Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : Olympique Lyonnais - Paris Saint-Germain en direct

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

FRANCE

Génération identitaire, entre action choc et coup médiatique

© Bloc identitaire

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 24/10/2012

Génération identitaire, groupe d’extrême droite qui a occupé le chantier de la mosquée de Poitiers le 20 octobre, a atteint son but : attirer l'attention de l'opinion publique et celle... du gouvernement qui étudie la dissolution du mouvement.

Génération identitaire a réussi son pari : faire le buzz. Pour lancer officiellement son mouvement, créé il y a seulement un mois, cette branche jeunesse du groupuscule d’extrême droite Bloc identitaire (BI) a déjà une action coup de poing et une vidéo choc à son actif. Génération identitaire a occupé le toit d’une mosquée en construction à Poitiers, samedi 20 octobre, après avoir alerté les médias RMC et BFM-TV, note le blog Droite(s) Extrême(s) tenu par deux journalistes du Monde. Quatre hommes ont été mis en examen par le parquet de Poitiers lundi 21 octobre, et placés sous surveillance judiciaire. Mercredi, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré que le gouvernement envisageait la dissolution de la formation.

Dans leur vidéo intitulée "déclaration de guerre", visages découverts, filmés en gros plan, des jeunes n’hésitent pas à parler de leurs revendications. "Nous sommes la génération de la fracture ethnique, de la faillite totale du vivre ensemble, du métissage imposé, qui a cessé de croire que Kader pouvait être notre frère, la planète notre village et l’humanité notre famille". Ce clip, véritable crédo du mouvement, a été vu plus de 93 000 fois à ce jour sur la plateforme de partage de vidéos YouTube. Il recueille trois fois plus d’avis positifs ("j’aime") que de négatifs ("j’aime pas"). Sous-titrée en anglais et relayée par des utilisateurs italiens, israéliens et américains, la vidéo devient virale.

Plus de 4 300 sympathisants sur Facebook

Le but de Génération identitaire est donc atteint : se faire connaître. "Depuis Poitiers, notre appel a été entendu !, se targue Génération identitaire dans un communiqué. Exposition médiatique, prise de position des politiques – Marine Le Pen, pourtant en froid avec BI, a soutenu indirectement l’action, en s’insurgeant contre les "réactions d’hystérie de la classe politique" – et buzz sur les réseaux sociaux. "Génération identitaire a reçu 500 messages en deux jours, le Bloc identitaire, près de 3 000 messages", rapporte Fabrice Robert, président de BI, joint par France24.com. La page Facebook compte plus de 4 300 sympathisants.

Pourtant, Bloc identitaire ne fait pas vraiment recette en termes d’adhérents. Son responsable, Fabrice Robert, revendique 2 000 militants, des antennes à Paris, Nice, Cannes, Lyon, Bordeaux, mais également "en Bretagne, en Provence, en Aquitaine, dans le Centre, et en Alsace". Quant à Génération identitaire, le mouvement est trop récent pour compter le nombre de militants, justifie Fabrice Robert. L’étendue de l’influence de BI "est très difficile à dire", explique l’historien Nicolas Lebourg dans le JDD. "Il y a un côté virtuel. À Poitiers, ils étaient 90 et ont dû emmener des gens de toute la France, ce qui prouve qu'ils ont une très grande faiblesse numérique. C'est moins florissant que ce qu'ils disent".

Parmi les dizaines de militants présents sur le toit de la mosquée en construction, très peu venaient effectivement de Poitiers, notent les journalistes du blog "Droite(s) Extrême(s)". Le Bloc "n'a toujours pas de stratégie claire", ajoutent-ils. Génération identitaire "hésite pèle-mêle entre travail "métapolitique" (…), activisme de rue et/ou participation aux élections. Il doit donc refaire parler de lui pour continuer à exister", conclut-il.

Être une "marque"

Malgré ses velléités à se constituer en parti politique en 2009, le Bloc n’a pas engrangé de succès électoraux. À défaut, il s’est allié avec le maire d’Orange Jacques Bompard (ex-Front national) dans une "Ligue du Sud", et avec Jacques Cordonnier dans "Alsace d’Abord". Le mouvement BI n’a pas présenté de candidat à l’élection présidentielle de 2012. Qu’importe, revendique Fabrice Robert, "nous ne sommes pas dans une démarche électoraliste comme le Front national, nous n’excluons pas d’être aux élections, mais nous tablons sur la vie militante avant et après les élections".

Le but assumé est de servir d’"agitprop" (diffuseur d'idées), d’organiser des "actions choc", d’être une "marque" pour "servir le débat". Bloc identitaire s’est déjà fait remarquer en organisant des "apéros saucisson et pinard", aux relents racistes. En juin 2010, la préfecture de Paris avait interdit un tel rassemblement prévu à la Goutte d’Or, traditionnel quartier d'immigration dans le nord de la capitale.

Après son action à Poitiers, Génération identitaire craint-il d'être dissous, comme l’envisage actuellement le gouvernement ? "Quel honneur !" réplique le mouvement sur Twitter. "Ca ne servira à rien, c’est maintenant une marque", revendique Fabrice Robert. "Autant Unité radicale [dissous en 2002, et dont provient le BI, ndlr] était un groupuscule d’extrême droite radical, autant le Bloc a voulu créer une révolution identitaire. Nous avons imposé le mot "identitaire" dans le champ sémantique de la politique. Nos thématiques sont reprises par Jean-François Copé", s’enorgueillit-il.

Avec la création de Génération identitaire, le Bloc cherche à se renouveler en draguant la jeunesse. "Nous avons un fort potentiel parmi les 15-25 ans", estime Fabrice Robert. Le mouvement voudrait-il plus concrètement attirer à lui les nombreux jeunes électeurs qui ont voté à 23 % pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle ? "Nous avions déjà créé Jeunesse identitaire auparavant, cela fait dix ans que nous travaillons sur ce créneau", rétorque le président de BI. Mais la cible est bien là. D’autant que le Front national de la jeunesse (FNJ) est moins remuant qu’il y a une quinzaine d’années. L’activisme de Génération identitaire peut avoir un petit succès d’estime dans la nouvelle jeunesse d’extrême-droite.

Première publication : 23/10/2012

  • FRANCE

    À Paris, un "apéro saucisson et pinard" aux relents racistes crée la polémique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Occupation de la mosquée de Poitiers : quatre extrémistes mis en examen

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter bloque un compte néo-nazi en Allemagne, une censure inédite

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)