

L'émir va également inaugurer un projet de reconstruction du territoire palestinien, dévasté par l'opération israélienne "Plomb durci" en décembre 2008-janvier 2009, d'un montant de 254 millions de dollars, notamment pour des infrastructures routières et des logements dans le nord de la bande de Gaza.

Cette visite de quelques heures revêt d'autant plus d'importance qu'à de très rares exceptions, les personnalités qui viennent à Gaza depuis cinq ans, comme le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ou les ministres européens des Affaires étrangères, évitent tout contact avec le Hamas, boycotté par la communauté internationale pour son refus de reconnaître Israël et de renoncer à la lutte armée.

Elle a été critiquée à mots couverts par le président Mahmoud Abbas, dont l'Autorité palestinienne a été chassée de Gaza par le Hamas en juin 2007.

Mahmoud Abbas a remercié le Qatar, dimanche dans une conversation téléphonique avec l'émir, pour ses efforts en faveur de Gaza, mais a insisté sur la nécessité de "préserver l'unité des Territoires palestiniens et de mettre fin à la division", selon l'agence officielle palestinienne WAFA.


AFP

Première publication : 23/10/2012

  • MAROC

    Le congrès du PJD déroule le tapis rouge au Hamas palestinien

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Le Hamas accepte une trêve avec Israël

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Hamas officialise son divorce avec le régime de Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)